Un p'tit shoot de philo

Plus d'infos

Le principe de la virgule d’Oxford : un signe de ponctuation peut coûter très cher

C’est peut-être un détail pour vous mais pour des avocats, cela veut dire beaucoup. Un procès à 10 millions de dollars pour l’absence d’une simple virgule dans un contrat de travail, franchement, qui l’eut cru ? Pascale Seys nous en dit plus sur un concept grammatical anglais, la "virgule d’Oxford".

Qu’est-ce que la "virgule d’Oxford"

Nous le savons, les mots ont leur importance, à la virgule près ! La règle de la virgule d’Oxford est une règle grammaticale anglaise qui régit la ponctuation d’une énumération de trois propositions : ainsi, selon la règle de la "Oxford comma", la virgule d’Oxford, lorsqu’on a une suite de trois propositions, s’il n’y a pas de virgule entre la deuxième et la troisième, alors le premier mot s’applique aux deux suivants. S’il y en a une, ce sont trois énoncés distincts et séparés.

En d’autres termes, l’absence ou la présence d’une virgule peuvent changer le sens d’une phrase, comme vous pouvez le voir dans cet exemple.

2 images
© Tous droits réservés

Une virgule à 10 millions de dollars

L’expression "le poids des mots" pourrait ici être détournée en "le prix de la ponctuation". En effet, en 2014, la société Oakhurst Dairy a appris à ses dépens que l’absence de virgule pouvait coûter cher. Depuis plusieurs années, elle est en conflit avec trois chauffeurs livreurs pour l’équivalent de 4 ans d’heures supplémentaires non payées, avec en jeu près de 10 millions d’euros.

Les chauffeurs livreurs, déboutés en première instance, ont finalement eu gain de cause, grâce à l’absence d’une virgule qui rend la lecture du texte de loi ambiguë.

En effet, la disposition légale qui régit les heures supplémentaires et qui exclut le paiement d’heures supplémentaires pour un certain nombre de tâches ne place pas de virgule avant la troisième énumération, cette dernière étant justement la "distribution" des produits (rôle des chauffeurs livreurs). Ainsi, si la virgule d’Oxford avait été placée avant la proposition "distribution", il aurait été clair que les chauffeurs livreurs n’avaient pas droit à la rémunération de leurs heures supplémentaires. Mais en l’absence de cette fameuse virgule d’Oxford, le juge a décidé que les employés seulement en charge de la distribution avaient bien droit aux heures supplémentaires.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK