Voyages

Tous les dimanches de 09:06 à 11:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Arvo Pärt, explorateur insatiable de la musique, de la musique sérielle au Tintinnabuli

Arvo Pärt est un compositeur estonien, né en 1935 à Paide, dans l’une des républiques baltes qui faisait partie, jusqu’à une date récente de l’union soviétique. Il confie que c’est une petite ville où la vie s’écoulait, calmement et simplement. Ses parents se sont séparés quand il avait trois ans, et sa mère emmène Arvo chez son nouveau compagnon. Il découvre alors un milieu très mélomane. Le frère de son beau-père est un musicien très doué, qui possédait une bibliothèque musicale très fournie. Dans la nouvelle maison, il y a un piano à queue. Arvo joue ses premières notes sur ce clavier.

Axelle Thiry vous propose d’accompagner Arvo Pärt dans son parcours, dans sa découverte de la musique, ses émerveillements, ses recherches, il s’intéresse notamment à la musique atonale, jusqu’à la création de son propre style, le "tintinnabuli". Je

La première œuvre qui découle de ce nouveau style qu’il a inventé s’intitule für Alina.

Hautboïste et percussionniste

Quand on construit une école de musique dans la petite ville où la nouvelle famille d’Arvo Pärt réside, sa mère l’y envoie. C’est là que tout commence. En 1944, les Soviétiques envahissent l’Estonie, qui devient une partie de l’Union soviétique. Arvo Pärt est passionné par la musique. Il intègre l’orchestre de son école. Il confie, dans un entretien à Enzo Restagno, traduit par David Sanson, un livre qui a paru chez Actes Sud : "Parfois, je me plais à m’imaginer que déjà, à l’époque, j’avais le pressentiment de pouvoir composer et produire quelque chose de comparable à ce que j’entendais à la radio ou au concert".

Pour les besoins de l’orchestre, il apprend aussi le hautbois, et les percussions. Il joue du tambour et de la grosse caisse… Quand vient l’heure du service militaire, il confie que le fait d’être musicien l’aide : il n’est pas obligé de se couper les cheveux et il est mieux traité. Dans l’orchestre militaire, il joue du hautbois, et notamment l’Ouverture de Coriolan de Beethoven.

Apprentissage de la composition

Pour poursuivre sa formation musicale, Arvo Pärt a déménagé à Tallin, où il intègre le conservatoire. Il suit des cours de composition auprès d’Heino Eller, un professeur, adorable et aussi particulièrement ouvert aux mouvements artistiques de son époque, et aussi aux différentes personnalités de ses élèves, qu’il respecte, les encourageant chacun à développer son propre style. Il connaît aussi la musique de Schönberg et de son école. Parmi les compositions d’Heino Eller, Homeland Song, a, pour l’Estonie, presque le même caractère symbolique que Finlandia de Sibelius.

Le Credo d’Arvo Pärt et la musique sérielle

Arvo Pärt s’intéresse à la musique sérielle. Il confie dans l’entretien à Enzo Retagno, traduit par David Sanson : "des travaux comme Credo, pour clavier, chœur et orchestre, et Collage sur BACH ont été conçus à partir d’une structure mathématique très rigoureuse, comme un jeu entre le noir et le blanc ; c’est pourquoi dans Credo, je n’ai utilisé que les notes correspondant aux touches blanches du clavier, comme dans le premier prélude du Clavier bien tempéré de Bach. Pour le développement des thèmes, j’aurais certes pu choisir d’autres matériaux parmi la musique de Bach, mais sur le moment, tout ce qui m’intéressait, c’était ça : la couleur blanche."

L’usage dans l’ex union soviétique voulait que les nouvelles compositions soient soumises à une commission, qui décidait s’il était approprié ou non de les exécuter en public. Un heureux hasard veut que, le jour où Arvo Pärt présente Credo, le membre le plus impitoyable de la commission est malade, et l’œuvre est acceptée. A la fin du concert, le public est si enthousiaste que le chef la bisse intégralement. Arvo Part confie :

Cet accueil exalté contribua à faire naître les premiers doutes au sein de la commission, qui commença à soupçonner l’œuvre de contenir des éléments subversifs.

A cette époque, dans le couloir d’un wagon, Arvo Part est arrêté par le chef de la délégation en état d’ivresse, qui lui adresse un sourire mystérieux et lui montre une feuille de papier, sur laquelle il voit le texte latin du Credo comme pour lui signifier qu’il a été démasqué. Arvo Pärt doit alors subir des interrogatoires, où on lui demande le but politique qu’il poursuit avec son travail. Le jeune Arvo Part se tourne vers Bach. Il admire cette musique plus que tout, et trouve la sienne haïssable…


À lire aussi : La nouvelle œuvre d’Arvo Pärt se dévoile avec de magnifiques aquarelles animées


Le Tintinnabuli, entre résonance et silence

 

Après Credo, Arvo Pärt renonce définitivement à la musique sérielle pour créer un style tout à fait nouveau, le "tintinnabuli", ce qui signifie "clochettes" en latin. Comme l’écrit David Sanson, "c’est Arvo Pärt lui-même qui a employé le latin Tintinnabuli pour décrire ce principe qui dirige toutes ses compositions d’après 1976. Le mot en français, cloche, évoque autant le résultat sonore des alliages de timbres et d’harmonies qui y sont à l’œuvre que l’effet produit par une musique dans laquelle les silences, rigoureusement notés, revêtent une importance cruciale : cet écho, cette résonance qu’elle éveille en nous, tout comme une cloche semble habiter le silence qui la suit, et emporter le temps dans son sillage."

En 1976-1977, le compositeur sort d’un très long silence fécond et studieux "avec une espèce de volée de pièces, ça jaillit, comme s’il avait trouvé une source ". Les œuvres de cette période sont toutes mondialement connues : Tabula rasa, Arbos, le Cantus in memory of Benjamin Britten… ou encore Fratres. Composée à l’origine, en 1977, pour le jeune ensemble instrumental Hortus Musicus, cette œuvre, dont le titre signifie " frères " en latin, fait allusion à l’union et l’amitié puissantes entre les musiciens d’Hortus Musicus.

Arvo Part compose aussi de la musique pour le cinéma. A cette époque, en Union soviétique, certaines œuvres, qui auraient été soumises à la censure dans les concerts, passaient sans difficultés au cinéma parce que personne n’y prêtait attention. La musique de film était l’occasion de s’exprimer librement. Dans le climat d’oppression, la musique de film était aussi une source de revenus, notamment pour Alfred Schnittke et Sofia Goubaïdoulina.

Suivez le parcours du compositeur Arvo Pärt avec Axelle Thiry dans son émission Voyages

Programmation musicale

Arvo  PART - Für Alina . Vanessa Wagner. La dolce volta 46.

Ludwig van  BEETHOVEN - L'ouverture de Coriolan en ut mineur. Chamber Orchestra of Europe sous la direction de Nikolaus Harnoncourt . Teldec 131402.

Heino  ELLER - 5 pièces pour orchestre à cordes, 5. Homeland Song  . Tallin Chamber Orchestra sous la direction de Tonu Kaljuste . ECM 1745 .

Arvo  PART - Credo. Hélène Grimaud & l'Orchestre symphonique de la radio suédoise sous la direction d'Esa-Pekka Salonen . DG 471769-2 .

Jean-Sébastien   BACH - Les préludes et fugues pour piano en do majeur BWV 846 et en do mineur BWV 847. Pierre-Laurent Aimard . DG 4792784.

Tomas Luis DE VICTORIA - Kyrie et Lux aeterna extraits du Requiem . The Tallis Scholars sous la direction de Peter Phillips . CDGIM 012.

Arvo PART - Miroir dans le miroir. Lisa Batiashvili et Hélène Grimaud .  DG 4779299.

Arvo  PART - Fratres . Daniel Hope et Deutsches Kammerorchester Berlin sous la direction de Simon Halsey . DG 4790571 .

Alfred  SCHNITTKE - Musica nostalgica. Leonard Elschenbroidh et Petr Limonov . Onyx 4180.

Arvo  PART - Extraits de Sept Antiennes du Magnificat. SWR Vokalensemble Stuttgart sous la direction de Markus Creed. SQR Music 19015.

Anton   WEBERN - Le troisième mouvement du Quatuor à cordes opus 28. Quatuor Prazak. Praga digitals 250161 .

Arvo  PART - Silentium extrait de Tabula rasa.  Gidon Kremer, Tatjana Grindenko, Alfred Schnittke et l'Orchestre de chambre de Lituanie sous la direction de Saulieu Sondeckis . ECM 14901 .

Arvo  PART - Passacaglia . Victoria Mullova & l'Orchestre national d'Estonie sous la direction de Paavo Järvi  . ONYX.

Production et présentation : Axelle THIRY

Réalisation : Antoine DUWAERTS

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK