Puisque vous avez du talent

Tous les dimanches de 12:02 à 14:00 sur Musiq3

Plus d'infos

A440 : une plateforme numérique exclusivement dédiée à la diffusion de la musique classique

On connaissait les plateformes de streaming audio, telles que Spotify, Deezer, Apple Music, et celles dédiées à la vidéo, comme Netflix.

A440 est une plateforme numérique, certes, mais dont le concept est tout à fait inédit. Elle sera au coeur de notre émission aujourd'hui.

Née il y a quelques mois à peine aux Etats-Unis, A440 est exclusivement dédiée à la diffusion de la musique classique. Elle accueille des contenus audios et vidéos. Elle est encore actuellement en phase d'essai, ce qu'on appelle une version "Beta". Dopée par le confinement mondial, le projet était cependant né avant la pandémie, et entend bien perdurer, après celle-ci.

Loin des grands géants commerciaux cités plus hauts, A440 a été imaginée par 4 musiciens nord-américains, et un pianiste français : Alexandre Lenne, il est la phalange européenne de l'équipe. Il sera notre invité, de même que deux pianistes, ambassadeurs européens de cette plateforme : Anaïs Cassiers, 21 ans, qui est Belge et Dimitri Malignan, 22 ans, qui est Français.

Créée par des musiciens, pour des musiciens, les objectifs du projet sont avant tout artistiques, voire sociaux, et n'ont pas pour but de générer des profits, on peut les résumer comme suit :

  • Améliorer l'accès et la démocratisation de la musique classique
  • Aider la musique classique à se numériser correctement, avec les bons outils
  • Créer une plateforme permettant le stockage des archives et des contenus, que ce soit en direct ou en rediffusion.
  • Aider tous les profils artistiques (salles, festivals, artistes...) à partager leurs travails dans le monde entier, et à générer des revenus à travers la plateforme.

Et Alexandre Lenne, l'un des cofondateurs de nous confier que : " Cela paraît étonnant, mais une plateforme exclusivement dédiée à la musique classique n'existait pas encore ! Aujourd'hui, grâce à des donations, nous avons quelques moyens, des outils, et... des idées ! "

Anaïs Cassiers, pianiste et ambassadrice du projet explique quant à elle que : "Nous sommes nombreux à avoir tentés de diffuser notre musique via des plateformes généralistes, telles que Facebook, Youtube, ou Instagram. Deux problèmes majeurs se sont posés: nos contenus ont été noyés autour de 1001 thématiques qui n'ont rien à voir avec la nôtre. Et très vite, nos contenus ont disparu dans la masse."

Dimitri Malignan, pianiste, lui aussi, ne voit que des avantages à cette plateforme : "Pendant le 1er confinement, j'ai donné un concert sur la plateforme, dans une salle de 150 places, à Bucarest. Si je l'avais donné de manière conventionnelle, j'aurais touché un public de 150 personnes maximum. Grâce à la plateforme, j'ai comptabilisé 500 vues : faites le compte, j'ai touché trois fois plus de personnes ! J'ajouterais aussi que nous avons toute liberté éditoriale pour poster les contenus de notre choix. Pas besoin d'avoir l'aval d'un producteur de concerts, d'une Maison de disques, ou de journalistes"

Et Alexandre Lenne cofondateur d'A440 de renchérir : "Cette liberté artistique, nous y tenons beaucoup !"

Aux esprits chagrins, qui craindraient que ce type de diffusion devienne aseptisée, Anaïs Cassiers répond sereinement : "Je prépare un concert en ligne (ndlr : via internet), avec la même rigueur, et le même engagement qu'un concert traditionnel. J'y éprouve la même joie, le même trac, le même stress, et la même adrénaline. Jouer en ligne, à mes yeux, revêt la même fragilité qu'un concert en public réel. En ligne, vous avez aussi un public !
Le grand avantage de ce type de concert, c'est, - selon moi -, son intimité. Vous ne pouvez pas retrouver cela dans une grande salle. J'ajouterais que je laisse entrer le public, - fût-il virtuel -, dans un aspect de ma vie artistique, qu'il ne verrait jamais en temps normal !"

Quant au modèle économique, il est encore actuellement à l'étude, mais là-aussi, l'équipe fondatrice souhaite innover.

On ne paiera pas, comme sur les plateformes traditionnelles, pour un accès global, mais par canal. Vous pourrez ainsi vous abonner, par exemple, à tous les contenus d'une salle de concert de votre choix. 

A440, un projet ambitieux et intelligent dont on n'a pas fini de parler !

Réalisation et présentation : Laurent GRAULUS

Ci-dessous, la programmation musicale détaillée de notre entretien :

Frédéric CHOPIN - Mazurka n°4, opus 17. Arthur Rubinstein, piano. COLUMBIA.

Franz SCHUBERT - 2e impromptu opus 90, D.899. Anaïs Cassiers, piano. Enregistrement démo. Non publié.

Robert SCHUMANN - Scherzo de la 1ère Sonate pour piano. Dimitiri Malignan, piano. PASSAVENT.

Domenico SCARLATTI - Sonate en Sol Majeur, K.455. Anaïs Cassiers, piano. Enregistrement démo. Non publié.

Serge PROKOFIEV - Extrait de la Suite d'apès Cendrillon : " Cendrillon va au bal ". Dimitiri Malignan, piano. PASSAVENT.

Marc Antoine CHARPENTIER - Extrait du Magnificat H.74 : "Suscepit Israël" et "Gloria Patri". Felicity Lott, soprano. Philip Ledger dirige le Choeur du King's College de Cambridge et Academy of St Martin in the Fields. Enregistré en 1978. ARCHIV.

Alexander SCRIABINE - 1er mouvement de la Sonate - Fantaisie opus 19. Anaïs Cassiers, piano. Enregistrement démo. Non publié.

Alexander SCRIABINE - 2e mouvement de la Sonate - Fantaisie opus 19. Anaïs Cassiers, piano. Enregistrement démo. Non publié.

Serge RACHMANINOV - 8e Prélude de l'opus 32. Dimitiri Malignan, piano. PASSAVENT.

J-S. BACH - Sinfonia n°10, BWV 797. Dimitiri Malignan, piano. Enregistrement démo. Non publié.

L.V. BEETHOVEN - 1er et 2e mouvements du 3e trio avec piano de l'opus 1. Trio Hélios. Enregistrement public au Wigmore Hall de Lonndres. Non publié.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK