Voyages

Tous les dimanches de 09:06 à 11:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Fernand Léger et la musique

Axelle Thiry nous propose de faire une promenade en compagnie de Fernand Léger.

Le beau est partout

Fernand Léger réinvente la peinture en s’inspirant du spectacle du monde mais aussi en s’ouvrant aux autres arts : la poésie, le cinéma, les arts de la scène et l’architecture. Fernand Léger est généreux, curieux de tout et c’est aussi un grand voyageur. Il s’inspire aussi de la vie quotidienne et il écrit :

Il n’y a pas le beau, catalogué, hiérarchisé. Le Beau est partout, dans l’ordre d’une batterie de casseroles sur le mur blanc d’une cuisine, aussi bien que dans un musée.

Fernand Léger aime aussi puiser des sources d’inspiration dans la vie citadine. Il écrit : "Sur les boulevards, deux hommes transportent dans une voiture à bras d’immenses lettres dorées ; l’effet est tellement inattendu que tout le monde s’arrête et regarde. Là est l’origine du spectacle moderne."

Fernand Léger, l’un des cubistes les plus importants de l’histoire de l’art

Fernand Léger est né en 1881. On le considère comme l’un des cubistes les plus importants. A 26 ans, il assiste à une rétrospective consacrée à Cézanne. Il en sort profondément marqué. La même année, il découvre les recherches artistiques cubistes de Georges Braque et de Pablo Picasso. Il se plonge dans la vie artistique parisienne, et il rencontre d’autres peintres en vogue à l’époque, comme Amedeo Modigliani, Max Jacob et Robert Delaunay.

Selon Juliette Périers-Denis, l’œuvre de Fernand Léger est d’abord fortement liée à celle de Paul Cézanne et de Picasso, puis elle s’émancipe grâce, à "une recherche poussée du dynamisme entre les volumes, les formes, les couleurs et les lignes". Elle souligne que le style de Léger se différencie de celui des autres cubistes en ce que, plutôt que de chercher à détailler chacun des éléments d’un tableau sous toutes ses facettes, il cherche à placer les différents éléments dans l’espace pour qu’on les distingue. Léger propose un nouveau regard sur le monde moderne. Il confie : "Si l’expression picturale a changé, c’est que la vie moderne l’a rendue nécessaire. L’existence des hommes créateurs modernes est beaucoup plus condensée et beaucoup plus compliquée que celle des gens des siècles précédents […]. L’homme moderne enregistre cent fois plus d’impressions que l’artiste du XVIIIe siècle, par exemple ; à tel point que notre langage est plein de diminutifs et d’abréviations."

Une nouvelle représentation du monde

Fernand Léger est un passionné de spectacles. Il adore le cirque et les bals populaires. Ces lieux où les artistes abandonnent la pesanteur terrestre. Il participe tout au long de sa vie à une dizaine de créations. Il conçoit des décors et des costumes pour des ballets et des opéras. Il s’intéresse beaucoup au cinéma, qui est pour lui l’art de la modernité par excellence. En 1924, Fernand Léger crée un film de court métrage, le Ballet mécanique. C’est du cinéma d’avant-garde. Il n’y a pas de scénario, mais ce que Fernand Léger appelle des "réactions d’images rythmées". Il réalise ce film que l’on peut qualifier d’expérimental dadaïste post-cubiste, en collaboration avec Dudley Murphy d’après le ballet mécanique du compositeur américain George Antheil. Fernand Léger confie : "J’ai pris des objets usuels que j’ai transposés à l’écran en leur donnant une mobilité et un rythme " très voulus et très calculés ". Il confie au sujet de la musique, "Nous avons demandé au compositeur Georges Antheil d’en faire l’adaptation synchronisée musicale. Nous espérons obtenir mécaniquement de la manière la plus absolue la simultanéité du son et de l’image…"

Découvrez l’univers musical et pictural de Fernand Léger ci-dessous

Programmation musicale :

Maurice RAVELLe premier mouvement du Concerto pour piano en sol majeur. Pierre-Laurent Aimard & Cleveland Orchestra sous la direction de Pierre Boulez. DG 4778770.

Erik SATIEGnossiennes n°2 à 4. Jean-Yves Thibaudet. DECCA 4736212.

Gabriel FAURELe premier mouvement du Quintette à clavier n°1 en ré mineur opus 89. Eric Lesage et le Quatuor Ebène. Alpha 602.

Daniel CAPELLETTITango pour accordéon, violon, piano, deux guitares et contrebasse. Ensemble Soledad. Virgin 5455032.

César FRANCKLes deuxième et troisième mouvements de la Sonate en la majeur pour violon et piano. Vadim Repin et Nikolai Lugansky. DG 00289 477 8794.

Georges ANTHEILExtrait du Ballet mécanique. Philadelphia Virtuosi Chamber Orchestra sous la direction de Daniel Spalding. Naxos 8559060.

Arthur HONEGGERLes deux premiers mouvements de la Sonate pour violoncelle et piano. Christian Poltera et Kathryn Stott. Bis 1617.

Claude DEBUSSYLes sons et les parfums tournent dans l’air du soir et Ce qu’a vu le vent d’Ouest. Krystian Zimerman. Deutsche Grammophon 435 773-2.

Francis POULENCExtraits de la cantate Figure humaine. Choeur de Chambre Accentus sous la direction de Laurence Equilbey. Naïve 4883.

Darius MILHAUDLe boeuf sur le toit. Renaud Capuçon & Die Deutsche Kammerphilharmonie Bremen sous la direction de Daniel Harding. Virgin 4117112.

Maurice RAVELLe premier mouvement du Trio en la mineur pour piano, violon et violoncelle. Trio Wanderer. LDC 2781114.

Production et présentation : Axelle THIRY

Réalisation : Katia MADAULE

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK