La matinale de Musiq3

Du lundi au vendredi de 06:30 à 09:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Marina Tsvétaïeva et ses poèmes comme des partitions de musique

La poétesse russe Marina Tsvétaïeva est la nouvelle complice du moment poésie de La matinale. On dit que ses poèmes sont comme une partition : qu’ils appellent à être interprétés puissamment .. à l’image de la personnalité flamboyante et sans concession de leur auteur.

Marina Tsvétaïeva était née à Moscou en 1892 dans une famille aristocratique et cultivée, son père était le fondateur du Musée des Beaux-Arts Pouchkine, sa mère était pianiste et aurait voulu que sa fille en fasse autant, au lieu d’être obsédée par la poésie.

Mais le destin de Marina est littéraire et même s’il lui faudra manger du pain noir, c’est la poésie qui d’un bout à l’autre de sa vie sera sa raison de vivre, voire de survivre.

Elle est considérée aujourd’hui comme l’une de plus grandes poètes russes du XXème et réhabilité par la Russie dans les années 1950. Anticonformiste, rebelle, exilée, à Gênes, à Lausanne, à Berlin, à Prague, à Paris où elle vivra 17 ans. Elle trace sa voie seule, et ne se reconnaît pas dans les milieux littéraires de son pays d’origine ni dans ceux de l’émigration.

Depuis l’enfance jusqu’à son suicide en 1941, elle noircit de poèmes les pages de ses carnets.

-----------------------------------------------------------

Mes premiers vers, écris si tôt,
Que je ne me savais pas encore poète,
jaillis comme une éclaboussure d’une fontaine,
Etincelles d’une fusée,
Petits démons intrus, surgis
Au somnolent sanctuaire d’encens,
Ma poésie jeunesse et mort chantant,
Ma poésie que nul ne lit !

Dans la poussière des étalages éparpillées,
N’ayant servi, se servant à personne,
ma poésie comme vins de qualité
Saura attendre que son heure sonne 

-----------------------------------------------------------

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK