Laurence Anyways

- © Tous droits réservés

Passionnant et irritant. Deux mots qu’on pourrait utiliser pour décrire le personnage Xavier Dolan, québecois de 23 ans qui a déjà réalisé 2 films avant celui-ci, J’ai tué ma mère et Les Amours imaginaires. Il a un incontestable talent, très singulier, mais parfois (souvent ?) mal canalisé.

Il tient enfin ses promesses. Son premier film J’ai tué ma mère montrait des choses intéressantes mais était difficilement supportable. Ca allait déjà mieux avec le suivant mais on avait du mal à voir où allait Dolan. Avec Laurence Anyways, on commence enfin à comprendre p certains placent tant d’espoir en lui.

Beaucoup de défauts, certes. Il reste des choses crispantes dans son cinéma (un maniérisme maniériste qui fait beaucoup de manières) et donc dans ce film qui raconte l’histoire d’un homme (Laurence) qui, à 30 ans, décide de se transformer en femme, parce qu’au fond de lui, il a toujours été une femme. Mais le film ne raconte pas seulement son parcours à lui mais aussi celui de sa compagne (Fred) au moment de faire ce changement. Un personnage absolument magnifique et auquel le film doit beaucoup.

C’est long mais cette durée est importante. 2h40, quand même. Ca peut paraître excessif. Ca fait même peur a priori mais cette durée est indispensable pour donner l’épaisseur nécessaire à la relation au long cours de Laurence et Fred. C’est parce qu’on passe beaucoup de temps avec eux qu’on ressent vraiment ce lien incroyable.

Beaucoup de fulgurances. C’est parfois crispant donc mais il y a aussi beaucoup de fulgurances. Il n’y a quasiment pas une image banale, chaque plan est travaillé. Alors, certes, c’est parfois, c’est trop, trop travaillé avec un style tellement voyant qu’il peut en devenir m’a-tu-vu ? Mais le plus souvent c’est beau et tant de films sont à ce point dépourvus de style qu’un peu d’excès contraire ne fait pas de tort.

Edition DVD discutable. Pas de bonus, une jaquette bien loin des affiches connues et pas franchement aguichante et des sous-titres dispensés au petit bonheur la chance sur les dialogues avec accent québecois.

Laurence Anyways de Xavier Dolan. DVD. Homescreen/Twin Pics

Newsletter Pure

Restez informés chaque semaine des évènements et concours Pure à venir.

OK
PureVision
en direct

Pure

PureVision