Puisque vous avez du talent

Tous les dimanches de 12:02 à 14:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Hélène Desaint, altiste : "Je me souviens avoir écouté des Cantates de Bach, pendant que je jouais aux Playmobiles"

L'altiste Hélène Desaint est notre invitée ce midi, à l'occasion de son 1er disque en solo. Il est consacré à la musique de Robert Schumann, et à celle de Gyorgy Kurtág.
L'altiste Hélène Desaint est notre invitée ce midi, à l'occasion de son 1er disque en solo. Il est consacré à la musique de Robert Schumann, et à celle de Gyorgy Kurtág. - © Manuel Braun

Hélène Desaint est quasiment née dans le répertoire classique. Que ce soit grâce à sa mère, qui jouait du piano, ou à son père qui a eu le bon goût de lui offrir, un tourne-disque pour écouter de la musique dans sa chambre d'enfants.

"Je me souviens avoir écouté des Cantates de Bach, pendant que je jouais aux Playmobiles", nous confiera-t-elle amusée!

Après des études au Conservatoire national supérieur de Musique de Lyon, Hélène rejoint la Musikhochschule de Lübeck puis la Haute École de musique de Genève, où elle sera fortement marquée par l’enseignement de Miguel Da Silva. Un Maître qu'elle suivra à La Chapelle Musicale Reine Elisabeth.

Hélène Desaint clot en ce moment cette résidence de quatre années à la Chapelle Musicale par l’enregistrement d’un disque consacré à Robert Schumann et Gyorgy Kurtág: en solo, duo et trio avec les pianistes Louis Lortie et Nathanaël Gouin, ainsi que le clarinettiste Ronald van Spaendonck.

Une production publiée chez FUGA LIBERA, et qui sera au coeur de notre émission.

On y découvre des pièces de Kurtag, grand compositeur hongrois, né en 1926. D'abord un hommage de Kurtág à Robert Schumann, en trio, avec Nathanaël Gouin, au piano et Ronald van Spaendonck, à la clarinette, et de petites pièces pour alto solo, ciselées, intitulées "Signs, games and messages"

Quant à Robert Schumann, Hélène Desaint a choisi de nous faire entendre les "Märchenbilder", opus 113, en duo avec Louis Lortie, et les "Märchenzählungen", opus 132, en trio.

"Je pense à ce disque depuis longtemps", nous dira la jeune altiste. "J'ai voulu faire un disque qui me ressemble, illustrant ce que j'aime et qui je suis. Schumann s'est imposé à moi. Son univers est pour moi une évidence, je m’y recentre. Le rapprochement avec Kurtág s’est opéré à partir de l’Hommage à Robert Schumann, composé par le compositeur hongrois en 1990 "

A l'écoute de ce disque, c'est la beauté et la grâce qui prédominent. On se réjouit également de l'intelligence des choix d'Hélène Desaint, qui nous fait découvrir des pièces peu jouées de Kurtág, même si certaines sont aujourd'hui devenues des classiques.

Sa sonorité d'alto est un pur bonheur: le son est chaud et le discours est clair. Et l'on se plaît à trouver dans son jeu, à la fois la douceur d'une mezzo-soprano, et le lyrisme des grands violoncellistes, mais aussi toute la rigueur propre aux grands artistes, comme la justesse harmonique, et rythmique.

Dans les "Märchenbilder" de Schumann, c'est la complicité et la fluidité avec Louis Lortie qui font mouche. Dans les trios de Kurtág et Schumann, on se réjouit de la manière dont Nathanaël Gouin, Ronald Van Spaendonck, et notre invitée respirent d'une seule et même voix.

Et puis, cerise sur le gâteau, la construction et l'enchaînement des oeuvres font de cette production une oeuvre musicale, à part entière, qui s'écoute d'un seul tenant.

Hélène Desaint: une artiste sensible, honnête, et rigoureuse. Son disque Kurtág/Schumann est à son image. On vous le recommande! Il est publié chez FUGA LIBERA.

 

Pour la seconde partie de notre émission, c'est un extrait d'un concert enregistré à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth qui vous sera proposé, avec un chapelet de six "Artistes en résidence": Julia Pusker et Alexandra Cooreman, aux violons; Hélène Desaint, qu'on retrouvera à l'alto; Christine Lee, au violoncelle; Isaline Leloup, à la contrebasse et Nareh Arghamanyan, au piano.

Elles interpréteront le Grand Sextuor en mi bémol majeur de Mikhaïl Glinka. Un enregistrement Musiq'3 réalisé par Benjamin Vandenbrocke et Emmanuel Wautier.

Pour terminer cette émission, nous écouterons à nouveau la jeune violoniste Alexandra Cooreman (16 ans), dans un enregistrement Musiq'3, réalisé la semaine passée au Conservatoire de Bruxelles, dans le cadre du Festival des Midis-Minimes.

Elle jouait la Sonate de Franck. Nous en écouterons le mouvement final avec Christia Hudziy au piano.


Bonne écoute!

Réalisation et présentation: Laurent GRAULUS

 

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK