50 ans de Mai '68 : deux séries radio sur La Première et RTBF Auvio

50 ans de Mai '68 : deux séries radio sur La Première et RTBF Auvio
3 images
50 ans de Mai '68 : deux séries radio sur La Première et RTBF Auvio - © Tous droits réservés

Après l’émission Jour Première réalisée en direct de Paris ce vendredi 27 avril pour les 50 ans de Mai ’68, La Première vous propose deux séries radio entièrement consacrées aux événements de Mai ’68 : "Mai ’68 : 50 ans, poil aux dents !" : une série en 7 épisodes, diffusés du lundi 30 avril au mardi 8 mai 2018 à 13h45 dans Un Jour dans l’Histoire et 24h/24 sur RTBF Auvio. "Mai ’68 en Belgique" : une série en 5 épisodes, diffusés les mardis du mois de mai, du 1er au 29 mai à 22h, dans Par Ouï-dire et 24h/24 sur RTBF Auvio.

Plus d’infos ci-dessous et sur www.lapremiere.be

Mai ‘68 : 50 ans, poil aux dents !

Une série inédite en 7 épisodes, dans Un Jour dans l’Histoire

Mai ‘68 a été vécu comme une libération, un coup de pied dans la fourmilière de la société, de l’autorité et des valeurs traditionnelles. En donnant la parole aux acteurs de l’époque, à ceux qui étudient aujourd’hui le sens des événements et leur impact, Un Jour dans l’Histoire sur La Première entend décrypter un événement majeur de l’époque contemporaine, ses répercussions en Belgique, ses représentations et les espoirs qu’il incarne toujours. Mai ‘68 : 50 ans, poil aux dents ! est une série inédite en 7 épisodes proposée et réalisée par Nicolas Bogaerts :

  • 1. Lundi 30 avril :             Sur les pavés, le slogan 

Les premières icônes de mai ont été imprimées peintes ou griffonnées sur les murs de Paris : par qui ? Pour dire quoi ? Que racontent-ils des évènements ? Et quelle postérité pour ces maux en poster ?

  • 2. Mardi 1er mai :             Étudiants et engagement politique 

De l’ULB à la Cambre, de l’Insas à l’Université de Liège, l’engagement politique de la jeunesse a éclaté au grand jour. Une nouvelle génération culturelle et politique était née.

  • 3. Mercredi 2 mai :         Mai ‘68 au poste… de télévision 

À la RTB, un nouvelle musique se fait entendre : journalisme social, indépendance critique, autonomie culturelle. Ses racines ? Le Mordant Henri

  • 4. Jeudi 3 mai :                 Et pendant ce temps, à Liège 

Entre expérimentations démocratiques et occupations, la Cité ardente met en scène ses bouleversements et garde une place à part dans le cœur du changement.

  • 5. Vendredi 4 mai :         Le théâtre des possibles

À Paris, l’Odéon. À Bruxelles, les Beaux-Arts. La libération des corps et des esprits secoue les planches. De nouvelles voies collectives jettent les bases d’un nouveau théâtre qui portera l’imagination au pouvoir.

  • 6. Lundi 7 mai :                 Le féminisme en questions

" Prolétaires de tous pays, qui lave vos chaussettes ? " Qui porte la voix des femmes en mai et qui les entend ? Derrière la libération sexuelle, toutes les barricades et les plafonds de verre ne sont pas prêts à céder.

  • 7. Mardi 8 mai :                Héritage et récupérations : À peine les pavés recouvrent-ils le sable que l’héritage de mai 68 est attaqué, dénigré, simplifié. Comment comprendre la portée d’un évènement à l’aune de toutes ses récupérations ?

Une série à suivre du lundi 30 avril au mardi 8 mai 2018 à 13h45 dans Un Jour dans l’Histoire, sur La Première. Et 24h/24 sur RTBF Auvio.

Mai ‘68 en Belgique

Une série en 5 épisodes, dans Par Ouï-dire

Mais que s’est-il vraiment passé en Belgique en mai ‘68 ? Après la visite à l’ULB de Melina Mercouri, chantre de la résistance grecque exilée à Paris, le célèbre neuropsychiatre Mony Elkaïm proposa d’occuper notre jardin belge plutôt que les rues françaises. Il fut ensuite appelé à diriger les Assemblées Libres. Marc Abramowicz était en dernière année de psycho à l’ULB. Il nous dit en quoi Mai ‘68 est le début de l’ère de la psychologie qui, pour Hugues Lepaige, se double d’un mouvement collectif.

Sur le terrain, qu’ont-ils obtenu ? La mixité de la cité universitaire, comme à l’Université Paris-X à Nanterre. Ou la création de ce planning familial " Aimer à L’Ulb " qui fonctionne toujours, cinquante ans plus tard, en autogestion. Et du côté des femmes ? Deux d’entre elles s’expriment dans cette série : Isabelle Stengers, chercheuse et philosophe, et Michèle Seutin, syndicaliste. Par la réappropriation d’une parole singulière devant le collectif qui donnait aux femmes la légitimité et le cadre dont elles avaient besoin, l’élan féministe va se concrétiser un peu plus tard dès les années ‘70.

Avec : Matteo Alaluf, Marc Abramowicz, Mony Elkaïm, Paul Goossens, Hugues Le Paige, Isabelle Stengers, Michèle Seutin, Alain Finkielkraut, Alain Geismar, Michelle Cotta et Claude Frochaux.

Réalisation : Pascale Tison

Une série en 5 épisodes, à suivre les mardis du mois de mai, du 1er au 29 mai à 22h, dans Par Ouï-dire sur La Première et 24h/24 sur RTBF Auvio.