Laurence Vielle lit la poésie

Plus d'infos

Laurence Vielle lit un poème inédit de Lisette Lombé : "Et s’il n’en restait qu’un"

Laurence Vielle nous offre la lecture d’un poème inédit de la poétesse et slameuse belge Lisette Lombé, Et s’il n’en restait qu’un.

Lisette Lombé a remporté mercredi soir le premier prix littéraire Grenades, pour son livre "Brûler, brûler, brûler". La récompense, d'une valeur de 1000 euros, a été remise à la Maison de la Francité à Bruxelles. Lancé par les Grenades, projet de la RTBF qui propose des contenus d'actualité sous le prisme du genre et du féminisme, le prix éponyme vise à mettre en avant des autrices belges francophones.

Le texte du poème

Elle nous demanda de former un cercle tout autour d’elle.

Les moins alertes d’entre nous purent s’appuyer sur quelques avant-bras. Fallait voir ! Il y avait de la délicatesse dans l’air.

Alors, elle nous demanda de murmurer à notre voisine de gauche puis à notre voisine de droite à quel point nous nous sentions entourées par de délicieuses personnes.

Fallait voir ! Fallait voir comment l’entrelacs de nos tenues blanches formaient, vu du ciel, vu des cieux, une couronne harmonieuse.

Alors, elle nous demanda de convoquer, chacune, oui chacune, de convoquer un oiseau. Pas le premier oiseau qui nous passerait par la tête, pas le familier, pas celui du fond du jardin. Pas l’hitchcockien, pas la chiure sous le pont ou la chiure sur le pan de veste, non plus.

Nous pouvions voyager, nous pouvions brasser large, battre le rappel par-delà les mers.

Approcher le sublime et le laisser se poser sur notre épaule allait exiger de nous une certaine patience…

Alors, elle nous demanda d’observer la Babel ailée qui grandissait, grandissait, grandissait au cœur de notre assemblée. Grue royale, loriquet à tête bleue, quetzal, tangara rouge, toucan à carène, colibri, canard mandarin,

faisan doré, calao de Malabar, cotinga de Cayenne, huppe fasciée, diamant de Gould, motmot à sourcils bleus.

Avions-nous jamais assisté à pareil ébrouement ? Avions-nous jamais été effleurées de la sorte, plumes grasses sur nos lèvres ?

Alors, elle nous demanda de doucement, oui, doucement,

de commencer à imaginer le pire pour chaque vie, pour chaque oiseau. Qu’adviendrait-il si, tout à coup, les individus les plus robustes se jetaient sur les plus chétifs et se mettaient à les déchiqueter ? Et qu’adviendrait-il, ensuite, si les plus résolus des rescapés s’attaquaient aux moins opiniâtres ?

Qui survivrait à pareil carnage ? Qui ?

Alors, elle nous demanda de, chacune, oui chacune, de réfléchir un moment, à ce qui

puis, de chacune, sans nous laisser influencer par le souffle de notre voisine de gauche ou le souffle de notre voisine de droite,

de chacune, nommer l’oiseau que nous aurions sauvé de cette inqualifiable lutte.

Alors chacune d’entre-nous oublia le souffle de sa voisine de gauche et le souffle de sa voisine de droite.

Chacune d’entre-nous oublia la couronne harmonieuse et l’entrelacs des tenues et la Babel ailée et l’assemblée et la délicatesse dans l’air.

Et chacune d’entre-nous, comme pour sauver son cul, comme pour sauver sa peau, comme pour sauver son âme,

et c’est pas grave, dis-toi bien que c’est pas grave, chacune d’entre-nous sauva son propre oiseau.

 


Et comme dit Serge Pey :

La poésie c’est espérer l’aigle qui lâchera une tortue sur ta tête.

Le mot de Laurence Vielle

La scène poétique est vaste et petite à Bruxelles, nous nous y rencontrons, nous y disons, slamons, scandons nos mots.

Partager la scène avec Lisette Lombé, depuis quelques années, c’est une joie contagieuse. Sa parole pulse, déplace, dérange, son écriture est à la fois directe et ciselée, elle interpelle, elle creuse, elle secoue, elle revendique touche et caresse, à fleur de peau toujours ;

Dire, écrire, transmettre, traquer l’authentique et la rythmique, le cinglant et le sensuel, ça, c’est Lisette. La vie, la poésie. Laurence

Elle était l’invitée de La Première en juillet dernier

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK