La fonte des glaces : un enjeu maritime important !

La fonte des glaces : un enjeu maritime important !
La fonte des glaces : un enjeu maritime important ! - © Tous droits réservés

Le grand armateur et leader mondial du transport maritime Maersk vient de lancer l’un des navires composant sa flotte, le Venta Maersk, dans une épopée folle grâce au dérèglement climatique !

Qui n’a jamais entendu parler du mythique “passage du nord-ouest”, des fabuleuses expéditions lancées pour le découvrir, des navires perdus corps et biens au service de la découverte (et de sa Majesté, bien souvent, les HMS Erebus et HMS Terror de John Franklin par exemple) de ce Graal des navigateurs ? On se rapproche, doucement, d’une empruntée “régulière” de cette voie par les navires de gros tonnages.

La société danoise Maersk a annoncé que son navire certifié “glaces” (200 mètres de long, 36 de large, et 3600 conteneurs de poissons surgelés à bord, rien que ça) quitterait Vladivostok dans le but de rejoindre St-Petersbourg. La route habituelle lui ferait suivre le sud de l’Inde, le canal de Suez puis la mer Baltique. Au lieu de cela, il empruntera la “route du Nord” qui s’étend du détroit de Béring à la Norvège.

Un gain de temps impressionnant

Le but est évidemment économique ; le temps c’est de l’argent ! Pour rallier l’Asie et l’Europe, le nouveau trajet du navire permet d’économiser une à deux semaines… et de réduire la distance Shanghai-Rotterdam (deux des plus grands ports au monde) de 19 700 km à 15 100 km !

L’idée de ce périple est aussi de faire un test : il faut vérifier que le transport de conteneurs est faisable par cette voie et que c’est une alternative commerciale viable au réseau existant. Cette route a cependant déjà été utilisée et explorée par d’autres compagnies maritimes pour d’autres types de commerce (Cosco, une entreprise chinoise qui transportait alors des pièces d’éoliennes, ou Novatek, une société gazière russe par exemple).

Un “bienfait” du réchauffement climatique

Bienfait, c’est évidemment un mot qu’il faut dire rapidement ; disons, pour être honnête, que c’est un intérêt économique et commercial majeur. Les températures au niveau du cercle arctique ont augmenté cet été, dépassant parfois les… 30 degrés. La banquise a donc fondu, rendant certains passages accessibles bien plus longtemps qu'auparavant.

Voici, à titre d’exemple, les trajets actuels utilisés par les navires et leurs alternatives. Pour rejoindre Shanghai et Rotterdam, les armateurs choisissent généralement de passer par le canal de Suez (19 700 km) ou le canal de Panama (25 400 km). Les deux nouvelles routes accessibles à cause de la fonte des glaces proposeraient quant à elles des réductions substantielles : 15 100 km pour le passage du Nord-Est (“route maritime du Nord”), 16 900 pour le passage du Nord-Ouest. À titre d’exemple, le trajet habituel pour rallier Londres à Osaka demande une traversée longue de quelques 23 300 km… contre “à peine” 15 700 pour le passage du Nord-Ouest. Le malheur des uns fait, souvent, le bonheur des autres...