Aaron Frazer: Better Call Soul

Echappé du groupe Durand Jones & The Indications, le batteur Aaron Frazer passe derrière le micro et enregistre son premier album aux côtés de Dan Auerbach (The Black Keys). Pur condensé de soul, son disque se frotte à la pop moderne avec élégance et décontraction. Voilà sans doute la meilleure façon de commencer l’année.

Fringué comme une vedette des années 1950, Aaron Frazer gère ses tifs à la gomina et se déplace exclusivement dans une vieille Cadillac. Son truc à lui, c’est ça : il se faufile habillement entre les Tesla, imposant son style rétro à la modernité. Influencé par Sam Cook, Otis Redding ou Marvin Gaye, le garçon s’est révélé derrière la batterie du groupe Durand Jones & The Indications. En charge de la rythmique, le musicien s’est aussi transformé en enfant de chœur, avant de s’affirmer tel qu’il est vraiment : un chanteur de premier plan.

Une équipe de rêve

Fort justement intitulé ‘Introducing’, le premier album d’Aaron Frazer plante le décor sans détour. Fan de Curtis Mayfield et Gil-Scott Heron, l’artiste américain emballe ses histoires d’amour avec un sens du groove assez épatant. Un savoir-faire rehaussé par la présence de Dan Auerbach dans les coulisses du disque. Pour le coup, le patron des Black Keys fait valoir ses talents de guitariste, de compositeur et, surtout, sa vista de producteur. Sur ce point, il fait d’ailleurs appel à une équipe de super musiciens pour épauler le chanteur en studio. Le guitariste Billy Sanford (Ray Charles, Roy Orbison) ou le bassiste Nick Movshon (Mark Ronson, Charles Bradley) sont notamment de la partie. Sans parler des cuivres, joués par les musiciens de la famille Daptone Records (Naomi Shelton, Lee Fields, Menahan Street Band). Autant dire que cet album sonne à la perfection.

Pop culture

Impeccablement troussés, les arrangements servent la voix d’Aaron Frazer, crooner romantique doté d’un falsetto magnétique. Si son registre s’inscrit indiscutablement dans la grande tradition des musiques soul, le chanteur multiple aussi les références à la culture pop. Un goût qu’il partage avec des groupes comme Electric Guest ou Portugal. The Man. Entre passé fantasmé et modernité assumée, Aaron Frazer possède un énorme potentiel de séduction.