La Touche Opéra

Plus d'infos

« Médée » de Marc-Antoine Charpentier, un poème de Thomas Corneille mis en voix

« Médée » de Marc-Antoine Charpentier, un poème de Thomas Corneille mis en voix
« Médée » de Marc-Antoine Charpentier, un poème de Thomas Corneille mis en voix - © Magali Dougados

Nicolas Blanmont continue son tour d’Europe à la recherche des plus belles productions d’opéra de cette saison. Il nous revient de Genève, où il a vu pour nous le seul opéra du compositeur Marc-Antoine Charpentier, Médée.

Tragédie lyrique française en un prologue et 5 actes, l’opéra Médée a été composé en 1693 par Marc-Antoine Charpentier pour l’Académie Royale de Musique, sur un livret de Thomas Corneille, petit frère du célèbre dramaturge et poète Pierre Corneille. C’est le grand chef-d’œuvre de Marc-Antoine Charpentier, qui accède enfin à l’opéra à l’âge 50 ans – en effet, à cette époque, le privilège de l’opéra était détenu par Jean-Baptiste Lully – qui est à la fois un aboutissement de son œuvre musicale et un testament. Pour son unique opéra, il choisit un sujet qui n’a cessé de passionner les auteurs et les compositeurs, l’histoire de la magicienne Médée, le personnage tragique par excellence.

Une nouvelle production en français

C’est une nouvelle production en français que nous propose le Grand Théâtre de Genève, en coproduction avec l’English National Opera, qui l’avait déjà proposé il y a quelques mois, mais traduite en anglais. La mise en scène de l’opéra est confiée au metteur en scène anglais David McVicar, qui place l’action durant la Seconde Guerre mondiale : on est dans une sorte de PC militaire avec des Anglais, des Français et des Américains. Oronte est un américain servant pour l’armée de l’air, qui arrive avec son parachute sur le dos, Créon est une espèce de Général de Gaulle. On se retrouve dans les salons des militaires, qui se transforment parfois en des sortes de clubs, où vont intervenir des danseurs pratiquement de comédies musicales. Divertissant et intelligent.

Dans la fosse de l’orchestre, on retrouve Léonardo Garcia Alarcon et son ensemble, La Cappella Mediterranea, qui arrive à faire chanter cette musique baroque française avec beaucoup de vivacité et de vérité dramatique.

Il faut une immense chanteuse pour Médée de Charpentier et à Genève, c’est soprano italienne Anna Caterina Antonacci qui brille dans cette production.

Une production que vous pouvez encore voir ce samedi 11 mai.

Une double actualité pour l’Opéra de Genève

Il y a deux mois, le Grand Théâtre de Genève a rouvert ses portes après 4 ans de rénovation, avec une tétralogie de Wagner. Lors de cette rénovation, le Théâtre a surtout retravaillé l’espace dédié au public : la salle en elle-même est une salle très moderne, car elle a été déjà totalement reconstruite dans les années 60 à la suite d’un incendie. Par contre, le bâtiment reste un très beau bâtiment du XVIIIe, à qui on a rendu tout son lustre.

En même temps, se termine cette année le mandat de Tobbias Richter, directeur du Grand Théâtre de Genève depuis une dizaine d’années. Pour le succéder, on annonce l’arrivée d’Aviel Cahn, que nous connaissons bien en Belgique, puisqu’il est le Directeur sortant de l’Opéra de Flandres, qui vient d’ailleurs d’être couronné d’un Opera Award de la meilleure maison d’opéra européenne. Il est suisse et a décidé d’un peu bouleverser les choses à Genève. Il a annoncé la semaine passée qu’il fera à Genève des choses qui ont à voir avec Genève.

Newsletter Musiq'3

Restez informés chaque lundi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK