Des scientifiques belges s'engagent à plus de transparence sur l'expérimentation animale

Des scientifiques belges s'engagent à plus de transparence sur l'expérimentation animale
Des scientifiques belges s'engagent à plus de transparence sur l'expérimentation animale - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

Une vingtaine de centres de recherche et entreprises belges promettent d'être plus de transparent sur l'expérimentation animale. Les signataires, parmi lesquels figurent majoritairement des universités mais aussi GSK, Janssen Pharmaceutical ou Ablynx, s'engagent à communiquer plus ouvertement lorsqu'ils effectuent des tests scientifiques sur les animaux. Selon Gaia, en 2014 plus de 600 000 animaux ont fait l’objet de tests en tout genre dans les laboratoires belges.

Pour les centres de recherche et des entreprises, même si des solutions de remplacement sont recherchées, l'expérimentation animale reste parfois nécessaire, à "certains stades de la recherche" fondamentale. Lorsqu'ils décident d'utiliser des animaux de laboratoire, ils doivent toutefois respecter des réglementations strictes. "Avant toute expérience sur les animaux, une évaluation éthique rigoureuse est toujours faite", expliquent les chercheurs. "On vérifie alors ce que la recherche pourra révéler et si les animaux sont réellement nécessaires".

Avec l'Association européenne de recherche sur les animaux (EARA) et sous la direction du Conseil belge pour la recherche animale (BCLAS), les signataires ont élaboré quatre engagements auxquels ils doivent se tenir. Il s'agit de clarifier la manière dont les animaux sont utilisés, de mieux communiquer avec la presse et le public, de familiariser le "grand public" à la recherche sur les animaux de laboratoire et les réglementations (par exemple, avec des journées portes ouvertes) et de "rendre compte annuellement de l'impact de notre communication" ainsi que "partager nos expériences".

Ablynx, GSK, Ilvo, UCB, Orsi Academy, Janssen Pharmaceutical, l'UCLouvain, l'ULB, l'ULiège, l'UMons, l'UNamur, la KU Leuven, la VUB, l'UAntwerpen, l'UGent, l'UHasselt, reMynd et le VIB ont signé cet accord.

Des règles européennes

Il existe une législation européenne qui réglemente l'utilisation des animaux pour la recherche expérimentale et les tests pour des médicaments. Sur site, brussels.environnement précise que les animaux utilisés pour les expériences bénéficient d’une protection légale et tous les établissements, agréés au préalable, sont soumis à des contrôles. Les établissements doivent préciser le type d'expériences prévues, les soins apportés aux animaux ou encore les conditions d’hébergement. Les laboratoires ont également l’obligation légale d’utiliser des méthodes qui permettent d’éviter ou de réduire l’expérimentation sur animaux ou qui mettent à contribution des animaux moins sensibles.

Encore des dérives

Récemment, en octobre, un laboratoire d'expérimentation pharmaceutiques situé à Hambourg en Allemagne a été fortement critiqué. Dans une vidéo tournée en caméra cachée réalisée par deux organismes de défense des animaux, on y voyait un chien effrayé dans une mare de sang ou encore des singes attachés aux bras, aux jambes et au niveau de la tête. Ces animaux étaient utilisés pour des tests de médicaments. 

La même situation a été observée en Belgique en 2016, lorsque GAIA a réalisé une enquête similaire à la VUB (Vrije Universiteit Brussel).

Et pour les cosmétiques? 

Au niveau européen, il est interdit de commercialiser des produits cosmétiques testés sur des animaux.  Mais la législation a quelques lacunes. Par exemple, en ce qui concerne les tests effectués hors de l'Union européenne. En 2016, la Cour de justice de l’Union européenne a décidé qu'on ne pouvait pas reprocher à une marque de faire des tests sur des animaux dans un pays hors d’Europe, tant qu’elle n’utilise pas les résultats de ces tests pour sa demande de commercialisation en Europe.

A l'heure actuelle, 80% des pays dans le monde autorisent encore les expérimentations sur des animaux.

Newsletter Pure

Restez informés chaque semaine des évènements et concours Pure à venir.

OK