Sur un air de cinéma

Tous les samedis de 16:00 à 18:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Marlène Dietrich, celle qui avait la voix

Marlène Dietrich, actrice et chanteuse, reste gravée dans l’imaginaire de tous les cinéphiles. Pascale Vanlerbeghe vous propose de retracer sa carrière en écoutant la bande originale de ses plus grands films.

Née en 1901 en Allemagne sous le signe du Capricorne, Maria Magdalène Dietrich reçut une véritable éducation prussienne. Fille de bonne famille, elle étudiera le violon, voulant presque en faire sa carrière, mais prétextant -ou pas- une inflammation du poignet (nul ne le saura jamais), elle abandonne l’instrument et veut devenir comédienne.

Tenace, la jeune Marlène a vraiment dû se battre pour accéder au statut de comédienne, car personne n’en voulait : " Vous êtes belle, mais vous n’êtes pas une actrice ; vous n’avez pas de talent " lui dira tout net le dramaturge, Max Rheinhardt.

Elle sera chanteuse dans divers cabarets avant d’être engagée dans des films muets, et en 1939, connaître le statut de star grâce au 1er film parlant allemand du réalisateur austro-américain, Josef von Sternberg : " l’Ange Bleu ", devenu depuis un film culte dans l’histoire du cinéma.

Marlène Dietrich a cru en sa bonne étoile et persévèrera jusqu’à mener une grande carrière hollywoodienne que les studios s’arracheront tout un temps.

Elle a connu tous les extrêmes et a traversé le siècle avec une passion qui la démarque de sa rivale de l’époque, Greta Garbo.

Et puis, sa voix grave, et sensuelle deviendra son atout inimitable pour mener tardivement sa carrière de chanteuse à travers une tournée mondiale en compagnie du chef d’orchestre et compositeur américain, Burt Bacharach.

Mieux que quiconque, elle aura su envoûter le public, et acquérir le statut de véritable " Mythe " avant de finir sa vie dans son appartement parisien où elle vivra recluse les vingt dernières années de sa vie.

Elle décède le 6 mai 1992.

À lire aussi : Histoire: Marlène Dietrich, un personnage hors-norme

Pascale Vanlerberghe a rencontré Camille Larbey, journaliste culturel, écrivant principalement pour La Gazette Drouot, Gonzaï, et pour la presse F.L.E. (français langue étrangère) tels que Ecoute et Bien-dire. Il a co-fondé en 2011 le collectif de journalistes pigistes Press On et a publié en 2017 Berlin mis en scène, sorte de ciné-guide, portrait de la ville de Berlin à travers une soixantaine de films. Marlène Dietrich : celle qui avait la voix (éditions Capricci – collection stories) est son second livre paru en mars de cette année.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK