Paroles d'artistes

Plus d'infos

Marie-Odile Dupuis, Théâtre des 4 mains : "Les enfants, c’est un public extraordinaire et c’est un bonheur de travailler pour eux"

Hélène Van Loo nous dresse le portrait sonore de Marie-Odile Dupuis, directrice du Théâtre des 4 mains situé à Beauvechain.

De l’ancien bar et l’ancien bordel à la Salle de théâtre

Le théâtre des 4 mains est un théâtre qui produit, accueille des spectacles et organise des stages. Ce théâtre donne une véritable dynamique au village de La Bruyeres, à Beauvechain. C’est un village qui, à l’époque, faisait 250 maisons et il y avait déjà trois troupes amateurs de théâtre, et l’une d’entre elles se produisait dans la salle qu’abrite désormais le théâtre des 4 mains. C’est une salle qui faisait office de salle de répétition, de salle de bal, mais en temps de guerre, elle fut aussi réquisitionnée pour être le quartier général de militaires allemands, elle a aussi remplacé l’église du village pendant tout un temps car l’église avait été détruite pendant la guerre.

Marie-Odile Dupuis a acheté cette salle en 1989, et juste avant cet achat, la salle était un bordel.

Les enfants, le plus beau des publics du théâtre

Marie-Odile Dupuis raconte ses souvenirs d’une enfance très cadrée et ses vacances en toute liberté du côté de Wellin. Son amour pour les enfants, les "futurs adultes de demain".

"J’ai un amour des enfants et de tout ce que l’on peut vivre avec eux à travers le théâtre, qu’ils soient sur le plateau ou dans la salle. Je trouve que c’est un public extraordinaire et c’est un bonheur de travailler pour eux. Tout ce qu’on vit avec eux, toute la qualité de ce qu’on leur apporte comme réflexion, comme éducation artistique, comme éducation citoyenne, c’est porteur pour leur avenir."

Le son des applaudissements

"Dans les sons qui m’émeuvent et qui font partie de ma vie et qui peuvent parfois faire pleurer de joie, de tristesse ou d’émotion, ce sont les applaudissements, mais ceux quand une salle est vraiment heureuse de ce qu’elle a vécu. Et quand cet applaudissement sort et que, et dans la salle et sur le plateau, tout le monde est heureux, et qu’il y a vraiment cette fusion, c’est magnifique. Et quand c’est une salle d’enfants qui a aimé ce qu’elle vient de vivre, qui a vibré, qui a parfois pleuré et qui applaudit et parfois se lève pour applaudir et qui crie, c’est fantastique. ça m’arrive souvent de pleurer pendant les applaudissements, surtout quand c’est dans cette salle-ci."

"Je suis une Africaine qui n’est pas au bon endroit"

Odile nous parle de son attirance indéfectible pour le son du Balafon, l’Afrique de l’ouest et sa philosophie de vie.

"En Afrique, il y a une capacité à vivre l’instant présent qu’on a perdue. Je suis comme un poisson dans l’eau dans ce pays. Je crois que je suis une Africaine en fait, qui n’est pas au bon endroit. Et donc le son des percussions africaines est quelque chose qui m’émeut, et particulièrement le son du balafon. Un balafon se met à jouer, je pleure, ça me relie à mes racines, très très fort."

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK