On fait le point avec vous sur ce qu'il ne faut pas rater !

Astronomie : la carte du ciel et les événements célestes du mois de juin

Milky way © Pedro Daz Molins

Temps de lecture...

Vous le savez, désormais chaque début de mois, nous vous fixons rendez-vous avec la carte du ciel et ce mois (et le retour des beaux jours) n'échappe bien sûr pas à la règle !

En collaboration avec la Fédération Francophone d’Astronomes Amateurs de Belgique (FFAAB), nous faisons un petit tour d’horizon des événements célestes à ne pas manquer. Et ce mois de juin s’annonce riche avec notamment une éclipse partielle de soleil.

 

Un topo sur les planètes visibles ce mois-ci
Le 1e juin : la Lune accompagne les planètes géantes au petit matin
Le 10 juin : éclipse partielle de Soleil
Le 12 juin : un fin croissant lunaire accompagne l’étoile du berger
Le 13 juin : la Lune et Mars se rencontrent dans le Cancer.
Le 21 juin : solstice d’été
Le 23 juin : Mars au beau milieu de la ruche
Le 27 juin : maximum de l’essaim météorique des « Bootides de juin »
Les 27, 28 et 29 juin : la Lune accompagne de nouveau les planètes géantes au petit matin
Le début de l’été, période propice à l’observation des nuages noctulescents
Passages visibles de la Station Spatiale Internationale (ISS)

Un topo sur les planètes visibles ce mois-ci

En juin, Mercure se fera discrète. De moins en moins lumineuse, elle sera à peine perceptible en début de mois après le coucher du soleil. Il faudra patienter jusqu’au 25 juin, pour la voir réapparaître dans le ciel de l’aube cette fois, à l’horizon est-nord-est environ 45 minutes avant le lever du soleil.

L’étoile du berger, en revanche, sera brillante et facilement repérable au crépuscule. Vénus qui est donc bien une planète et non une étoile, sera visible 1h après le coucher du soleil au-dessus de l’horizon ouest-nord-ouest. La planète sera d’abord fort basse mais au fil des soirs, elle prendra un peu de hauteur.

A la tombée du jour, vous pourrez aussi observer la planète rouge, Mars. Elle apparaîtra 1/2 h après Vénus.

Et pour les lève-tôt, il sera possible d’apercevoir Jupiter, la planète géante. Il faudra pour cela regarder à l’horizon est-sud-est, 4 heures avant le lever du soleil en début de mois et près de 6h à la fin juin. On vous avait bien dit que c’était pour les lève-tôt ! Jupiter est visible dans la constellation du Verseau. Et comme son éclat augmente, elle devient la planète la plus brillante après Vénus.

Quant à Saturne qui se situe dans la constellation du Capricorne, elle est aussi visible dans le ciel du matin au-dessus de l’horizon, mais dans une direction sud-sud-ouest. Elle est toutefois moins brillante que Jupiter.

Retour à la liste des événements

Le 1e juin : La Lune accompagne les planètes géantes au petit matin.

16 images
© https://stellarium-web.org/

Et le 1e juin, ces 2 planètes "matinales" Jupiter et Saturne seront accompagnées de la lune. Il s’agira de la lune gibbeuse décroissante c-à-d la phase de la lune située entre la pleine lune et le dernier quartier.

Deux bonnes heures avant le lever du soleil, ces retrouvailles se passeront au-dessus de l’horizon sud-est entre 10 et 15° de hauteur. Une nouvelle rencontre entre les planètes géantes et la lune est également prévue fin du mois.

Retour à la liste des événements

Le 10 juin : éclipse partielle de Soleil

A ne pas rater : l’éclipse partielle de soleil

N’ayons pas peur des mots. C’est probablement l’événement astronomique de l’année !

Une éclipse de Soleil va en effet se produire le 10 juin entre 11h14 et 13h27 selon les endroits. Cette éclipse sera annulaire au nord du Canada, au Groenland et en Russie. Chez nous, on pourra l’observer mais elle ne sera que partielle. Cela signifie qu’une partie seulement du disque solaire sera masquée par la lune, environ 25%. Et ce pourcentage est trop faible pour qu’on puisse percevoir une baisse de la luminosité du jour au moment de l’éclipse.

Comment l’observer ?

En fonction du lieu où vous vous trouverez, le tableau ci-dessous vous indique la période précise de l’éclipse et le pourcentage du disque solaire masqué.

16 images
© Tous droits réservés

Voici une illustration de ce que nous devrions voir au moment du maximum de l’éclipse :

 

Mais attention, pour profiter du spectacle, il est absolument obligatoire de se munir de lunettes d’éclipse telles que celles qui sont représentées ci-contre, sous peine de lésions irréverseribles au niveau des yeux... chose que l'on aimerait vous éviter !

 

Et si vous désirez garder un souvenir de cette éclipse partielle, on vous explique comment faire pour la photographier.

