Paroles d'artistes

Plus d'infos

Alain Berenboom, avocat et romancier : "J’ai un énorme plaisir à me plonger dans la recherche de mes origines, à savoir la Belgique"

Comme chaque semaine, Pierre Solot part à la rencontre d’un.e artiste belge pour discuter avec lui/elle du ou de ces lieux qui l’inspirent au quotidien dans leur art.

J’ai rencontré l’avocat et romancier Alain Berenboom à son bureau, enfin, pas tout à fait… J’ai poussé l’imposante porte de l’immeuble et le généreux sourire de mon interlocuteur m’a si brièvement présenté son bureau d’avocat duquel nous sommes ressortis pour passer, quelques mètres plus loin, une plus petite porte qui ouvrait sur un monde autrement plus multiple, celui d’un autre Alain Berenboom, un monde chargé de livres, de bandes dessinées, d’affiches de cinéma, de cassettes vidéo, comme un temple, au bonheur de découvrir qui semblait animer l’avocat qui, d’une porte à l’autre, trouvait le sortilège qui le transformait en écrivain.

"Il y a une cohérence entre l’écriture d’avocat et l’écriture d’écrivain"

"Ecrire, c’est écrire. Vous écrivez une note ou un traité ou vous écrivez un roman, en réalité, vous êtes plongés dans l’écriture. Et tout naturellement, vous avez la même attention à la manière de présenter votre histoire, qu’elle soit une histoire juridique ou une histoire romanesque de manière assez semblable. Comme romancier, mon écriture est aussi la plus dépouillée possible, la plus simple possible et la moins encombrée. Et je déteste les bouquins de droit où l’auteur s’imagine qu’il doit écrire pédant pour écrire sérieux. Au contraire, il faut affiner le plus possible la phrase de l’auteur de doctrine comme il faut – en tout cas, c’est comme ça que je le conçois – débarrasser le plus possible la phrase de ses scories de l’écriture littéraire."

Une rencontre à suivre ci-dessous.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK