La Touche belge

Plus d'infos

Patrick Davin, un accent familier, un humour décalé et toujours une bienveillante intelligence

Depuis le décès soudain du chef d’orchestre Patrick Davin, survenu ce 9 septembre 2020 à La Monnaie, les hommages se sont multipliés pour célébrer ses qualités humaines et artistiques. Brigitte Mahaux lui a consacré sa Touche belge.

Nombreux sont ceux, étudiants, collègues, amis, qui ont tenu à souligner la parole revigorante de Patrick Davin. Son accent familier, cet humour décalé et toujours une bienveillante intelligence que le discours laissait transparaître. Ces caractères étaient bien là lorsque nous l’avons rencontré pour une précédente Touche Belge. On y retrouve aussi ce goût de la transmission dont Patrick Davin était habité et qui a pu s’épanouir avec bonheur au sein des classes, équipes, orchestres et institutions qu’il a dirigés tout au long de sa carrière.

Je ne pense pas qu’on puisse être beaucoup plus belge que je le suis.

Ainsi nous a-t-il dit son plaisir d’appartenir à ce petit pays, trop petit pour perdre le sens de la mesure. Il déclarait d’ailleurs, au sujet de sa récente direction de l’orchestre des étudiants de l’IMEP, qu’il n’avait "pas besoin de diriger l’Opéra de Berlin pour être heureux". Ça ne l’a pas empêché d’être engagé à de nombreuses reprises hors de nos frontières.

C’est en mars 2019, à l’occasion de la parution de son disque reprenant les œuvres symphoniques complètes de Gabriel Dupont, que nous avions eu la joie de le recevoir à nos micros.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK