La couleur des idées

Plus d'infos

Le plaidoyer pour l'universel de Francis Wolff : l'humanité comme seule source de valeurs

Dans son livre "Plaidoyer pour l’universel", le philosophe Francis Wolff propose de repenser l’universalisme face au relativisme de notre temps.

Selon lui, jamais nous n’avons été aussi conscients de former une seule humanité. Nous nous savons tous exposés aux mêmes risques : changement climatique, crise économique et écologique, épidémies, terrorismes, etc. Mais alors qu’elle s’impose dans les consciences, l’unité de l’humanité recule dans les représentations : revendications identitaires, nationalismes, xénophobies, radicalités religieuses. L’universel est accusé de toutes parts : il serait oublieux des particularismes et des différences, en somme il serait trop universel. Ou il ne le serait pas assez, il ne serait que le masque du plus fort : du patriarcat (tous les hommes, mais pas les femmes), de l’Occident (tous les hommes, mais seulement les Blancs), ou de l’anthropocentrisme (tous les hommes, mais pas les animaux).

L’humanité est seule source de valeurs. Mais l’humanité, ce n’est pas seulement l’ensemble des êtres humains, c’est aussi la qualité présente en chacun de nous et qui nous lie aux autres : non pas la capacité de communiquer qui est aussi propre à d’autres espèces, ni l’aptitude à raisonner que possèdent certaines machines, mais la faculté de raisonner en communiquant, autrement dit de dialoguer.

Au micro de Pascale Seys, il explique pourquoi les idées universalistes doivent retrouver leur puissance mobilisatrice et évoque aussi son amour pour la musique à laquelle il a consacré un livre : "Pourquoi la musique ?"

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK