Paroles d'artistes

Plus d'infos

Daniel Pennac : " La seule permanence de mon bureau, c'est le dictionnaire qui est ouvert "

Pour Paroles d'artistes, Pierre Solot est parti à la rencontre de l'écrivain Daniel Pennac.

J’ai rencontré l’écrivain Daniel Pennac à Paris, chez lui, nous nous sommes installés dans sa cuisine avec un peu de café, des cerises et de la meringue. Après quelques minutes, nous sommes montés dans son bureau, sur un vieux canapé de cuir qui observait depuis son coin le vaste bureau en contre-plongée.  Il y avait de tout partout, de ce qui s’entasse et dans lequel on se calfeutre.  Nous sommes donc aller chercher quelques mots, une parole d’artiste, une simple confidence sur ce lieu, cet endroit essentiel sans lequel son art ne serait pas le même…

Daniel Pennac évoque les maisons comme des personnes. Et pour reprendre ses termes : il n’irait pas se fourrer dans un endroit qui lui est antipathique.

S’il doit y avoir un lieu mythique où l’écrivain écrit, pour Daniel Pennac, ce serait cette cabane dans le Vercors. Une petite cabane en bois qui laisse passer le vent entre les planches. Cette petite cabane qu’il évoque dans son dernier livre La loi du rêveur.

Et puis peu importe les lieux. Si rien ne sort de la plume, aucun lieu n’y changera rien. L’écrivain restera muet.

Daniel Pennac a raconté ses rituels, ce café qu’il fait chaque matin pour son épouse depuis plusieurs décennies, les rituels qu’il avait imaginés pour ses élèves quand il était professeur, lorsqu’au sortir de la récréation, il proposait aux enfants d’écouter Paris, Paris qui grouille, Paris qui ronronne, comme un sas avant d’accorder leurs esprits à celui du professeur.

Et puis il y a l’écriture, ritualisée, inconsciente comme un dessin, lorsque l’enfant forme des boucles, des petits ponts, des boucles, et qu’un jour, il voit le sens de tous les signes qu’il a alignés sur sa feuille.  Il lit, il écrit.  Des mots sont nés sous sa main.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK