Voyages

Tous les dimanches de 09:06 à 11:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Bruxelles dans les années 1900 : un haut lieu de la création musicale

Place De Brouckère et Théâtre Royal de la Monnaie
3 images
Place De Brouckère et Théâtre Royal de la Monnaie - © Collection privée Bruxelles-Bruxellons : http://bruxelles-bruxellons.blogspot.com

Vers 1900, Bruxelles connaît une vie artistique débordante. Un vent de liberté souffle dans le milieu artistique. Le groupe le plus innovant à cette époque en Belgique est le Groupe des XX, une société d’art animée par Octave Maus.

C’est une levée de boucliers contre tout ce qui est académique, poncifs, perruques… C’est de l’art fier et indépendant qu’on veut faire, et comme il s‘agit de bousculer et de batailler, j’en suis. Nous proposons de tout casser pour remettre notre pauvre bourgeois de pays à la place qu’il devrait occuper.

Octave Maus

Ce dimanche 21 juillet, jour de Fête nationale, Axelle Thiry vous propose de replonger dans la foisonnante Bruxelles artistique et intellectuelle du début du XXe siècle. 

Le groupe des XX

Le Groupe des XX est fondé en 1883 par Octave Maus et vingt artistes que l’on appelle les "vingtistes".  Il y réunit les jeunes artistes belges les plus novateurs : James Ensor y présente ses visions étranges et hallucinées, Fernand Khnopff ses portraits et ses paysages, Guillaume Vogels ses marines, Emile Claus ses paysages flamands qui ont tant de succès.

Le groupe est animé par Octave Maus. Il est avocat, passionné d’art et critique à ses heures. Dans quelques salles d’exposition prêtées par le Musée des Beaux-Arts, Octave Maus expose les meilleures œuvres de l’époque. Parmi les peintres étrangers, surtout des Français mais pas seulement, on peut admirer Pisaro, Gauguin, Cézanne, Renoir, Toulouse Lautrec ou encore Van Gogh. Octave Maus souhaite aussi créer des correspondances entre les arts : pourquoi ne pas organiser des concerts dans les salles d’exposition ?  Lors d’un des premiers concerts, on donne le premier quatuor pour piano et cordes de Gabriel Fauré avec le compositeur au piano.

Eugène Ysaÿe, le génie musical belge

Le grand pianiste Anton Rubinstein disait d’Ysaÿe : "j’adore jouer avec Ysaÿe, ce n’est pas de la praline".

Quel grand artiste était Ysaÿe. Quand il apparaissait sur l’estrade, c’était comme l’apparition d’un roi, beau et fier avec sa taille de colosse et son visage de jeune lion, avec l’éclat de ses yeux, ses gestes, sa mimique, il était déjà lui-même un spectacle.

 

Plusieurs compositeurs ont dédié des chefs-d’œuvre à Ysaÿe, comme César Franck qui lui offre sa sonate pour violon et piano comme cadeau de mariage. La création de la sonate à lieu à Bruxelles, le 16 décembre 1886 devant un public restreint qui reste indifférent, sauf quelques-uns, dont César Franck.

Ysaÿe joue une seconde fois la sonate de Franck dans l’une des salles d’exposition des XX au mois de février 1887 : l’après-midi touche à sa fin, comme il n’y a pas d’éclairage, il faut bientôt trop sombre pour lire la partition. Les musiciens continuer à jouer de mémoire. C’est peut-être le fait d’être plongé dans l’obscurité qui permet cette fois au public d’être réceptif aux accents déchirants de la sonate et à sa nouveauté stupéfiante.

Théâtre Royal de la Monnaie, un foyer de créations et d'innovations

A Bruxelles, le Théâtre Royal de la Monnaie est particulièrement actif et novateur. On y donne bien évidemment la première d’opéras belges, mais aussi de compositeurs français, comme Massenet ou Chausson. Il y a aussi les concerts populaires de la Monnaie qui font quelques incursions dans la musique française de l’époque. On y jouera par exemple La mer de Claude Debussy.

La Monnaie accueille les premières exécutions en français de plusieurs opéras de Wagner et en 1907, on y donne Salomé de Richard Strauss. La danse des sept voiles que Salomé exécute devant Hérode. Une danse que l’on dit d’un érotisme extrême qui permet à Salomé de demander à Hérode tout ce qu’elle veut. Et ce qu’elle veut, c’est la tête de Jochanaan sur un plateau d’argent.

Debussy à Bruxelles

Quand Debussy est de passage en Belgique, il rend visite à Eugène Ysaÿe à Bruxelles. Il passe une soirée mémorable, jouant sa musique devant un Ysaÿe qu’il décrit comme délirant. Ysaÿe propose bien vite à Octave Maus d’organiser un concert pour Debussy à La libre esthétique – fondée par Octave Maus après la dissolution des XX, à la fin du XIXe siècle. Octave Maus perçoit directement qu’avec Debussy, la musique prend une orientation totalement nouvelle et il accepte avec enthousiasme. On y donnera notamment son quatuor à cordes.


Soudain nous nous taisions. Nous prenions place. Parmi nous s'avançait Ysaye coiffé de sa toque de loutre, imposant, cordial et bon, suivi de son jeune disciple Mathieu Crickboom, fin comme le son de son instrument, de Léon Van Hout, altiste inégalé. Venait enfin Jacob, "le bon Joseph", souriant et rougeaud, trimballant son violoncelle d'où sortirait tout à l'heure des accents ineffables. Ils passaient, causant en wallon de Liège. Puis les instruments sortaient des boîtes déposés sur le côté de l’estrade au pied des toiles luministes. Et le concert commençait. Dans l’odeur de la peinture fraiche, se déroulaient des contours mélodiques et des harmonies dont la nouveauté, loin de dérouter l’âme, faisait fleurir en elles des effusions qui n’avaient attendu que cette printanière ondée. 

Madeleine Maus


La vie à Bruxelles en 1900 se caractérise par son ouverture d’esprit. L’originalité de la démarche des XX est d’avoir supprimer toute forme de jury, leur idéal : l’égalité entre les artistes, pas de hiérarchie, pas d’école. 

Décidément, c’est pour la Belgique que ma musique est faite ! déclarera Ernest Chausson, touché par l’accueil chaleureux que les Belges réservent à sa musique.

Chausson va composer un chef-d’œuvre avec la collaboration d’Eugène Ysaÿe, il s’agit de son célèbre Poème pour violon et orchestre. Chausson et Ysaÿe étaient tous deux membres du cercle de César Franck, et Ysaÿe avait fait promettre à Chausson de lui écrire une œuvre. Le Poème est achevé en 1896. Après avoir jeté un coup d’œil à la partition, Ysaÿe dit à Chausson qu’elle remportera un grand succès, parce que c’est l’une des plus belles pièces qu’il n’ait jamais composées.

Musique et poésie, la célébration d’une alliance

A Bruxelles, le conservatoire est l’une des institutions musicales les plus importantes. Fondé en 1832, il a pris comme modèle le Conservatoire de Paris. L’instruction musicale obéit à des règles strictes et y est donnée par d’excellents professeurs, parmi lesquels figure bien entendu Ysaÿe.

Les concerts populaires forment une autre institution importante à Bruxelles et au début du XXe siècle, la musique russe est à la mode. En 1890, les concerts populaires donnent un concert symphonique exclusivement russe dirigé par Rimski-Korsakov lui-même et dans les salons des XX, on joue des œuvres de Tchaïkovski, Glazounov mais aussi Moussorgski et Rachmaninov. Et en 1908, Scriabine s’installe à Bruxelles.  

Au tournant du siècle, on célèbre l’alliance entre musique et poésie. Les XX et la Libre esthétique encouragent aussi ce dialogue et ils ont à cœur de faire entendre des œuvres vocales. Aux programmes de leurs concerts figurent des mélodies de Fauré, Ravel, Duparc.

La célèbre Invitation au voyage, que le jeune Henri Duparc, âgé de 22 ans, compose sur un texte de Charles Baudelaire, est chantée pour la première fois à La Libre esthétique par Georgette Leblanc, l’égérie de Maurice Maeterlinck.

À Bruxelles, Georgette Leblanc était le personnage du jour, tant à cause de ses débuts impressionnants et d’une beauté qui avait captivé du même coup le public et la critique que de ses originalités vestimentaires. Elle apparut sur l’estrade dans une robe Moyen-Age vert-olive et portant au front le diamant d’une ferronnière.

Madeleine Maus.

Plongez dans l'univers musical du Bruxelles des années 1900 dans l'émission Voyages d'Axelle Thiry, ce dimanche 21 juillet à 10h.   

Programmation musicale

Eugène YSAYE - Obsession : Prélude Sonate n°2 en la mineur opus 27 n°2. Frank Peter Zimmermann. EMI 5 55255 2.

Gabriel FAURE - Premier mouvement premier Quatuor pour piano et cordes.. Quatuor Ysaÿe et Pascal Rogé. . DECCA 475 187-2 .

César FRANCK - Deux premiers mouvements de la Sonate pour piano et violon en la majeur. Gil Shaham et Gerhard Oppitz. Deutsche Grammophon 429 729-2..

Richard STRAUSS - La Danse des sept voiles. Extraite de l'opéra Salomé. Orchestre Philharmonique de Vienne. Sir Georg Solti. . DECCA 414 414-2..

Maurice RAVEL - Scarbo extrait de Gaspard de la nuit . Vladimir Ashkenazy. DECCA 410255 2.

Claude DEBUSSY - Premier mouvement Quatuor. Quatuor Alban Berg . EMI 7 47347 2.

Ernest CHAUSSON - Poème pour violon et orchestre . Orchestre philharmonique de New York dir. Zubin Mehta et Itzhak Perlman. . Deutsche Grammophon 00289 477 7113.

Alexandre SCRIABINE - Deux Poèmes opus 32 . Andrei Korobeinikov. Mirare 061.

Henri DUPARC - L'invitation au voyage. Kiri te Kanawa Orchestre symphonique de l'opéra national, Dir. Sir John Pritchard. EMI 7 47111 2.

Joseph JONGEN - Le deuxième mouvement du Concerto pour violoncelle et orchestre opus 18. Marie Halynck et ONB Dir. Roman Kofman. CYP1634.

Guillaume LEKEU - Le premier mouvement de la Sonate pour piano et violon. Philippe Hirshhorn et Jean-Claude Vanden Eynden. Ricercar Secondo RIS 104091.

Eugène YSAYE - Dernier mouvement Sonate n°4. Frank Peter Zimmermann. EMI 5 55255 2.

Production et présentation : Axelle THIRY

Réalisation : Thierry LEQUEUX