La canicule 2018 au service des archéologues britanniques

La canicule 2018 au service des archéologues britanniques
La canicule 2018 au service des archéologues britanniques - © Tous droits réservés

La canicules a sévi cet été sur une large partie de l’Europe et si beaucoup de gens, de bêtes et de cultures ont souffert, il y en a un qui se réjouit. Lui, c’est Duncan Wilson, le directeur général d’Historic England, un organisme public chargé de la préservation du patrimoine.

En effet, la sécheresse de cet été au Royaume-Uni et en Irlande a fait apparaître d'étranges marques dans les champs. Loin d’être des traces d'hypothétiques navettes spatiales, ces motifs géométriques révèlent en fait l’emplacements de bâtiments remontant parfois à la préhistoire. Des fermes romaines, des colonies médiévales et même des camps de la seconde guerre mondiale.

Ces sites, survolés par des drones, montrent nettement deux types de marques.

Les traces claires:

Les traits d’herbe décolorée,  indiquent la présence en sous-sol de fondations et/ou de murs. Les pierres restreignent la croissance des plantes en surface qui résistent donc moins bien à la chaleur et à la période de sécheresse que nous avons connue cet été.

Les traces foncées:

À l’inverse, les lignes foncées indiquent des endroits ou des fosses ont été creusées avant d’être remblayées au fil des siècles. Ce sol anciennement creusé offre un terrain plus fertile permettant aux culture de mieux résister à une période de sécheresse prolongée.