Retour à la liste des événements

Le 12 juin : un fin croissant lunaire accompagne l’étoile du berger

16 images
© https://stellarium-web.org/

Deux jours après l’éclipse partielle, une autre rencontre céleste est attendue. Le samedi 12 juin, au crépuscule, environ une heure après le coucher du Soleil, un fin croissant lunaire a rendez-vous avec l’éclatante Vénus qui brillera sous la Lune. La scène se déroulera au-dessus de l’horizon ouest-nord-ouest, entre 5 et 10° de hauteur. Espérons que l’horizon soit bien dégagé pour profiter pleinement du spectacle.

Retour à la liste des événements

Le 13 juin : la Lune et Mars se rencontrent dans le Cancer

16 images
© https://stellarium-web.org/

Encore une belle rencontre au programme le lendemain, le 13 juin. Cette fois, le croissant lunaire va flirter avec la planète rouge environ une heure et demie après le coucher du Soleil. La Lune et Mars seront proches à plus de 10° de hauteur sur l’horizon ouest-nord-ouest.

Retour à la liste des événements

Le 21 juin : solstice d’été

 

Cette année, le solstice d’été aura lieu le 21 juin à 5h32. Ce solstice marque le moment où le soleil monte au plus haut dans le ciel et donc il éclaire l’hémisphère nord pendant une durée maximale. En d’autres termes, c’est le jour le plus long de l’année ! Et le début de l’été calendaire.

Retour à la liste des événements

Le 23 juin : Mars au beau milieu de la ruche

16 images
© https://stellarium-web.org/

Le 23 juin, la planète rouge se trouvera dans la constellation du Cancer en plein cœur de l’amas stellaire M44. Ce nom barbare désigne un ensemble d’un millier d’étoiles plus connu sous le nom d’amas de la ruche ou encore d’amas de la crèche.

Pour distinguer Mars au milieu de la ruche, munissez-vous d’une paire de jumelles 10 x 50. Vous pourrez alors distinguer une bonne trentaine d’étoiles en même temps. Afin de localiser Mars et son éclat rougeoyant, aidez-vous de Vénus, non loin, qui brille sur l’horizon ouest-nord-ouest.

 

Retour à la liste des événements

Le 27 juin : maximum de l’essaim météorique des « Bootides de juin »

16 images
© https://stellarium-web.org/

Et comme chaque année, entre fin juin et début juillet nous avons rendez-vous avec les "bootides".

Ce nom étrange correspond à un essaim de météores ou pour être encore plus clair, il s’agit d’une pluie d’étoiles filantes. Le maximum d’activité est prévu le 27 juin. Ces étoiles filantes sembleront venir de la constellation du Bouvier qui se trouve près de la Grande Ourse, c’est ce qu’on appelle le radian. C’est donc dans cette direction qu’il faudra regarder mais généralement les bootides ne produisent pas beaucoup de météores sauf exception comme en 1998 avec près de 100 météores à l’heure.

Retour à la liste des événements

Les 27, 28 et 29 juin : la Lune accompagne de nouveau les planètes géantes au petit matin

16 images
© https://stellarium-web.org/

Pour clôturer le mois, la lune gibbeuse rend de nouveau visite à Jupiter et à Saturne comme le 1e juin. Ces rencontres célestes se déroulent vers l’horizon sud-est en fin de nuit, deux heures avant le lever du Soleil.

Retour à la liste des événements

Le début de l’été, période propice à l’observation des nuages noctulescents

Décidément, juin sera vraiment fertile en spectacles célestes, la fin du mois permet aussi l’observation de nuages noctulescents. Il s’agit de nuages de très haute altitude en forme de fins filaments et qui brillent dans la nuit, d’où leur nom.

Pour tout savoir sur ces nuages rares et comment les observer, on vous a réservé un article spécialement consacré à ce sujet !

Retour à la liste des événements

International Space Station, artwork © Tous droits réservés

Passages visibles de la Station Spatiale Internationale (ISS)

Si vous êtes fan d’astronomie et que vous souhaitez savoir à tout moment où se trouve l’ISS, l’Agence Spatiale Européenne (ESA) a mis au point une carte de suivi de trajectoire de l’ISS sur son site !

En mai, les passages de la station spatiale internationale visibles depuis notre pays ont été très nombreux. Ce ne sera plus du tout le cas en juin. L’ISS apparaîtra seulement 2 fois, les 28 et 30 juin à l’aube comme indiqué dans le tableau ci-dessous.

Deux colonnes nous intéressent particulièrement : la luminosité (plus le nombre descend, mieux c’est pour nous !), et la sous-colonne "elev" sous la colonne "culmination" (plus le degré est élevé, plus simple ce sera de l’apercevoir). Si ces notions ne vous sont pas familières et que vous souhaitez approfondir la chose, nous vous avons préparé un article dédié à ce sujet.

Retour à la liste des événements

Écrit par: