Étoiles filantes : astuces et anecdotes d’astronomes amateurs

L’Euro Space Center organisait sa traditionnelle Nuit des Étoiles ce jeudi soir et nous y étions ! L’occasion de rencontrer des passionnés d’astronomie, issus de plusieurs associations, et de connaître leurs astuces pour mieux observer les étoiles filantes :

  • la première condition est évidemment météorologique : le ciel doit être dégagé au maximum. Car le moindre nuage peut refléter la lumière.
  • il faut s’éloigner de la pollution lumineuse, trouver un endroit à l’écart des éclairages.
  • l’instrument le plus efficace pour observer les étoiles filantes ? Nos yeux, tout simplement ! À savoir qu’il faut environ 20 minutes pour que nos yeux s’habituent à l’obscurité, ensuite cela devient plus facile de repérer des objets célestes.
  • on installe une couverture par terre, des coussins ou un transat et on s’y installe confortablement.
  • il ne faut pas non plus hésiter à regarder un peu partout autour de soi car les étoiles filantes sont imprévisibles. Mais en orientant votre regard vers la constellation de la Grande Ourse, vous aurez plus de chances d’apercevoir des étoiles filantes.
  • il ne reste plus qu’à contempler la voûte céleste en attendant d’apercevoir les précieuses étoiles filantes.
  • et la dernière astuce prodiguée par ces passionnés d’astronomie c’est de ne pas s’endormir ! Car une fois bien installés, il n’est pas toujours aisé de résister aux bras de Morphée…
5 images
Nuit des Étoiles à l’Euro Space Center © Amandine Eymard

Et si on veut essayer de photographier des étoiles filantes ?

Vous retrouverez tous les détails techniques et détaillés dans l’article dédié aux étoiles filantes. Andy Strappazzon, d’AstroNamur, nous donne également son avis sur la question. Pour lui, photographier les étoiles filantes est une tâche particulièrement difficile et compliquée car il faut un appareil très sensible. Si vous souhaitez faire une photo réussie d’une étoile filante, il faut regrouper plusieurs conditions : posséder le bon matériel, que ce dernier soit orienté dans la bonne direction et que la photo soit nette.

Quelques souvenirs et anecdotes

Nous en avons aussi profité pour demander à plusieurs passionnés de nous raconter une anecdote liée à l’observation des étoiles filantes.

Marko Sojic, président de la Société Astronomique de Liège, nous raconte avec beaucoup de nostalgie que lorsqu’il n’était encore qu’un adolescent en première année de secondaire, il se baladait à vélo non loin de chez lui et il a eu la chance d’apercevoir un bolide (un météore de masse importante, plus brillant qu’une étoile filante). Un souvenir mémorable pour lui !

Pierre Rosillon, président de la FFAAB (Fédération Francophone des Astronomes Amateurs de Belgique), nous explique cette anecdote récurrente : souvent, lorsqu’il est face aux gens pendant une animation d’observation du ciel, il voit une étoile filante alors que les gens le regardent lui. Mais il n’a pas le temps de leur dire de se retourner car l’étoile filante a déjà disparu. Il nous raconte également un autre souvenir. L’année dernière, un gros orage a éclaté pendant qu’il voulait observer le ciel avec d’autres astronomes amateurs. Personne ne pensait alors apercevoir quoi que ce soit dans le ciel et pourtant Pierre a pu observer une étoile filante très brillante, pendant les brèves minutes de temps calme.

Kevin Terfois, membre de plusieurs associations dont AstroNamur et AstroVega, évoque un souvenir avec une équipe télé de la RTBF. En 2015, à Ramillies, pendant une éclipse de Lune, nos collègues avaient installé plusieurs spots pour réaliser les interviews et la lumière donnait un rendu comme en plein jour. Quand les spots ont été éteints, tout le monde s’est retrouvé dans la nuit noire. Une transition impressionnante dont Kevin se souviendra encore longtemps !

Un autre membre d’AstroNamur, Julien Lemaire, nous parle d’une anecdote qu’il a souvent pu vivre et qui lui apporte chaque fois le sourire aux lèvres. La plupart des enfants, qui accompagnent les adultes lors d’observation du ciel, s’endorment dans le transat et puis se réveillent quelques heures plus tard en s’étonnant de n’avoir rien vu.

Et enfin, Andy Strappazzon revient quelques années en arrière pour nous livrer un souvenir marquant : il a observé un bolide tellement impressionnant et lumineux qu’il a eu le temps de prévenir les personnes autour de lui. Et celles-ci ont eu le temps de l’apercevoir à leur tour. Il explique aussi avec enthousiasme qu’avec les autres membres du club, ils se fixent souvent des objectifs à atteindre : par exemple voir 20 ou 30 étoiles filantes avant de pouvoir aller dormir. Une fois, ils ont visé encore plus grand avec 200 étoiles filantes à observer, ce qui est énorme comme chiffre ! Évidemment ils ne l’ont pas atteint et sont restés éveillés toute la nuit. Andy en rigole encore !