Voyages

Tous les dimanches de 09:00 à 11:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Clara Schumann, une pianiste et compositrice de génie dans un monde exclusivement masculin

Clara Schumann, une pianiste et compositrice de génie dans un monde exclusivement masculin
Clara Schumann, une pianiste et compositrice de génie dans un monde exclusivement masculin - © Tous droits réservés

Clara Schumann est l’une des plus grandes pianistes de son temps. Elle triomphe pendant plus de soixante ans sur les scènes européennes. Elle est aussi une compositrice de talent.

Franz Liszt écrivait à son sujet :

Il y a chez elle une supériorité réelle, un sentiment profond et vrai, une élévation constante.

Elle est aussi la femme d’un compositeur de génie. Elle forme avec Robert Schumann un couple mythique. À travers la musique, ils se rejoignent dans le même langage, celui de l’indicible. Il lui écrit : "Chacune de tes pensées provient de mon âme, de même que je te dois toute ma musique."

Une pianiste et compositrice de génie dans un monde masculin

Comme l’écrit Brigitte François-Sappey dans la biographie qu’elle consacre à Clara Schumann, "elle seule fut tenue pour l’égal des plus grands pianistes masculins, Thalberg, Chopin, Liszt et Mendelssohn". Le critique musical Henri Blanchard la déclare "le lion musical du moment, le Thalberg féminin du piano" et le violoniste Joachim l’assure : "que vous soyez une femme ne semble ne rien avoir à faire là-dedans, de toute façon, en ce qui concerne l’art, vous êtes suffisamment homme." Voilà qui en dit long sur les mentalités de cette période. Clara Schumann a su faire reconnaître son talent éblouissant dans ce monde musical presque exclusivement masculin à l’époque. Elle était aussi une compositrice inspirée.

Clara Wieck, l’enfant prodige

Clara est la fille de Friedrich Wieck, un éminent et exigeant professeur de piano. Il veut faire d’elle une virtuose. Clara est une enfant surdouée, prodige, merveilleuse… Meurtrie aussi par le divorce de ses parents et les tensions familiales. La musique est le premier langage auquel elle accède. Les mots de la discorde, prononcés au-dessus de sa tête enfantine par ceux qu’elle aime la blessent au point que c’est l’art sonore qui devient son éternel recours et retour.

"Un moment entendement du sonore fut la base de sa relation avec Schumann. Tous deux parlaient de naissance, ce langage de l’indicible à jamais mystérieux au commun des mortels et chacun inspirait l’autre dans sa musique. Cette osmose défia leur déséquilibre intellectuel, la présence ou l’absence, la vie ou la mort. C’est dans l’ineffable sonore qu’ils furent des égaux, vibrant sur la même longueur d’onde, échangeant des signaux énigmatiques aux sources improbables."

Brigitte François-Sappey

Robert Schumann composera tout un répertoire de musique de chambre avec piano que Clara jouera pendant ses tournées, elle est une formidable interprète, notamment de celle de son mari. Elle écrit : "un jour, j’ai compris que j’aimais passionnément Robert. Ce jour-là, j’ai commencé à sentir ce que je jouais. Tout le monde a dit que si mon jeu devenait expressif, c’était dû, sans doute, à une profonde émotion."

Rencontre avec Robert, le "lunatique conteur d’histoires"

Clara a 9 ans lorsqu’un certain Robert Schumann devient l’élève de son père. Elle adore ce jeune homme de 17 ans qu’elle appelle "son lunatique conteur d’histoires". Ils échangent des jeux codés, des charades musicales, puis des lettres et des thèmes. Selon Brigitte François-Sappey, "c’est ce jeune étudiant en droit, au bleu regard songeur, taciturne depuis la double perte de sa sœur et de son père mais doué d’une vie intérieure foisonnante et d’une affectivité intense qui apprivoisa l’enfant apeurée et libérera son imagination".

Quand Clara a 11 ans, son père estime qu’elle est prête à affronter le monde. Il lui prépare une vaste tournée, sept mois de diligences cahotantes, de levers à l’aube, de couchers tardifs, de concerts sur des pianos parfois peu agréables, mais quel succès… A Weimar, Clara joue devant Goethe des variations de son cru. Il est ébloui par son talent. Elle se produit aussi devant le précepteur du Grand-Duc Charles-Alexandre qui est bouleversé de découvrir "une vraie merveille à l’air de profonde mélancolie".

Le 20 octobre 1828, Clara Wieck donne un concert au Gewandhaus. Elle joue notamment des variations sur un thème original qu’elle a composées et qui sont aujourd’hui malheureusement perdues. Lors de ce concert, son jeu et ses œuvres lui valent une ovation. En octobre 1829, Paganini déclare :

Elle a la vocation de l’art, parce qu’elle en a le sentiment.

La pianiste prodige est aussi animée d’une fièvre créatrice. Elle compose et improvise à la manière des virtuoses de son temps. Sous les mains de Clara, l’instrument se métamorphose.

Paris, la déception de la tournée de Clara

Le 15 février 1832, Clara et son père arrivent à Paris, le véritable but de leur tournée. Ils y resteront jusqu’au 13 avril. Friedrich Wieck multiplie les démarches mais ils repartiront déçus. Meyerbeer est alors presque inabordable, Mendelssohn est occupé à révéler aux Parisiens son octuor et le concerto en sol de Beethoven, Frédéric Chopin donne son premier concert parisien dans les salons de Pleyel le 26 février en présence de Liszt et de Mendelssohn et Paris est victime d’une épidémie de choléra. Le grand concert de Clara le 9 avril à l’Hôtel de ville tombe à plat.

Quand la jeune Clara revient de tournée, Robert Schumann la trouve grandie. Elle découvre les Caprices en forme de valse qu’il a composés, Robert trouve qu’elle les joue comme un hussard. Clara est envoyée par son père prendre des cours de composition à Dresde et elle poursuit ses tournées. Schumann lui écrit : "L’éloignement n’est qu’une proximité étendue. Je vous parle chaque jour, plus bas encore que je ne le fais d’ordinaire et je sais parfaitement que vous m’entendez."

Un portrait de Clara Schumann réalisé par Axelle Thiry que vous pouvez découvrir dans son intégralité ci-dessous.

Programmation musicale

Clara SCHUMANNAndante molto, extrait des Romances opus 22. Lisa Batiashvili et Alice Sara Ott. DG 4790086.

Clara SCHUMANNWenn ich ein Boeglein waer, Kanon und Improvisation. Julien Prégardien et Sandrine Piau. Alpha 457.

Robert SCHUMANNLes deux Premiers mouvements du Quintette opus 44. Jerusalem Quartet et Alexander Melnikov. HM 902122.

Clara SCHUMANNLe dernier mouvement du Trio à clavier op 17. Voces Intimae. Challenge Classics CCD 72675.

Frédéric CHOPINLes Variations opus 2 sur " La ci darem la mano " du Don Giovanni de Mozart. Jan Lisiecki & NDR Elbphilharmonie Orchester. NETIA 28220311.

Felix MENDELSSOHNL’Andante de l’Octuor à cordes en mi bémol majeur opus 20. L’Academy of St Martin-in-the-Fields sous la direction de Sir Neville Marriner. Decca 4786883.

Robert SCHUMANNImpromptus sur une Romance de Clara Wieck. Eric Lesage. Alpha.

Clara SCHUMANNLe dernier mouvement du Concerto pour piano en la mineur opus 7. Véronica Jochum & Bamberg Symphoniker sous la direction de Joseph Silverstein. Tudor 788.

Ludwig van BEETHOVENLe Premier mouvement de la Sonate n°23 en fa mineur dite "Appassionata". Jonathan Biss. EMI 5858942.

Clara SCHUMANNAndante, Romance en sol mineur opus 11. Elena Gaponenko. Oehms Classics.

Robert SCHUMANNL’Aria de la Sonate pour piano n°1 en fa dièse mineur opus 11. Maurizio Pollini. DG 4790908.

Clara SCHUMANNUn lied sur des poèmes du Printemps de l’amour de Friedriech Rückert.. Véronica Jochum & Bamberg Symphoniker sous la direction de Joseph Silverstein. EMI 609022 2.

Robert SCHUMANNLe premier mouvement, Allegro affetuoso, du Concerto opus 54 en la mineur. Leif Ove Andsnes & Orchestre philharmonique de Berlin. Warner 6328450.

Production et présentation : Axelle THIRY

Réalisation : Antoine Duwaerts

Feuilleton consacré à Clara Schumann

A l’occasion du 200e anniversaire de la naissance de la compositrice, découvrez le feuilleton qui lui est consacré :

Clara Schumann, ou la difficulté d’être femme, artiste et créatrice au XIXe siècle

► Episode 1 : Une petite fille silencieuse
► Episode 2 : Une si longue attente
► Episode 3 : Du ring an meinem Finger
► Episode 4 : Le jour s’assombrit, un ange apparaît
► Episode 5 : La nuit tombe, une autre vie commence

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK