Outside

Plus d'infos

Immergez-vous dans l’œuvre dorée de Gustav Klimt

Dans sa chronique Outside, Caroline Veyt vous invite à vous immerger dans les œuvres de Klimt, grâce à une exposition immersive.

Une expérience immersive

Klimt, the immersive experience est une exposition qui a été déjà présentée aux Carrières de Lumières, centre d’art numérique situé aux Baux de Provence : vous entrez dans cette ancienne carrière, gigantesque, avec de très hauts plafonds – on en extrayait des pierres de taille — et les œuvres sont projetées du sol au plafond. Ces carrières présentent aussi l’avantage d’être rafraîchissantes quand les températures extérieures sont très élevées ! Ici, pas de carrière, mais un bel espace situé à Bruxelles, dans la Galerie Horta, rue Marché aux herbes.

C’est une magnifique galerie Art Déco, dont les plafonds se déploient à 5 mètres de hauteur et qui se trouve à 200 m de la Grand-Place. C’était l’un des accès à la Gare centrale, qui est aujourd’hui condamné.

Et si vous allez voir l’exposition, vous aurez même le plaisir d’emprunter un magnifique escalator en bois.

Cette exposition est consacrée à Gustav Klimt, artiste phare du symbolisme viennois, lui qui a fait pendant tout un temps grand usage des feuilles d’or dans ses compositions et a su créer une œuvre séduisante. Dans ses tableaux, énormément de femmes, seins nus, ventres ronds exhibés ; il y a une charge érotique certaine dans son travail et cela n’a pas toujours plu à ses contemporains ; rappelons que le peintre autrichien est né en 1862 et décédé en 1918. Disons qu’à l’époque, pudeur et chasteté n’avaient pas le sens qu’on leur donne aujourd’hui !

Ce qui est certain, c’est que quand on pense à Klimt, on voit une toile avec de l’or. Pourquoi aime-t-il particulièrement ce métal précieux ?

Peut-être parce que Klimt était le fils d’un orfèvre ; il a suivi des études artistiques à l’Ecole des Arts appliqués de Vienne et a commencé à travailler dans la décoration ; il a notamment participé à des chantiers dans des villas bourgeoises et au bout de quelques années, il avait une belle réputation de peintre décorateur. Mais Klimt est un artiste engagé ; il rejoint la Sécession viennoise, un courant qui veut promouvoir l’art viennois sur le plan international. C’est l’équivalent de l’Art nouveau mais en Autriche-Hongrie. Son esthétique est beaucoup plus géométrique et épurée que ce qu’on voit chez nous où il y a beaucoup d’arabesques, de végétal. Ce que Klimt souhaite, c’est que cesse la distinction entre arts majeurs et arts décoratifs. Il veut réaliser une œuvre d’art totale, qui fasse coexister la peinture, l’architecture, la musique !

Et vous le savez probablement, Klimt a participé à une œuvre d’art totale chez nous, c’est le Palais Stoclet, qui se trouve à Woluwe. C’est l’architecte autrichien Josef Hoffmann qui l’a conçu et Klimt, avec Fernand Khnopff entre autres a participé à la déco intérieure. Il a réalisé 3 frises de marbre pour la grande salle à manger. Un chef-d’œuvre que peu ont eu l’occasion d’admirer.

Une déambulation à travers les œuvres de Klimt

On commence par une partie très instructive, dans laquelle on nous raconte qui il est, comment son travail a évolué en lien avec son temps, on découvre quelques-unes de ses œuvres emblématiques.

Ensuite on traverse un couloir doré orné de suspensions géométriques qui évoquent les mosaïques qu’on retrouve dans certaines de ses œuvres. Et au bout de ce couloir, on arrive dans la salle de projection, la fameuse salle immersive. Autant vous dire qu’il y règne une ambiance apaisée : musique, tapis au sol, transats répartis dans la pièce… vous vous installez et vous vous plongez littéralement dans l’œuvre de Klimt.

Il y a un travail incroyable qui a été fait sur les transitions entre les différents tableaux. On passe de l’un à l’autre avec énormément de subtilité ; par exemple, les feuilles et les fleurs d’un arbre s’envolent et font place à une autre œuvre, ou encore des chutes d’eau se déversent et on découvre, en transparence, un nouveau tableau. Certains paysages ont été animés pour nous maintenir en éveil.

Là, après une bonne demi-heure d’immersion, vous poursuivez la visite dans une autre salle plus didactique dans laquelle le fameux Baiser a été déconstruit et reconstruit notamment sous forme de mobile. Et vous avez encore la possibilité de participer à une expérience en réalité virtuelle.

Des visites en famille

La partie didactique plaira moins aux jeunes enfants, ce sera aux parents de "traduire", mais la partie immersive dans les transats leur plaira certainement et figurez-vous qu’on a pensé aux enfants parce qu’ils ont la possibilité de colorier des œuvres de Klimt à la fin de l’exposition et de les projeter sur un tableau avec des cadres. Voir son propre dessin accroché au mur dans une salle d’expo, c’est franchement la classe !

L’expo se tient jusqu’au 5 septembre. Pensez bien à réserver, elle a énormément de succès !

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK