The Sound of Belgium

The Sound of Belgium
The Sound of Belgium - © Tous droits réservés

Déjà une solide réputation. Sorti il y a quelques mois en salles et depuis quelques jours en DVD, ce documentaire s’est déjà taillé une solide réputation.

Sur la New Beat mais pas seulement. Tout le monde en parle comme du documentaire sur la New Beat, ce qui est à la fois vrai et terriblement réducteur.

"Le son de la Belgique". C’est le titre du documentaire et ce n’est pas pour rien puisqu’il ne se limite pas à la seule New Beat mais nous explique comment, en Belgique, on a inventé les disques (en bakélite, pas encore en vinyle) et l’importance qu’a pu avoir, à plusieurs époques, la vie nocturne.

La New Beat, avant-gardiste. On nous explique aussi, à quel point, la New Beat, ce n’était pas les Confettis. Les Confettis, comme bien d’autres, ont surfé cyniquement sur un mouvement qui, à l’origine, était franchement underground.

Pourquoi New Beat. On comprend aussi l’appellation New Beat puisqu’elle consistait dans un premier temps en un nouveau Beat, un nouveau tempo : il s’agissait juste de passer en 33 tours des 45 tours pour leur donner une ambiance plus étrange, voire inquiétante.

Parfois, on dirait un canular. Par moment, on a quand même l’impression d’assister à un gigantesque canular, à un mockumentary, à l’image du Forgotten Silver de Peter Jackson dans lequel il racontait avec le plus grand sérieux que le cinéma avait été inventé en Nouvelle-Zélande. Sauf que tout est vrai, apparemment.

Passionnant… et frustrant. Parfois on aimerait un équivalent des notes en bas de page. Que quand Lou Deprijck évoque ce qu’il a pu faire à la va-vite, on puisse entendre un extrait pour savoir de quoi il s’agit. On apprend plein de choses mais on aimerait en apprendre encore beaucoup plus. Mais c’est un excellent documentaire.

The Sound of Belgium de Jozef Deville et Pablo Eekman. DVD. Pias/Twin Pics

Et aussi

Newsletter Pure

Restez informés chaque semaine des évènements et concours Pure à venir.

OK