La passion selon...

Plus d'infos

Le tindé et l’imzad, deux instruments traditionnels joués par les femmes touaregs

Les Touaregs sont souvent appelés par les Occidentaux les "hommes en bleu", d’après la couleur de leur chèche qu’ils portent pour se protéger du sable et du soleil. Mais saviez-vous que les piliers de la culture des Touaregs sont les femmes ? Et la musique des Touaregs possède cette particularité qu’elle est jouée principalement par les femmes, qui jouent sur les deux instruments traditionnels touaregs, le tindé et l’imzad.

Un peuple basé sur un système matrilinéaire

Les Touaregs, que l’on nomme également Kel Tamajeq, du nom de leur langue berbère, sont un peuple de Berbères nomades vivant dans le Sahara central, l’Algérie, la Lybie et sur les bordures du Niger, du Mali ou encore du Burkina Fasso. La musique de ce peuple possède cette particularité d’être jouée principalement par les femmes. Elles seules ont l’autorisation de jouer des deux instruments traditionnels que sont le tindé et l’imzad.

Les peuples nomades fonctionnent sur un système matrilinéaire, la femme est au centre de toutes les décisions et jouit donc un statut privilégié : les biens sont détenus et transmis par les femmes, ce sont elles qui possèdent les tentes et tout ce qu’il y a à l’intérieur, elles gèrent l’enseignement des enfants, elles peuvent aussi choisir leur mari, et elles sont respectées voire honorées.

Le tindé et l’imzad

Le tindé est un tambour fabriqué avec à partir d’un mortier sur lequel est tendue une peau de bouc. On joue le tindé notamment pour les fêtes et il est accompagné par des voix de femmes, une soliste répondant souvent à un chœur féminin.

L’imzad est un instrument à cordes, une sorte de vièle à une corde, qui est utilisé entre autres pour soigner et peut être joué de manière très virtuose. Il est généralement accompagné par des voix masculines.

Depuis l’introduction de la guitare électrique dans les années 1970, la musique touareg va s’éloigner de ses origines pastorales pour imposer un son plus urbain. La guitare électrique prend de plus en plus d’ampleur et permet aux peuples nomades de se réapproprier le répertoire musical traditionnel touareg mais cette fois, ce sont les hommes qui prennent les commandes, même si quelques femmes bravent les interdits. A partir des années 90, certaines guitaristes jouent cette musique traditionnelle mais de manière plus confidentielle. Il faudra attendre le XXIe siècle pour que les femmes guitaristes touaregs sortent de l’ombre.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK