Black City Parade - Le Film: critique

Black City Parade – Le Film
Black City Parade – Le Film - © Tous droits réservés

Circonspection dans un premier temps. Un DVD qui présente le making of d’un album récemment sorti (Black City Parade d’Indochine, donc) avec juste ça et rien d’autre, on a un peu l’impression qu’on ne nous vend que le bonus sans l’objet principal. D’autant que le DVD coûte bien le prix d’un DVD avec film + suppléments. Ca ne s’arrange pas forcément quand commence le documentaire : chouette pour les fans d’Indochine, intéressant quand même pour ceux qui s’intéressent à la fabrication de la musique en général, ça paraît dans un premier temps fort pointu et technique. Et on se dit qu’1h50 comme ça, à la longue, on va peut-être se lasser.

De plus en plus intéressant à mesure qu’on avance. Parce qu’à mesure que le film avance, les doutes commencent à s’immiscer. Et le film ne nous en cache rien. On voit Nicola Sirkis et Oli de Sat en désaccord sur les chansons à conserver sur le disque. On voit Nicola peiner au moment d’écrire les textes. On voit les contraintes extérieures qui viennent contrarier l’énergie créatrice (les négociations difficiles et manifestement ingrates avec le tourneur qui verront finalement Indochine signer chez Live Nation).

Très grande générosité. Si les interviews d’Indochine, à quelques exceptions près comme celle que Nicola avait accordée à Bang Bang, paraissent parfois un peu distantes, avec un discours qui a tendance à se répéter (et qui tourne beaucoup autour du public d’Indochine) , il n’y a pas de place ici pour la langue de bois. On y voit Nicola qui ne cherche pas à contrôler son image, les racines grisonnantes, le cheveu "à plat" et les lunettes sur le nez. Pour le public d’Indochine, justement, c’est un beau cadeau, son groupe présenté sans fard. Pour tout le monde, c’est un bel exercice d’honnêteté et d’humanisation d’une machine à tubes. Ca peut paraître facile parce que des popsongs doivent avoir l’air d’être faciles et de couler de soi. Mais ce film nous montre que ça ne l’est pas forcément, qu’il y a de la sueur, voire aussi de la souffrance.

Très beau film sur la musique. Grâce à cela, l’intérêt de Black City Parade – Le Film dépasse largement celui des simples fans d’Indochine et offre un passionnant point de vue de l’intérieur de la fabrication d’un disque.

Black City Parade – Le Film. DVD et Blu-ray. Sony

 

Indochine sera les 30 et 31 octobre à Forest National, le 12 mars 2014 au Palais 12 du Heysel (ces 3 concerts sont complets) et le 27 juin 2014 au Stade de France (possibilité d'y aller en car depuis la Belgique).

Et ici, vous pouvez lire notre compte-rendu de leur concert au Cirque Royal, le 4 avril dernier.

De la première note au studio de mastering, devenez le septième membre du groupe pendant près de deux en assistant à la projection de ce documentaire ce mardi 25 juin dans une salle de ciné bruxelloise. Pour participer, cliquez ici.
 

Newsletter Pure

Restez informés chaque semaine des évènements et concours Pure à venir.

OK