Laurence Vielle lit la poésie

Plus d'infos

Laurence Vielle lit "Et pourquoi pas toujours" de Zéno Bianu

Chaque jour, la poétesse Laurence Vielle fait sonner, scander, rythmer de son souffle lumineux les mots des poètes et poétesses, et notamment de poètes belges. Découvrez un poème de Zeno Bianu, issu du recueil "Infiniment proche, Le désespoir n’existe pas", publié aux éditions Gallimard.


"Et pourquoi pas toujours" - Zéno Bianu

Et pourquoi pas toujours ?

Et si le mot toujours disparaissait

Imaginer un peu

Imaginer voir

Qu’il n’y ait plus de toujours

A jamais

Que le toujours se soit perdu

Dans le maintenant

Oui

Que le toujours se perde un beau jour

Imaginez une vie sans toujours

Sans toujours

Le renouvellement des jours

Un matin vous respirez

Vous goûtez l’espace

Il n’y a plus de toujours

La saveur de l’instant direz-vous

Mais où s’inscrit-elle

Mais où écrit-elle nos vies

Sinon dans le toujours ?

Car le toujours est partout

Qui tue la mort chaque jour

Toute la sainte journée

Qui voudrait vraiment oublier Ce toujours

A qui l’on doit le jour,

La perspective de fond

Le fond des mondes

Le fond des jours

Qui voudrait que le toujours

Soit remplacé par le toujours

Plus

Qui voudrait que le ciel s’absente

Qui voudrait faire cesser

La pulsation

Et pourquoi pas toujours ?

A perpétuité et à toute heure

Sans répit

Et pourquoi pas toujours

Continuellement

Et pourquoi pas toujours

Encore

Encore et toujours

Non pas de temps à autre

Ni même de temps en temps

Mais jour et nuit

Invariablement

Assidûment

Notre exigence d’infini

Notre souffle premier

Sans relâche et sans arrêt

Notre infiniment

Sans cesse

Pour ne plus abréger nos jours

Pour ne plus y mettre fin

A toujours

A la vie à la mort

A chaque instant

Et pourquoi pas toujours ?


 

Zéno BIANU, né à Paris en 1950, fut l’un des signataires du Manifeste électrique qui secoua la poésie des années 1970. Poète, dramaturge, traducteur, auteur de nombreuses anthologies, il est la source d’une œuvre multiforme qui interroge l’écriture, le jazz, le théâtre et l’Orient. Il a publié chez Gallimard : Infiniment proche, Le désespoir n’existe pas, Prendre feu (avec André Velter), D’un univers funambule, etc. Au Castor Astral, il a fait paraître une trilogie musicale : Chet Baker (déploration), Jimi Hendrix (aimantation), John Coltrane (méditation). Ses pièces, représentées au Festival d’Avignon et à l’Odéon-Théâtre de l’Europe, ont paru chez Actes Sud-Papiers. Familier des poétiques orientales, il a composé deux anthologies de haïkus avec Corinne Atlan (Poésie/Gallimard).

 

Voici ce que Laurence Vielle nous dit de Zéno Bianu :

C’est son poème sur les arbres qui me l’a fait connaître. Et je n’ai plus jamais regardé les arbres de la même façon.

La poésie est une présence radicale qui nous aiguillonne constamment

Lawrence Ferlinghetti, "Poésie, art de l’insurrection" Editions Maelström, 2012

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK