Voyages

Tous les dimanches de 09:06 à 11:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Leipzig à l’époque de Jean-Sébastien Bach

Leipzig est une ville d’une grande richesse musicale. Parmi les compositeurs qui l’ont fait rayonner, on peut citer Felix Mendelssohn, Robert Schumann, Richard Wagner qui y est né. Berlioz, Chopin, Liszt et Grieg qui y ont séjourné. Axelle Thiry vous emmène dans la Leipzig du XVIIIe siècle, à l’époque d’un des plus grands compositeurs de tous les temps, Jean-Sébastien Bach. Il y a vécu les 27 dernières années de sa vie.

Leipzig, ville galante

A l’époque de Bach, Leipzig compte environ 30.000 habitants. C’est une ville galante, sensible à la culture et à la mode. Sur le plan économique, elle ne se fait pas de soucis. Elle a grandi sur un carrefour de la route entre l’Orient et l’Occident. Elle voit défiler les marchandises et elle prend sa part du gâteau. Elle abrite aussi une grande foire plusieurs fois par an, qui lui attire du monde. Mais tout cela ne lui monte pas à la tête. L’élégante Leipzig veille à sauvegarder les principes du luthéranisme. C’est une ville profondément conservatrice. Et c’est aussi une intellectuelle. Dont l’université est alors une des plus prestigieuses d’Allemagne. Il y a aussi à Leipzig de célèbres écoles, comme l’école de Saint-Thomas, dont les cantors sont aussi… compositeurs.

Profession : cantor de l’école de Saint-Thomas à Leipzig

Kuhnau est un intellectuel. Il est aussi avocat, excellent mathématicien, polyglotte et il a bien d’autres qualités encore. Il est cantor de l’école de Saint-Thomas à Leipzig. Le cantor est d’abord un professeur. De musique, de catéchisme, de latin. Mais c’est aussi un peu le directeur musical de la ville. Quand Kuhnau décède, plusieurs musiciens posent leur candidature pour le remplacer. Parmi eux, un certain Jean-Sébastien Bach. Bach aspire à devenir directeur de la musique dans une grande ville. C’est une sorte de promotion sociale. Cela permettrait aussi à ses enfants d’avoir une scolarité gratuite dans une bonne école et de poursuivre leurs études à l’université. Il veut pouvoir leur donner ce qu’il n’a pas eu : une formation universitaire. Les autorités de Leipzig le lui reprochent, d’ailleurs, et ils ont Telemann en vue.

Telemann à qui les autorités de Leipzig proposent de reprendre le poste de cantor de l’école de Saint-Thomas. Il est cantor à Hambourg. Il pose ses conditions, qui sont assez exigeantes. Mais quand le Conseil le nomme, il refuse. En réalité, il n’était pas vraiment intéressé. Il voulait juste faire monter les enchères pour être mieux payé à Hambourg. C’est une déception cuisante pour le conseil de Leipzig. Jean-Sébastien Bach fait partie des candidats, mais il semble, et c’est peut-être la première fois de sa vie, qu’il ne suscite aucun enthousiasme. Il y a même un conseiller, un certain Platz, qui dit une phrase qui va le rendre ridicule pendant des siècles : "Puisque nous n’avons pu obtenir le meilleur, nous devons nous contenter d’un médiocre". Éconduite par Telemann, Leipzig fait la fine bouche avec Bach. Elle lui pose toute une série d’exigences. Bach est excédé. Pour en finir, il signe tout ce qu’on veut et il devient, à l’âge de 38 ans, Cantor de l’Eglise Saint-Thomas.

Bach, cantor et professeur

Bach s’est évidemment montré à la hauteur de toutes les attentes. Il est solennellement accueilli à l’école Saint-Thomas, qui compte une cinquantaine de pensionnaires. Bach donne des cours. De musique bien entendu. Pour les cours de latin, il se fait remplacer. Il doit aussi assurer des heures de surveillance… Et comme le cantor est aussi directeur de la musique, il est responsable des programmes de musique sacrée dans la plupart des églises de Leipzig et notamment celle de Saint-Thomas et de Saint-Nicolas. Il lui faut écrire une nouvelle cantate par semaine. C’est énorme. Cela explique l’abondance à peine croyable des cantates que Bach a composées. Et Bach trouve même le temps de composer et publier d’autres œuvres, comme le Clavier bien tempéré.

Leipzig est une ville mélomane. Il y a beaucoup de concerts. Il y avait aussi un opéra. Avec des productions spectaculaires. Des tempêtes, des tours en feu, un jour, on y introduit même un ours. Mais l’opéra sera fermé à cause de problèmes financiers et le bâtiment sera rasé en 1729. Finalement, ceux qui contribuent le plus à la vie musicale de Leipzig, après l’immense Bach, évidemment, ce sont les musiciens de la ville et les étudiants de l’université. Les étudiants forment des ensembles, comme le Collège musical, dont Bach reprend la direction. Il donne des concerts, qui ont lieu une fois par semaine au café Zimmermann, une des plus célèbres brasseries de la ville. Bach y joue souvent de la musique avec ses élèves et ses fils. C’est d’ailleurs pour eux qu’il écrit des œuvres comme ses concertos pour deux, trois ou quatre clavecins.

Voyagez dans la Leipzig du XVIIIe siècle avec Axelle Thiry, ci-dessous

Programmation musicale

Jean-Sébastien BACH - Le premier mouvement du Concerto pour clavecin en ré mineur. Céline Frisch et les membres du Café Zimmermann. Alpha 013.

Johann KUHNAU - extraits cantate " Repoussez les soucis de votre cour . Deborah York et le King's Consort. CDA 67059 Hyperion.

Georg Philipp TELEMANN - Ouverture en en fa majeur pour deux cors, deux hautbois, basson, cordes et basse continue. Il fondamento Paul Dombrecht. Passacaille 929 .

Jean-Sébastien BACH - extraits de la cantate BWV 75 . Philippe Herreweghe. HMC 901843.

Jean-Sébastien BACH - Prélude et fugue n°8 BWV 853. Pierre Hantaï. Mirare MIR 9930.

Jean-Sébastien BACH - Concerto en la mineur pour 4 clavecins BWV 1065. Academy of Ancient Music direction Christopher Hogwood. Oiseau Lyre 433 053 2 .

Jean-Sébastien BACH - Messe en Si Kyrie. Chours et Orchestre du Collegium Vocale
, Sous la direction de Philippe Herreweghe. . Virgin Classics VCD 7 90757 2.

Carl Philip Emanuel BACH - Allegro de la Sonate en do mineur pour deux violons, violoncelle et clavecin. ensemble Florilegium. Channel Classics CCS 11197.

Karl Friedrich ABEL - presto de l'Ouverture opus 5 numéro 4 . Il fondamento Sous la direction de Paul Dombrecht. . Vanguard Classics 99703.

Jean-Sébastien BACH - extrait de la Cantate du café BWV 211 . Concentus musicus Wien Nikolaus Harnoncourt Rotraud Hansmann. Teldec 3984 25710 2.

Georg HAENDEL - Concerto grosso en sol majeur opus 3 numéro 3 . ensemble Tafelmusik, sous la direction de Jeanne Lamon.. SK 52553 .

Jean-Sébastien BACH - Choeur d'entrée Passion selon saint Jean. Collegium Vocale Chapelle Royale sous la direction de Philippe Herreweghe. HM 901264 65.

Jean-Sébastien BACH - Variations Goldberg . Pierre Hantaï.. Opus 11130-84 .

Jean-Sébastien BACH - Art de la fugue . Hespérion XX sous direction Jordi Savall. espérion XX Alia Vox AVSA 9818 A .

Production et présentation : Axelle THIRY

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK