"Stylée avec un masque", tu es dans le thème?

62nd Annual GRAMMY Awards - Arrivals
8 images
62nd Annual GRAMMY Awards - Arrivals - © Amy Sussman - Getty Images

Le masque est en train de s'imposer comme LE nouvel accessoire, indispensable pour des raisons sanitaires à la base, mettant un pied dans le monde de la mode du même coup.

"Stylée avec un masque" sera peut-être un prochain thème lancé par cette chère Cristina Cordula dans ses Reines du shopping! Parce que, oui, ce masque, vivement recommandé et souvent imposé pour nous protéger les uns des autres du coronavirus, risque bien de s'inscrire dans la durée. Alors s'il doit faire partie de notre quotidien au même titre que notre sac à mains, autant qu'il soit durable et donc réutilisable. Par définition le masque jetable n'est vraiment pas écologique et n'oublions pas que notre planète est toujours en piteux état. Alors autant miser sur de jolis bouts de tissus qui vont tout de même occuper la moitié de notre visage, pouvoir les assortir à notre look,qu'ils nous plaisent et qu'on parvienne, pourquoi pas, à les voir de façon légère, comme une paire de solaires ou un foulard.
ne pas vous en parler !

L'intérêt est en tout cas très fort marqué pour le masque puisque d'après le rapport de la plateforme de recherche de mode Lyst, il a suscité à lui seul une augmentation de recherches de 496% durant le dernier trimestre! Et celui qui décroche la palme de la popularité est le masque de luxe Off-White, le label fondé par Virgil Abloh. Il était vendu avec son logo blanc ,fléché et décliné en 8 couleurs, au départ pour les hommes, à 95$ (88€). Il est déjà sold-out partout malgré le fait qu'il ne répondrait pas aux normes scientifiques de protection. Autre maison à avoir proposé un masque à un prix carrément indécent: Fendi, à 190€, mais écoulé en un rien de temps spécialement par les fashionistas italiennes.

Excepté ces exemples rares, le monde du luxe reste quand même timide face à ce potentiel du marché des masques. Se faire de l'argent en surfant sur le coronavirus pourrait nuire à leur image. C'est pourquoi des maisons comme Dior ou YSL ont reconverti leurs ateliers pour se lancer dans la production de masques à destination du personnel hospitalier en participant ainsi à l'effort collectif et solidaire. Il y en a quand même qui ne sont pas effrayés à l'idée d'un marketing opportuniste. Très bel exemple avec Kim Kardashian et son business de l'underwear confortable de sa marque Skims. En plus des culottes, brassières et cyclistes gainants, elle a lancé des masques dans les mêmes tons basiques que les sous-vêtements et en a donné 10.000 à des associations, histoire de faire bonne figure, et puis a écoulé tout son stock en quelques heures!

Le masque comme accessoire prisé des créateurs, ce n'est pas nouveau !

Si on remonte un peu dans le temps, on voit que certains créateurs, bien loin de prévoir un tel scénario sanitaire, avaient déjà imaginé des masques comme véritable accessoire de mode. L'un des nouveaux grands noms de la mode Marine Serre en imaginait déjà un il y a plus d'un an dans son défilé printemps-été lors de la FW parisienne. Il s'agissait d'un masque anti-pollution pour interroger sur l'avenir de la planète. Elle en a intégré d'autres depuis et encore lors de son dernier défilé automne-hiver en février. Lors des Grammy Awards au début de cette année, Billie Eilish, déjà fervente amatrice des cagoules et foulards pour se cacher le visage, est apparue ce soir-là avec un masque Gucci. Mais celui pour qui le masque a été et est toujours un élément récurrent dans ses collections, c'est une icône belge de la mode, le créateur Walter Van Beirendonck l'a tantôt imaginé drôle, tantôt peint, imprimé, fétiche...et ce, depuis le début de sa carrière dans les années 80.

Où shopper un masque?

On en trouve sur beaucoup de sites, à tous les prix, certains sont en attente de réassort vu leur succès:

Sur la plateforme etsy : certains créateurs vous proposent de les personnaliser.

En France sur Pain de sucre : propose habituellement des maillots de bain, mention top pour le jaune citron et le léopard.

Veritas : très jolis modèles Wolford et Insua.

Lemon :  ils sont made in Belgium avec un label vert, sa créatrice la journaliste Anne Francotte reverse 1eur par masque au centre de prévention des violences conjugales et familiales. 

Think Pink : le site de campagne de prévention du cancer du sein. 

La Vie est belge : affirmez votre belgitude. 

Edmunds : la marque de noeuds papillons belge en propose de très funs. 

Le créateur belge Jean-paul Lespagnard vous propose carrément 3 solutions: un tuto pour en faire vous-même, un kit avec le matériel pour le concevoir vous-même, ou des masques désignés par le créateur lui-même, on flash sur les wax!

Et enfin, parce qu'il faut ça brille et que ça reste glam, on épingle la créatrice belge de bijoux et d'accessoires Olivia Hainaut, elle en a cousu quelques-uns qui sont tout simplement canons.

Quant aux bobs avec visière intégrée, disons que je préfère ne pas vous en parler...

Newsletter Pure

Restez informés chaque semaine des évènements et concours Pure à venir.

OK