Murmures du monde

Tous les samedis de 18:02 à 19:00 sur Musiq3

Plus d'infos

En compagnie de nos artistes belges de souche et de cœur

Dans son émission, Hélène Van Loo fait la part belle à nos artistes belges de souche et de cœur.

Pierre Vaiana et les rêves siciliens

Le saxophoniste Pierre Vaiana nous propose un parcours onirique et nostalgique, inspiré par ses séjours nombreux dans la région de ses ancêtres, la Sicile.

Dans la culture populaire sicilienne, une grande importance est attribuée aux rêves. Le temps passé à rêver a toujours été considéré comme un espace privilégié de communication et d’échange d’informations indispensables à la compréhension du monde réel. Cela peut impliquer des messages de proches disparus, des énigmes non résolues ou même des chiffres à décrypter et dont il faut se souvenir pour les secrets qu’ils contiennent.

À lire aussi : Le saxophoniste Pierre Vaiana se ressource en Sicile et compose l’album "Amuri & Spiranza"

Pierre Vaiana a écrit la musique de son nouvel album au Palazzo Adriano, après des jours passés à flâner, à sentir le vent et le soleil, à s’émerveiller devant les fleurs, à écouter l’eau couler le long des chênes.

Un album inspiré de la Sicile, une terre qu’il aime et qui inspire les rêves de chaque composition, car il s’agit bien de "rêves".

À écouter aussi : La musique italienne comme usage social et politique

Gaëlle Solal nous fait voyager au Brésil

La guitariste Gaëlle Solal réalise un rêve : s’envoler pour le Brésil. C’était en 2009. Et c’est là qu’elle fait prendre un nouveau tournant à sa carrière. Guitariste de formation classique, Gaëlle Solal découvre que les musiciens brésiliens ne font pas de distinction aussi forte qu’en Europe entre musique classique et musique populaire. Au Brésil tout est considéré comme musique. C’est surtout le cas dans les roda de choro, sortes de jam sessions brésiliennes, durant lesquelles les musiciens passent "à la moulinette" des pièces de Bach, des pièces de Villa-Lobos et des pièces typiques du répertoire populaire. Cette idée qu’on puisse s’approprier toutes les musiques l’a particulièrement marquée lors de ce voyage au Brésil.

Gaëlle Solal vient de sortir un album intitulé TUHU, autour des œuvres de Villa Lobos… mais pas que, on y trouve aussi une composition signée d’une autre figure légendaire de la musique brésilienne, Guinga.

À écouter aussi : La guitariste française, et bruxelloise de cœur, Gaëlle Solal nous fait voyager au Brésil

Tchala’s Band

Le groupe Tchala’s Band s’est formé il y a quelques années autour des compositions et de la personnalité du chanteur cap verdien, Tchala Almeida. Tchala Almeida est chanteur, compositeur et virtuose du cavaquinho, cette petite guitare à 4 cordes d’origine portugaise et a joué, notamment, aux côtés de Césaria Evora.

Tchala Almeida transmet dans sa musique toute la chaleur des Iles du Cap-Vert. On le retrouve ici entouré d’excellents musiciens belges qui s’attachent à faire vivre cette musique typique de l’île, festive et métissée, tout en y mêlant une certaine couleur jazz. 

Dans la catégorie "Musique du monde" des Octaves de la musique 2021

Les Octaves de la musique récompensent depuis 2004 le travail et la créativité des artistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles issus de différents univers, allant de l’électro au jazz en passant par la chanson française et la musique classique. L’édition 2021, qui se déroulera normalement le 7 juin prochain, a dévoilé récemment la liste des nommés.

Nous vous proposons un tour d’horizon des nommés de la catégorie Musique du monde.

Aboubakar Traoré, originaire de Bobo-Dioulasso, au Burkina Faso. Mais c’est à Bruxelles que ce chanteur et prodige du kamélé n’goni crée le groupe Balima. Aboubakar Traoré conte et renouvelle le fabuleux répertoire des griots mandingues, dénonce les tâches quotidiennes de son peuple et rend hommage aux anciens qui ont marqué l’histoire de son pays et de l’Afrique.

Et voici un projet qui a vu le jour en 2016, The Ångströmers. Et quel projet ! Faire coexister un groupe haïtien de musique traditionnelle, intitulée Mizik Rasin, ("musique racine") et un duo de l’underground électro bruxellois pour arriver à une transe groove extatique.

C’est l’histoire de la rencontre entre la formation Chouk Bwa et les producteurs Nicolas Esterle et Frédéric Alstadt réunis sous le nom de The Ångströmers.

The Ångströmers qui intègre à la perfection les polyrythmes complexes du groupe haïtien Chouk Bwa, qui s’inspire, lui, des rites quotidiens et ruraux du culte vaudou pour invoquer les esprits.

Si vous êtes nostalgiques de la chanteuse américano-mexicaine Lhasa qui nous a quittés il y a plus de dix ans, vous devriez adorer l’album SOAKED de Las Lloronas, également nommé dans la catégorie Musique du monde aux Octaves de la musique 2021.

Le duo Szabadság qui réunit Ariane Cohen-Adad, violoniste franco-séfarade et Jefferson Louvat, mandoliniste belgo-hongrois. Deux musiciens, basés en Belgique, qui aiment croiser sur leur dernier album les musiques d’Europe de l’Est, Klezmer-Balkans, avec celles d’Amérique du Nord. Un album intitulé “Ellis Island”.

Place à présent à la voix lumineuse de la chanteuse belgo chilienne Marylène Corro. Le cœur léger est ossu de l’album Flavour de Marylène Corro, accompagnée de Stéphane Mercier à la flûte solo.

Et on termine ce tour d’horizon avec le projet OVERSEAS. OVERSEAS est l’histoire de la rencontre entre le saxophoniste bruxellois Toine Thys et le joueur d’oud égyptien Ihab Radwan. Ils choisissent d’explorer une formule à 4 et 5 musiciens, avec leur nouvel album intitulé "Tamam Morning", une musique à la croisée de la musique arabe, du jazz et de l’improvisation tonale, de la musique classique et des rythmes de la musique brésilienne.

Toine Thys et Ihab Radwan accompagnés par le percussionniste brésilien Zé Luis Nascimento, la violoncelliste luxembourgeoise Annemie Osborne et le pianiste néerlandais Harmen Fraanje.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK