Voyages

Tous les dimanches de 09:06 à 11:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Les compositeurs en voyage, dans le train, sur l'eau, à cheval, en traîneau…

Les compositeurs se déplacent parfois à pied, en bateau, en traîneau, à cheval ou en train… Axelle Thiry vous emmène en voyage, en vous parlant de l’inspiration que les moyens de transport peuvent fournir aux compositeurs.

Le chant du chemin de fer

Un des premiers compositeurs à donner une réalisation musicale du chemin de fer est Charles-Valentin Alkan, qui écrit en 1844 une étude pour piano en ré mineur intitulée Chemin de fer, qui doit être jouée vivacissimamente, à savoir très vivement. À cette époque-là, plusieurs lignes de chemin de fer sont déjà ouvertes en France.

Le "vaisseau fantôme" de Wagner

Richard Wagner est, au début de sa relation de couple avec Mina, dans une situation financière très difficile. Il a pourtant des rêves de grandeur qui le portent. C’est à Paris qu’il veut aller. Il présentera son Rienzi à l’Académie Royale de Musique. Le voyage dure plusieurs semaines. Les Wagner embarquent sur le voilier Thétis à destination de Londres, mais une tempête effroyable se lève et Wagner souffre du mal de mer. Quelle frayeur ! Dans le déferlement des vagues, la nymphe de la proue se détache… Le bateau est finalement rejeté sur les côtes de la Norvège. Plus tard, quand la mer est calme, les Wagner repartent mais voilà que le vent se déchaîne à nouveau, la tempête dure trois jours. Le bateau est secoué en tous sens si bien que Wagner et Mina croient que leur dernière heure est arrivée. Mina le supplie alors de l’attachée à lui pour qu’ils soient unis dans la mort. Wagner confiera plus tard : Le vaisseau fantôme reparut devant moi, ma propre situation lui prêta la force morale et les tempêtes, les flots de la mer, les rochers scandinaves et la vie du bord, sa physionomie et sa couleur…

Beethoven et ses promenades dans la nature

Beethoven adore marcher dans la nature. Ses promenades lui donnent une formidable énergie. Il y trouve aussi un stimulant pour sa création. Il a le sentiment de communier avec ce foisonnement végétal, avec le renouvellement des saisons. Beethoven trouve dans la création continuelle du monde, dans ce jaillissement perpétuel un écho à sa propre créativité. Il confiait : Aucun homme ne pourra aimer la nature autant que moi.

En 1818, le peintre Auguste von Klober fait son portrait. Le peintre aime aussi s’enfoncer dans la forêt et il lui arrive de croiser Beethoven. Voici comment il le décrit dans ses souvenirs : Dans mes promenades, je rencontrais plusieurs fois Beethoven et c’était très curieux de le voir, son papier de musique et un bout de crayon à la main, s’arrêtant souvent comme s’il écoutait, regardant en haut, en bas, puis traçant des notes sur son papier. J’avais été prévenu de ne jamais l’aborder et de faire attention à lui quand je le rencontrerais ainsi, car il serait gêné ou même désagréable. Une fois que je me promenais dans la forêt, je le vis en face de moi, dans l’autre côté du chemin creux qui nous séparait, grimpant sur une hauteur, son chapeau de feutre gris à larges bords serré sous son bras. Arrivé en haut, il s’étendit de tout son long sous un sapin et regarda longuement le ciel.

En septembre 1824, Beethoven rejoint les environs de Vienne pour se régénérer au contact de la nature. Il est à Baden et il achève sur douzième quatuor.

Les voyages imaginaires de Claude Debussy

Claude Debussy a composé 24 préludes qui sont de purs chefs-d’œuvre nés de ses voyages imaginaires. Plus que des états d’âme, ce sont des évocations poétiques et rendent une atmosphère. Ils sont comparables à de petits poèmes en prose. En les écoutant, on s’identifie avec le thème ou avec le paysage. Celui qu’il a appelé Des pas sur la neige évoque une marche lente dans un paysage d’hiver ou peut-être une grande solitude. Debussy précise que le rythme immuable de ce prélude doit avoir la valeur sonore d’un fond de paysage triste et glacé.

Découvrez l’émission Voyages d’Axelle Thiry, consacrée aux moyens de transport et leur influence sur le génie créateur des compositeurs.

Programmation musicale

Charles-Valentin ALKANEtude pour piano en ré mineur opus 27, "Le chemin de fer". Laurent Martin. Marco Polo 822035.

Richard WAGNERL’Ouverture du Vaisseau fantôme. L’Orchestre symphonique de Chicago sous la direction de Sir Georg Solti. . DECCA 430 448 2.

Ludwig van BEETHOVENLe deuxième mouvement du Quatuor à cordes opus 127 n°12 en mi bémol majeur. Quatuor Artemis. Virgin classics 62865906.

Claude DEBUSSYDes pas sur la neige. Krystian Zimmerman. DG 435773-2.

George GERSHWINRhapsodie in Blue. Jean-Yves Thibaudet et l’Orchestre symphonique de Baltimore sous la direction de Marin Alsop. DECCA 4782189.

Wolfgang Amadeus MOZARTLe premier mouvement du Quintette pour clarinette et quatuor à cordes K 581. Jörg Widmann et le Quatuor Arcanto. HM 902168.

Louis Moreau GOTTSCHALKLa Ballade pour piano n°8 opus 90. Philip Martin. Hyperion 67248.

Maurice RAVELLe Concerto en ré majeur pour la main gauche. Krystian Zimmerman & l’Orchestre symphonique de Londres sous la direction de Pierre Boulez. DG 4492132.

Hector BERLIOZLe spectre de la rose (Nuits d’été). Brigitte Balleys et l’Orchestre des Champs-Elysées sous la direction de Philippe Herreweghe. Harmonia Mundi 901522.

Production et présentation : Axelle THIRY

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK