La couleur des idées

Tous les samedis de 11:00 à 12:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Thierry Paquot, philosophe de l’urbain, s’interroge sur le sens profond de "l’habiter"

Philosophe de l’urbain, Thierry Paquot participe depuis plus de trente ans aux débats sur la ville, l’architecture et l’urbanisation. Il dénonce dans ses écrits l’urbanisme de l’ère productiviste et propose des alter-architectures au nom de l’écologie existentielle. Dans son dernier livre Demeure terrestre. Enquête vagabonde sur l’habiter, il s’interroge le sens profond de l’habiter.

Selon lui, Habiter consiste à être-présent-au monde-et-à-autrui, ce qui ne va pas de soi, ne s’apprend pas et n’est pas lié à la qualité de son logement, à la beauté du site où l’on réside, au niveau de son revenu. Habiter revient à faire corps avec le lieu qui nous reçoit autant que nous l’accueillons et le respectons, à tisser d’innombrables relations avec les autres habitants, humains et non-humains, à ménager tout ce qui participe à nos activités, à nos rêves et à nos désirs. 

Entremêlant ses souvenirs de lieux fréquentés aux analyses philosophiques des territorialités et des temporalités de notre existence, il s’emploie à révéler la richesse existentielle de ce qu’habiter signifie. En compagnie aussi bien de Martin Heidegger que de Gaston Bachelard, Henri Maldiney ou Ivan Illich, il revient sur l’histoire chaotique de la prise en considération de cette notion au début des années 1960, d’abord chez les psychologues, puis chez les architectes, les sociologues, les anthropologues et enfin les géographes.

Au micro de Pascale Seys, il raconte l’être au monde que toute personne se doit de cultiver afin de toujours pouvoir habiter les lieux qui, à leur tour, les habitent.

Un entretien à suivre ci-dessous

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK