GoldLink, le pouvoir des mélanges

GoldLink
GoldLink - © Doc.

Le rappeur originaire de Washington qui a collaboré avec Tyler, The Creator et Khalid, impressionne par son phrasé, mais surtout sa capacité à malaxer les genres pour produire un son très particulier, aux confluents du hip-hop, de la soul et des musiques africaines.

Si vous ne connaissez pas encore GoldLink, avant d'aller plus loin dans la lecture de cet article, la meilleure façon d'entamer les présentations est d'écouter son morceau Zulu Screams. Ça y est ? On peut démarrer. Ce titre à lui seul résume l'énergie -et surtout l'inventivité- que l'artiste américain insuffle dans sa musique. D'Anthony Carlos de son vrai nom est extrêmement difficile à catégoriser, et ce n'est pas une mauvaise chose, tant il multiplie les influences, malaxe et pétri les codes du hip-hop, de la musique africaine, de la soul et parfois même de l'électro pour en ressortir un son à part : le sien.

Son passage sur la chaîne YouTube Colors, en octobre 2016, a participé à populariser la plate-forme berlinoise de sessions. Il a été nominé aux Grammy Awards pour son morceau Crew. Il a collaboré avec Tyler, The Creator, Christina Aguilera ou encore Khalid. Son parcours claque, sa musique aussi. Et pourtant, au contraire de ses pairs, GoldLink ne profite que d'un succès d'estime.

Collaborations

Une certaine confidentialité qui lui permet, justement, de rester très créatif, d'expérimenter et de ne pas devoir cocher les cases obligatoires qu'implique une carrière plus mainstream. Né à Washington en 1993, le rappeur a été biberonné aux classiques du R&B du côté de son père et au gospel grâce à sa mère. Il commence à rapper pour faire " comme ses potes " et assez rapidement, il les dépasse.

Dans son entourage musical, on retrouve le producteur Kaytranada, avec qui il se lie... en lui volant un beat. À l'époque, les deux artistes sont relativement inconnus. GoldLink, qui cherche un son sur lequel poser, pique On&On sur Soundcloud et y ajoute sa voix. Un morceau qui sera repris par Hypetrack et qui lui vaudra un coup de gueule du manager de Kaytranada. De là, les deux musiciens se rencontrent à l'occasion d'un concert du rappeur à D.C. et très vite, le courant passe. Les collaborations ne s'arrêtent plus depuis.
 

Diaspora

Sa popularité croissante sur SoundCloud lui permet assez rapidement de sortir un premier projet, " And After That, We Didn't Talk " en 2015. Puis vient l'album " At What Cost " en 2017, un petit bijou très ancré dans la ville qui l'a vu naître, qui s'illustre notamment par le morceau Herside Story et par l'espoir qu'il transporte. Mais c'est surtout grâce à son dernier album en date, " Diaspora ", que le rappeur marque des points. Un projet aux confluents des musiques noires, ce peu importe leur origine. Il y raconte des anecdotes, des histoires de vie et décrypte le monde dans lequel il évolue. Parfois délicat dans son phrasé, souvent très technique, GoldLink impressionne par son ambition. Mais surtout grâce à son exécution.

GoldLink - Het Depot - 22 novembre