Voyages

Tous les dimanches de 09:06 à 11:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Voyage musical au cœur de la forêt, entre inspiration et fascination

Axelle Thiry vous invite à vous enfoncer dans la forêt, et à découvrir la musique de la forêt, ces sons qui ont inspiré de nombreux compositeurs. 

Je m’en allais gaiement par la verte forêt, J’entendais les oiseaux chanter ; des airs si jeunes, des airs si vieux ; oiselets de la forêt verte ! Comme leur chant me ravissait !

Brahms

Poème de la forêt d'Albert Roussel

Albert Roussel a composé un Poème de la forêt. Il s’agit de sa première symphonie. On aurait pu croire qu’elle serait inspirée de la mer. Il a d’abord été officier de marine. Roussel a 25 ans. A l’exception d’un poème symphonique d’après Tolstoï, le Poème de la Forêt est sa première grande partition orchestrale. Elle est très descriptive. Elle débute par l’évocation d’une Forêt d’hiver. Et elle suit le rythme des saisons puisque son deuxième mouvement s’intitule Renouveau et évoque la forêt du printemps. Il dépeint aussi le monde des insectes. La dernière partie s’intitule Faune et Dryades. Le troisième mouvement, le cœur de la symphonie, Soir d’été, est un des premiers exemples des si beaux adagios de Roussel. Henri Dutilleux appréciait beaucoup cette musique parfois très statique des mouvements lents de Roussel. Dans Soir d’été transparaissent peut-être des échos de ses voyages en mer en Extrême-Orient.

La forêt, source d’inspiration de Beethoven

Un jour du mois de septembre 1815, Beethoven écrit : “Dieu tout-puissant, dans la forêt ! Je suis bienheureux, plein de bonheur dans la forêt : chaque arbre parle à travers toi, o Dieu ! Quelle splendeur !" Il aime passer l’été dans les villages des environs de Vienne. A la fin du mois de juillet 1804, il est à Böbling. Son fidèle ami Ries l’y rejoint régulièrement. Souvent, ils se promènent au lieu de travailler. Ries raconte :

"Pendant une promenade, dans laquelle nous nous sommes si bien perdus que nous ne sommes revenus qu’à huit heures à Döbling, Beethoven avait, durant tout le chemin, fredonné et quelquefois presque hurlé à part lui, montant et descendant constamment, sans chanter de notes précises. Quand je lui ai demandé ce que cela voulait dire, il m’a répondu : " Il m’est tombé dans l’esprit un thème pour le dernier allegro de la sonate. " Dès que nous sommes rentrés dans l’appartement, il s’est mis au piano sans même enlever son chapeau. Je me suis assis dans un coin et il m’a bientôt oublié. Alors il s’est déchaîné pendant au moins une heure sur le nouveau et superbe finale qui termine maintenant cette sonate. Enfin il s’est levé. Il était surpris de me voir encore, et m’a dit : " Je ne peux pas vous donner de leçon aujourd’hui : il faut que je travaille encore."

La Sonate dont le finale a vu le jour avec tant de vigueur est l’Appassionata. A son ami Schindler qui lui demande un jour le sens de cette Sonate, Beethoven répond : "Lisez la Tempête de Shakespeare".

La Forêt enchantée de Francesco Geminiani

La dernière partition originale de Francesco Geminiani est la Foresta incantata. La forêt enchantée, un sujet tiré de la Jérusalem délivrée du Tasse. La partition voit le jour en 1754 pour accompagner un spectacle de pantomime avec machineries qui est donné au Palais des Tuileries à Paris.

Grimm a assisté à ce spectacle aux Tuileries. Il raconte : " Le spectacle est orné de machines, animé d’acteurs pantomimes, et accompagné d’une mauvaise musique de la composition de M. Géminiani, qui doit en exprimer les différentes actions. Le sujet est mal choisi. Trois actes d’un spectacle qui ne peut réussir que par la décoration, se passent dans la forêt qui vous offre toujours des arbres dont l’uniformité ne pourrait devenir supportable que par l’intérêt de l’action. Or, elle est mauvaise et ridicule par l’exécution. " Selon d’autres, Geminiani y fait un bel effort d'adaptation stylistique mais la partition ne captive, que dans le mouvement final, dont voici des extraits.

Le souffle créateur du Printemps inspirant Brahms

Avec les premiers souffles du printemps, avec le bouillonnement de la sève, Brahms voit s’éveiller ses instincts créateurs. Il choisit alors un lieu en pleine nature pour s’y installer et créer des chefs-d’œuvre. Toute son énergie est alors vouée à la création. Après une promenade en forêt, il écrit : "Un étrange sentiment m’envahit quand j’ai retrouvé les hauteurs boisées et que j’ai pénétré dans la magnifique forêt. Il y avait un an que je n’avais pas contemplé un si beau paysage. Je me sentais parfaitement heureux ; je ne pensais qu’à la musique. Je suis amoureux de la musique, j’aime la musique, je ne pense qu’à elle et à autre chose seulement si la musique contribue à l’embellir. Attention : J’écris de nouveau des Liebeslieder, lieder d’amour, mais non pour A ou Z, mais pour la musique. Si cela devait continuer ainsi, je risque fort de m’exhaler en un accord et de m’épandre dans les airs."

Il existe un témoignage d’un ami de Brahms, Kalbeck, qui décrit Brahms au retour d’une promenade en forêt : "Il faisait une chaude matinée de juillet, je m’étais levé très tôt et j’étais parti dans la campagne. A un moment donné je vis surgir de la forêt un homme que je pris pour un paysan. Je reconnus dans le personnage Johannes Brahms. Mais dans quel état et dans quel accoutrement ! Nu tête, en bras de chemise… son chapeau dans une main, il tirait de l’autre sa veste qui traînait derrière lui dans l’herbe. Il avançait aussi vite qu’il pouvait, comme poursuivi par quelque ennemi invisible. De loin déjà, j’entendais son souffle précipité. Lorsqu’il se rapprocha, je vis que la sueur coulait de sa chevelure en désordre et ruisselait sur ses joues. Les yeux, hors de la tête, fixés dans le vide, brillaient comme ceux d’un fauve – il avait l’aspect d’un fou. Avant que j’aie eu le temps de me remettre de ma stupeur, il était passé à côté de moi, me frôlant presque. Je compris aussitôt qu’il eût été maladroit de l’interpeller : le feu de la création le brûlait. Je n’oublierai jamais l’impression de puissance élémentaire que cette apparition provoqua en moi."

Continuez la balade forestière en écoutant l’émission Voyages d’Axelle Thiry.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK