Telle est la question !

Plus d'infos

Pourquoi la présence d’un chef d’orchestre est-elle primordiale lors d'un concert symphonique ?

Le chef d’orchestre a un rôle primordial dans un concert de musique classique. Que ce soit un concerto ou bien une œuvre symphonique, le chef d’orchestre a pour mission de gérer et de coordonner les individualités de l’ensemble pour faire émerger une seule musique, celle de l’œuvre jouée.

Fermez les yeux et imaginez : la salle de concert se remplit peu à peu, les musiciens de l’orchestre entrent sur scène, un à un, s’installent devant leur pupitre et commencent à accorder leur instrument. Le premier violon se lève et donne le la… Les murmures des spectateurs faiblissent à l’écoute de ce doux son d’avant concert. Le concertmaster se rassoit et le chef d’orchestre fait son entrée, se place devant l’orchestre, les bras souples tendus vers son orchestre. Respiration… Et le concert peut commencer.

Mais au fond, est-ce que la présence de ce chef d’orchestre est vraiment nécessaire ? Est-ce que les musiciens de l’orchestre ne pourraient pas se débrouiller tout seuls, sans lui ? Telle est la question que vous pose Clément Holvoet.

Gérer et coordonner les individualités

Lorsqu’il s’agit d’une pièce symphonique, la réponse est claire : absolument pas !

Dans une pièce comme L’oiseau de feu de Stravinsky, ou comme la Symphonie Alpestre de Richard Strauss, la présence du chef d’orchestre est même primordiale ! Imaginez qu’il y a au moins 80 musiciens sur la scène, et chacun d’entre eux a son ressenti, sa vision, sa pulsation, la gestion de son instrument et de sa partie, sa perception, bref, autant de paramètres qui, multipliés par 80 et sans la référence que constitue le chef, donneraient un joyeux bazar ! Le chef d’orchestre va être celui qui devra gérer tous ces éléments et coordonner les énergies de chacun pour n’en faire émerger qu’une seule à la fin, celle de l’œuvre musicale jouée !

Un repère visuel

D’un point de vue purement technique, le chef d’orchestre a sous les yeux les parties de tous les instruments, alors que les instrumentistes n’ont que leur partition personnelle. Elle leur indique quoi jouer, et quand ! Dans une masse telle que celle de l’orchestre symphonique, il est très difficile voire impossible d’entendre ce que les autres collègues jouent, particulièrement quand ils sont loin de vous. C’est pour cette raison que le chef est indispensable car il est un repère visuel pour tous, et chacun peut ainsi s’orienter.

Sa main droite en général donne la mesure, la pulsation et la gauche donne l’expression et le chemin musical.

La musique est faite par l’orchestre ! Les musiciens insufflent leur musicalité et le son de leurs instruments dans le processus de jeu, sous le guide du chef ! C’est une relation d’interdépendance. Mais du seul point de vue technique, c’est bien la multiplicité des paramètres, due à la masse que constitue l’orchestre symphonique, qui impose d’avoir quelqu’un dans la tour de contrôle, le chef d’orchestre.

Une œuvre symphonique, un travail collectif

Une énorme partie du travail du chef d’orchestre se fait en amont de la représentation, durant les répétitions. C’est à ce moment-là qu’il va pouvoir transmettre aux musiciens de l’orchestre sa vision de l’œuvre, donner son avis et ses sentiments, voire échanger avec les musiciens sur la manière de mener tel ou tel passage. En ceci, sa présence est aussi indispensable, pour que la réalisation de l’œuvre soit cohérente. Il faut simplement que l’orchestre lui accorde sa confiance, en lui supposant un savoir sur la pièce jouée. Une sorte de contrat tacite.

Pour des formations plus petites, il est parfois possible de se passer de chef d’orchestre, comme c’était le cas d’ailleurs la tradition des XVIIe et XVIIIe siècles, où les orchestres étaient alors beaucoup plus réduits, parce qu’avec peu ou pas d’instruments à vent. Le rôle du 1er violon était alors prépondérant, c’est lui qui guidait la petite troupe !

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK