Telle est la question !

Plus d'infos

Qui a inventé le récital, cette forme de "soliloque musical" ?

C’est une forme de concert à laquelle tout mélomane est habitué mais dont on ne connaît pas nécessairement l’origine. Clément Holvoet nous propose de remonter le temps et de découvrir les origines du récital. 

Le récital est donc un concert donné en public durant lequel un musicien seul exécute tout un programme, par cœur. On peut aussi appliquer ce terme de récital à un concert donné par deux musiciens, qui alors ne jouent pas spécialement par cœur, et qu’on retrouve souvent dans la configuration instrument polyphonique et instrument mélodique, donc par exemple un violon et un piano, mais cela pourrait aussi être une chanteuse ou un chanteur avec accompagnement piano.

La forme du récital tel que nous le connaissons aujourd’hui est assez récente. En effet, le premier récital fut donné le 9 juin 1840 à Londres et le pianiste qui a donc ouvert la voie du récital n’est autre que Franz Liszt. Le pianiste et compositeur hongrois est donc "l’inventeur" du récital, le tout premier musicien à jouer un programme entier, de mémoire, seul devant un public, piano sur scène couvercle ouvert tourné vers le public. Un concert "événements" annoncés par des panneaux placardés partout dans la ville.

M. Liszt donnera, à Deux heures le mardi 9 juin, en matinée, des RÉCITALS au PIANOFORTE sur les œuvres suivantes : Scherzo et finale de la Symphonie Pastorale de Beethoven, Sérénade de Schubert, Ave Maria de Schubert, Hexameron, Tarentelles napolitaines, Grand Galop chromatique.

C’est un musicien anglais, Frederick Beale, qui propose à Liszt le mot anglais de "recital" pour désigner sa démarche. Chaque pièce récitée, littéralement, ou déclamée était un "recital" en soi, d’où le pluriel de l’affiche qui annonçait "des récitals". Liszt avait utilisé les termes, fleuris, de "soliloque musical" ou "monologue pianistique" pour désigner ses concerts mais c’est le terme de récital qui s’est finalement imposé.

2 images
Franz Liszt durant un concert à Berlin © Bettmann Archive – Bettmann via Getty Images

Et ce terme lui allait comme un gant, car Liszt était un artiste de scène, il déclamait la musique comme personne, était un raconteur d’histoires, un acteur, on était au cinéma avec les récitals de Liszt. On dit même que pour que l’on puisse admirer ses deux profils lors de ces concerts, il jouait extrêmement fort sur le premier piano, il en cassait les cordes, demandant donc que l’on apporte un second piano, que l’on plaçait alors dans l’autre sens sur scène, pour qu’il puisse s’asseoir dans l’autre sens et faire en sorte que tous puissent profiter de son autre profil.

Tout ce spectacle n’était pas gratuit, et même si le concert payant existait déjà, il n’en reste pas moins que Liszt l’a institué comme une référence sous la forme du concert seul en scène dans une salle publique pour des spectateurs payants.

Et si l’on en croit certains écrits, Liszt en tournée, c’était la folie, le déchaînement, les Stones et les Beatles réunis, on essayait de conserver les fonds de ses verres de spiritueux et les reliques de ses cigares !

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK