Laurence Vielle lit la poésie

Plus d'infos

Laurence Vielle lit "BLABLABLA" du poète belge Jérémie Tholomé

Laurence Vielle nous propose la lecture d’un poète belge, Jérémie Tholomé qui, pendant le premier confinement, a lui aussi partagé la poésie sur les réseaux sociaux, en partageant les mots de ses collègues. Laurence Vielle lit "BLABLABLA", issu du recueil La fabrique à cercueils paru aux Editions MaelstrÖm. 

Texte

BLABLABLA de Jérémie Tholomé, in La fabrique à cercueils aux Editions MaelstrÖm 2020

Chers amis chers camarades

Bla bla bla l’emploi

Bla bla bla le modèle allemand

Bla bla bla les valeurs démocratiques

Bla bla bla la liberté

Bla bla bla un avenir meilleur pour

les travailleurs les indépendants les employés les entrepreneurs les enseignants les agriculteurs les habitants des zones rurales les pensionnés les malades les consommateurs les jeunes les femmes les justiciables les laissés pour compte

Bla bla bla la prospérité (grâce à nous)

Et la réduction du CO2 pour 2030

Chers amis chers camarades

Bla bla bla l’émancipation

Bla bla bla l’ascenseur social

Bla bla bla les impôts

Bla bla bla le déficit budgétaire (c’est la faute des autres)

Bla bla bla le chômage (c’est la faute des autres aussi)

Bla bla bla le précompte immobilier

Et la réduction du CO2 pour 2035

Bla bla bla les charges sociales

Bla bla bla la solidarité

Bla bla bla la sécurité sociale

Bla bla bla les voitures de société

Bla bla bla le pouvoir d’achat

Chers amis chers camarades

Bla bla bla la technologie l’innovation l’ingéniosité

Bla bla bla des solutions durables (c’est notre marque de fabrique)

Bla bla bla l’écologie (ça a toujours été nous) (et vous le savez)

Bla bla bla l’enseignement

Bla bla bla le modèle scandinave

Bla bla bla les soins de santé

Bla bla bla la pension

Bla bla bla nos propositions sont concrètes (ce sont les meilleures) (ne vous laissez pas avoir)

Et la réduction du CO2 pour 2040

Bla bla bla le service public

Bla bla bla une société réellement inclusive

Bla bla bla le terrorisme

Bla bla bla la sécurité

Bla bla bla le laxisme (des autres)

Bla bla bla autorité et fermeté (c’est nous) (qui d’autre ?)

Bla bla bla le racisme la xénophobie et la discrimination

Et la réduction du CO2 pour 2045

Bla bla bla le CETA (on est pour ou contre, nous ?)

Blabla bla les populistes

Chers amis chers camarades

Bla bla bla les prêts de rénovation à 0%

Bla bla bla la transition climatique

Bla bla bla la technologie

Bla bla bla des dizaines de milliers d’emplois

Bla bla bla deux modèles de société (notre modèle est le meilleur)

Bla bla bla le contrat social

Et la réduction du CO2 pour 2050 (si on a le temps)

Chers amis chers camarades

Notre projet est avant tout social

Notre projet repose sur le cœur

Notre projet repose sur l’âme

Notre projet repose sur l’optimisme

Notre projet repose sur la confiance

Notre projet est le vrai progrès

Notre projet est le meilleur projet

Chers amis chers camarades

Avec nous avec vous

Demain, tout ira bien

Demain, tout ira bien

 

Jérémie Tholomé, pendant tout le premier confinement, a chaque jour dit les mots d’un.e poète. (Facebook, Jérémie Tholomé)

Il écrit, il dit, il est aussi à ses heures assistant social. Et oui, il fait claquer les mots. C’est un plaisir de partager la scène poétique avec lui. Voici le portrait qu’il fait de lui :

"Jérémie Tholomé est un poète belge né en 1986. Il écrit des textes pour l’oralité en claquant les mots comme Charles Bronson jouait du flingue et de l’harmonica dans un western-spaghetti, convoquant sur scène ceux qui semblent ne jamais apparaître sur la pellicule de la vie. Assistant social et psychopédagogue, la ville de Charleroi et ses habitants sont ses principales sources d’inspiration.

Ses inspirations littéraires débutent à l’adolescence avec Jack Kerouac et les poètes de la Beat Generation. Plus tard, il découvre Raymond Carver dont le dirty realism imprègne dorénavant sa propre poésie, toutes proportions gardées. Aujourd’hui, il se passionne pour la scène poétique contemporaine et ne se lasse pas de partager les mots de ceux et celles qui en font partie car être artiste tout seul, ça n’a aucun sens.

Après " Rouge charbon " (éditions maelstrÖm/2019), " La Fabrique à cercueils " (éditions maelstrÖm/2020) regroupe 14 textes formant un récit poétique proposant de plonger en apnée dans le monde du travail d’une ville-usine peuplée d’habitants-ouvriers."

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK