Laurence Vielle lit la poésie

Plus d'infos

Laurence Vielle lit "Jour 9" de Vincent Tholomé et Julien Lernons

Chaque jour, la poétesse Laurence Vielle fait sonner, scander, rythmer de son souffle lumineux les mots des poètes et poétesses, et notamment de poètes belges. Découvrez un texte du poète belge Vincent Tholomé, coécrit en avril 2020, pendant le confinement, avec un futur menuisier de 15-16 ans.


"Jour 9", Vincent Tholomé et Julien Lernons

 

• aujourd’hui je calcule • je fais des comptes • je comptabilise • je regarde mon frère travailler • je calcule son nombre d’heures • j’inscris le compte dans un petit carnet • dans une petite colonne • je comptabilise mes heures • j’inscris leur nombre dans mon petit carnet • dans une petite colonne jouxtant celle de mon frère • je compare son nombre d’heures de travail et le mien • j’en tire trois conclusions • je les inscris dans mon petit carnet • puis je fais le tour la maison • je vois le ventilateur éteint • […] je note des vérités : "un ventilateur éteint ne produit jamais d’air • un ventilateur éteint est éteint • l’air que je respire ne provient pas d’un ventilateur éteint • je ne sais pas d’où provient l’air que je respire • la chaleur du radiateur me donne très chaud" • […] puis je note mes observations dans mon petit carnet • puis je vais dans ma chambre • je note que mon lit n’est toujours pas fait • je me retire un bon point • puis je vois mon bureau totalement rangé • je m’ajoute alors un bon point • prends alors les poussières • regarde quel jour nous sommes • regarde qui doit faire quoi le jour que nous sommes • prends ma manne à linge • […] regarde la chaise qui part de traviole • note scrupuleusement mes recommandations • en fais part à mon frère • lui détaille ce qu’il faudrait faire • quels outils il faudrait manipuler • quelle scie il faudrait utiliser • quelle colle à bois il faudrait étendre s’il lui prend l’envie de réparer la chaise qui part de traviole • puis je vais à la cave • descends les marches • ouvre la porte de mon atelier • vois maman qui travaille dur • je caresse le chat au passage • […] je vais chercher le linge • je vais à la buanderie • la vaisselle est en tas entassée dans un coin • c’est dans la cuisine • je trie mes affaires • je trie ma vie • passe ma vie à trier ma vie • j’aimerais manger • des chips au sel ou au paprika • il faudrait que je sorte • fasse les courses • je dis à maman : "il faudrait que je sorte • fasse des courses" • j’entends une guêpe • elle vole • […] je suis dans mon atelier • je vérifie mes outils • je vérifie s’ils sont en ordre • je balaie le sol • je range mes bois • je recompte mes vis […] je note que je dois : tondre la pelouse • retourner le jardin • remonter dans ma chambre • m’asseoir sur une chaise • faire le compte des bons et des mauvais points • ouvrir l’ordinateur • ouvrir ma fenêtre • respirer un peu d’air • regarder les mails • les photos de souvenirs lointains • ranger mes armoires • être fatigué • être satisfait d’une journée bien remplie •

Auteur-performeur, Vincent Tholome anime des lectures un peu partout en Europe (Allemagne, Lituanie, Russie, France, Suisse, Roumanie, Hongrie, etc.) et ailleurs (Indonésie, USA, Québec). Il est l’auteur d’une vingtaine de livres mêlant poésie et fiction, réalisme et imaginaire, vie intérieure et monde extérieur. Son dernier livre, "Mon épopée", est sorti aux éditions Lanskine quelques jours avant le confinement. Au sein du duo VTGK (Vincent Tholomé-Gauthier Keyaerts), il propose des versions scéniques et sonores des 22 chants composant le livre. On peut entendre quelques-unes de leurs capsules en ligne.

Avec une classe de menuisiers et de travaux publics de l’ITN (une école technique de Namur), il est en train de coécrire, par Internet, un livre qui, peut-être, paraîtra aux éditions Maelström. Jour 9 est un texte coécrit avec Julien Lernons, un futur menuisier, un ado de 15, 16 ans, adorant la chanson française des années 70 et 80 et aimant le scoutisme. C’est un texte écrit durant le confinement.

 

Ce que Laurence Vielle nous dit de Vincent Tholomé :

Vincent Tholomé, compagnon poète de longue date. Nous nous sommes rencontrés au sein du "Big band des littératures féroces, avec ou sans dent", créé il y a plus de vingt ans par Christian Duray, autre poète magnifique. J’aime entendre Vincent Tholomé dire ses mots, et j’aime tant les dire aussi.

 

Le poème est un télescope attendant que le poète fasse le point.

Lawrence Ferlinghetti, "Poésie, art de l’insurrection", Éditions Maelström, 2012