Paroles d'artistes

Plus d'infos

Lara Gasparotto, photographe : "J'aime le côté rituel de l'argentique"

Depuis une dizaine d’années, la photographe belge Lara Gasparotto développe un travail passionnant et profondément singulier. Située quelque part entre réalité et fiction, sa photographie parle de la vie quotidienne – la sienne et celle de ses proches. Elle multiplie les formats, mélange le noir et blanc et la couleur, explore de nouvelles voies. Pour décrire son travail, certains n’hésitent pas à parler de chorégraphie ou encore de chamanisme. Fabrice Kada l’a rencontrée dans le Parc Duden à Forest par un bel après-midi d’été.

Des expériences vécues

"Je n'ai jamais mis en scène mes photographies, contrairement à ce que l'on pourrait imaginer... Certains moments de ma vie sont aussi mis en exergue à travers mes livres et mes expositions. Ces moments choisis construisent une nouvelle narration, créent une atmosphère..."

4 images
© Lara Gasparotto
© Lara Gasparotto
© Lara Gasparotto

©Lara Gasparotto

 

Transmettre la "mélodie des choses" par la photographie

"Je voyage principalement en Europe. Les sensations, les lumières, les émotions que l'on ressent sont les mêmes que chez nous et à la fois un tout petit peu différentes. Les odeurs, la lumière dans les arbres, toute cette poésie... cette mélodie des choses est partout différente et en même temps si proche. On peut faire vibrer ces émotions-là à travers la photographie."

L'argentique plutôt que le numérique

"Avec l'argentique, il y a une vrai matière, un rendu, des textures... J'aime enrouler mes films, les terminer. On réfléchit avant de faire une photo argentique. C'est aussi une écologie de l'image : au lieu de faire des milliers de clichés qui vont se retrouver dans un disque dur, on n'a que quelques images sur la pellicule, des archives que l'on garde précieusement. C'est un rituel. J'attends que mes photos soient développés, puis je les retouche, même manuellement... J'aime ce côté un peu viscéral. Et puis je suis attirée par les vieux appareils photos. Il faut dire que je casse facilement mes boitiers... J'ai besoin d'un appareil qui a fait la guerre du Vietnam, quelque chose d'incassable."

Un vieux grimoire

"Mes livres ont un côté très classique dans leur design. J'aime l'idée que l'on pourrait les trouver un jour dans une vieille bibliothèque. Quelqu'un sortirait mon livre de l'étagère, soufflerait sur sa tranche pour enlever la poussière, et pourrait ressentir à sa lecture ce que c'était d'être jeune et vivant en 2020. Ce pouvoir d'évocation de la photographie m'a toujours fascinée."

Ses conseils de lecture :

Son choix musical :
Claude Debussy, Clair de lune, extrait de la Suite Bergamasque, Sviatoslav Richter. Enregistré à Moscou le 26 août 1977.

Son dernier livre :
Solstices de Lara Gasparotto (Stockmans art books)

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK