Un air de déjà vu

Plus d'infos

Jane Birkin et Grieg : le vrai héros, c'est elle

Jane Birkin et Grieg : le vrai héros, c'est elle
Jane Birkin et Grieg : le vrai héros, c'est elle - © Tous droits réservés

Etre un héros, c'est difficile. Il faut être fort, courageux, téméraire, généreux et noble. Aimer un héros, donc, c'est facile. Garder sa tendresse envers un anti-héros, un gentil loser, une déception humaine, c'est plus difficile. Et si l'héroïne était la force d'amour ?

C'est le matin, le soleil se lève, et comme la lumière, l'homme se sent conquérant lui aussi, il entrevoir le succès et la réussite de tous ses projets. Pour lui, c'est sûr, la vie sera une longue suite de gloires. Dans la musique, c'est le moment où tout réussit effectivement au héros. Peer Gynt est un voyageur, un vagabond en quête d'identité. Mais être un héros n'est pas facile, et celui-là est un peu raté. Quand un obstacle arrive, il regarde ailleurs, il fuit, ou il ment, il fait tout pour l'éviter.

A la fin de cette histoire mise en musique par Grieg, Peer Gynt rentre chez lui. Il a tout perdu, il est triste et il n'est pas très fier. Mais Solveig est là, Solveig son amoureuse de toujours, elle l'a attendu, et elle essaie de le consoler... 

Les violons chantent la mélodie qu'au départ, dans la pièce de théâtre, une cantatrice chantait : Je t'attends ici, cher et doux fiancé / Jusqu'à mon jour dernier / Je t'ai gardé mon cœur, plein de fidélité.

En 1980, Jane Birkin déménage. Kate et Charlotte sous le bras, elle claque la porte de son foyer avec Gainsbourg. Elle a aimé Serge le magnifique, elle fuit les nuits noires de Gainsbarre et ses vapeurs d'alcool. Entre eux, tout a été sublime. Puis Jane a été infidèle et il ne l'a pas supporté. Serge est devenu pathétique et elle n'a plus voulu de cette vie-là. Le coup est dur. Assommant. Pétrifiant. La fille en or a quitté sa vie.

Mais il paraît que ces deux-là s'aimaient vraiment, et puisqu'il n'était plus possible de vivre ensemble, et comme parler c'est compliqué, Gainsbourg a écrit pour Jane. C'est comme s'ils s'étaient expliqués en musique, ils ont retissé dans le travail les bouts qui s'étaient déchirés entre eux. Baby alone in Babylone en 1983 rouvre la blessure. Le thème de la séparation traverse le disque. En 1984, Lost song les prolonge dans la complicité et noue une amitié qui durera jusqu'à la fin.

Dans la musique de Grieg, Peer Gynt est un gentil loser, un doux rêveur que Solveig attend sans se lasser chaque jour de sa vie. Et il revient. Dans la vie de Gainsbourg, Jane a beaucoup attendu, mais en partant, elle a permis une transformation, une rédemption de la tendresse. Les mots étaient superflus, alors on a écrit des notes. Et comme le chagrin était énorme, on a demandé un peu d'aide à la musique classique.

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK