Murmures du monde

Tous les samedis de 18:02 à 19:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Aux origines du tango, "là où s'entendent les silences et où chantent les muses"

Aux origines du tango, "là où s’entendent les silences et où chantent les muses"
Aux origines du tango, "là où s’entendent les silences et où chantent les muses" - © Willy GS - Getty Images

Le tango est essentiellement nomade, voyageur et métissé. Le tango se renouvelle, se déplace et se transforme depuis plus d’un siècle. Si le tango est une danse et une musique en soi, il définit aussi une certaine conception de l’existence. Hélène Van Loo nous propose de voyager pendant une heure au doux son de cette musique et d’en découvrir les origines et les secrets.

Là où s’entendent les silences et où chantent les muses

Comme le disait le danseur et chorégraphe Carlos Gavito.

Les origines du tango

Et pour découvrir ces origines, direction le Rio de la Plata, littéralement "le fleuve de l’argent" qui sépare l’Argentine et L’Uruguay. Aux alentours de 1870, dans l’embouchure de cet estuaire, un spectaculaire raz-de-marée migratoire et le métissage complexe qui l’accompagne vont donner naissance au tango. La population de Buenos Aires sera multipliée par trois.

Le migrant qui a coupé les amarres pour vendre sa force de travail rencontre le gaucho fraîchement arrivé à la ville et ils dessinent la panoplie de personnages de la protohistoire du tango.

Les origines africaines du tango

En effet, Le tango résulte de trois ingrédients principaux se référant tous les trois à ses racines noires : la habanera, la milonga et le candombe. De ce dernier, le tango emprunte la rupture de rythme, la syncope. De la milonga, la marche en prise avec le sol. De la habanera, le rythme caractéristique en 2/4 et une grande part de la force émotive. Et cette formule rythmique de la habanera sera reprise par de nombreux compositeurs… On le retrouve dans le fameux "l’amour est un oiseau rebelle" que chante Carmen dans l’opéra éponyme de Bizet.

Orquesta tipica

L’orquesta tipica c’est la colonne vertébrale orchestrale du tango à partir des années 20. Les caractéristiques de l’orquesta tipica vont évoluer en fonction du contexte, des paramètres pratiques et économiques.

Au début du XXe siècle, nous avons la formule en trio, guitare, violon, flûte (facilement transportables). Puis le bandonéon remplace la flûte. Puis quand le tango se voit accepté socialement et entre dans les cabarets : le piano chasse la guitare. On étoffe alors les timbres : on double le violon et bandonéon et on ajoute la contrebasse. Ce sera le Sexteto tipico.

Dans les années 40, avec le succès des bals, l’essor de la radio et du disque, les orquesta tipica vont se multiplier de manière folle.

On ne danse pas le tango en se donnant la main, mais à bras-le-corps

"L’Abrazo !" signifie l’étreinte, l’enlacement et c’est l’essence même  du tango : tous les milongueros vous le diront.

L’homme propose, la femme dispose. Guider et suivre introduit une forme inédite de relation physique. Cette intimité, c’est le charme du tango. Et elle fera scandale.

En Argentine l’accordéon est rarissime dans le tango qui lui préfère le bandonéon. Néanmoins, il est parfois présent dans les pratiques de bal des quartiers populaires de Buenos Aires.

En France, par contre, alors que les salons connaissent le tango par "l’orquesta tipica" avec bandonéons et violons. Dans les milieux populaires français, c’est par l’accordéon que le tango se généralise.

Carlos Gardel : chanteur mythique

Carlos Gardel dont la mort en 1935, reste un mystère… Et marque le début de la période faste pour le tango : l’âge d’or du tango.

Le Buenos Aires des années 40 connaît un retour du tango comme phénomène de masse. Les orquesta tipica se multiplient de manière folle. Grâce au relais des médias, à l’essor de la radio, à l’industrie du disque et du cinéma, le tango est massivement populaire, un phénomène inédit qui ne se reproduira pas. A la fin des années 40, la musique s’infiltre partout.

Mais 1955 marque la fin de cet âge d’or. C’est l’année où tout bascule, pour le tango et pour l’Argentine. Le gouvernement de Juan Peron est renversé par un coup d’Etat. C’est le début d’une autre réalité.

Astor Piazzolla est à un tournant de sa vie, riche de sa rencontre avec Nadia Boulanger et le monde du jazz à Paris, revient au Pays et dégoupille la bombe musicale que sera son "Octeto Buenos Aires". Piazzolla fait swinguer le tango !

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK