La symphonie fantastique

Plus d'infos

Arthur Honegger en vacances à Sils-Maria, à la rencontre de Nietzsche sur les rives du lac Silvaplana

Durant plusieurs siècles, la Suisse a attiré de nombreux compositeurs. Certains y ont trouvé refuge en période de troubles, d’autres y ont simplement passé leurs vacances. Pour cela ils n’ont évidemment pas choisi les lieux les plus insipides : Stravinsky s’est établi sur les rives du lac Léman, de même que Strauss, qui a logé à Montreux. Honegger s’est détendu à Sils-Maria dans les Grisons, et Brahms a passé trois étés sur les abords du lac de Thoune. Quant à Prokofiev, alors âgé de 22 ans, il s’offrit un voyage en train l’emmenant de Genève aux chutes du Rhin, après avoir visité les plus grandes villes du pays.

Les vacances d’Arthur Honegger à Sils-Maria

1945, la Seconde Guerre Mondiale se termine. Arthur Honegger passe l’été suivant à Sils-Maria dans les Grisons. Il a alors l’occasion de revoir son ami Paul Sacher, fidèle promoteur de sa musique, et son ami et mécène Werner Reinhart.

Arthur Honegger était descendu au Waldhaus, une institution à Sils-Maria, un magnifique hôtel à l’architecture d’un château, très prisé du milieu artistique.

4 images
© Waldhaus-Sils

A la rencontre de Nietzsche

Sils-Maria en Engadine est, au XXe siècle, une terre d’accueil pour les artistes du monde entier. Bon nombre d’entre eux ont marqué la ville de leur passage, et l’un des plus célèbre est sans nul doute le philosophe Nietzsche, qui a y a séjourné de nombreux étés. Durant son premier été passé à Sils-Maria, au cours d’une de ses nombreuses promenades, qu’est venue à Nietzsche l’idée de "l’éternel retour", véritable tournant dans la pensée philosophique de Nietzsche, au centre de son œuvre Ainsi parlait Zarathoustra.

Le rocher de Surlej, au bord du lac de Silvaplana – lieu où Nietzsche dit avoir eu sa "révélation" – est devenu un véritable lieu de pèlerinage. Honegger étant à Sils-Maria pour l’été, et ayant relu Ainsi parlait Zarathoustra, c’était pour lui un devoir de se rendre au rocher.

4 images
Les rives du Lac Silvaplana © ChrisRinckes

Elsa-Line Huwyler nous raconte :

Lorsqu’Arthur eu terminé son petit-déjeuner, il regarda le ciel, quelques cumulus, rien de terrible, un temps plutôt propice à la marche. Dès qu’il eut endossé de bonnes chaussures, il prit avec lui son livre, de l’eau et un encas, et sortit de son hôtel. Il devait d’abord descendre le chemin pour atteindre le village. Il se rendit à pied jusqu’au rocher longeant pour cela la rive du lac. Le chemin était à l’ombre, au pied des montagnes et la balade fut agréable. Il ne pensait plus à cette symphonie liturgique qu’il avait commencé d’esquisser dès le début de l’année. Non, durant ces vacances, peu de musique !

Intrigué par l’allure des arbres, Arthur s’engagea dans la forêt, le sentier grimpait dans les hauteurs et bientôt Honegger ne vit plus la route ni le lac. Il était immergé dans une forêt de sapins et le sol était tapi d’alliaires et d’aspérules odorantes. Arrivé à une certaine hauteur, le sentier continuait parallèlement au lac de Silvaplana, Arthur le suivit pour rentrer à l’hôtel. Il avait passé de nombreuses vacances en Suisse mais les Grisons restaient un canton inexploré… Zürich, Winterthur, Bâle, il ne comptait plus combien de fois il y était allé et puis, la Suisse romande où il avait rencontré René avec lequel il avait collaboré quelques fois pour le Théâtre du Jura.

Un été dans le canton des Grisons d’Arthur Honegger que vous pouvez continuer à suivre dans La Symphonie fantastique.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK