L'oreille d'abord

Plus d'infos

"Utreia !" : L’Oreille d’abord vous emmène sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle !

Une fois n’est pas coutume, chaque dimanche de l’été, Musiq3 vous propose une émission de la RTS. Il s’agit de L’Oreille d’abord, une série signée Catherine Buser. Neuf épisodes ont été sélectionnés qui vous porteront aux quatre coins du monde : des vastes landes écossaises aux grands espaces du Far West, des chemins menant à Saint Jacques de Compostelle à la Grande Muraille de Chine… Alors qu’il n’a jamais été aussi difficile de voyager dans notre monde contemporain, nous vous proposons de vous évader simplement en allumant votre poste de radio. Pour ce voyage auditif laissez au placard matériel de randonnée, gourde, carte routière ou guide touristique. Pas besoin de test PCR ou passeport vaccinal pour quitter le plat pays, juste les oreilles et l’imaginaire…

Sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle

" Ultreia, en avant ! ". C’est avec ce cri que les pèlerins et les croisés du Moyen Age se mettaient en route. En ce temps-là, des milliers de gens quittaient leur château, leur maison, leur ferme pour se rendre dans les grands centres de pèlerinage. Au XIIe et XIIIe siècle, le pèlerinage de Compostelle en Galice était certainement l’un des plus populaires.

Aux alentours de 830 s’était répandu le bruit qu’on avait découvert, en cet extrême Occident de l’Espagne, un tombeau contenant les restes de l’apôtre Jacques. La tradition s’est perpétuée au fil des siècles : aujourd’hui encore de nombreuses personnes prennent leur bâton de pèlerin et se lancent sur le chemin de Compostelle. Au Moyen Age, les motivations d’un tel pèlerinage étaient essentiellement religieuses, de nos jours elles sont aussi variées que les chemins empruntés par les pèlerins ! Evocation en musique de la marche de ces milliers de pèlerins en quête de leur identité.

Il semblait maintenant que, touchée par la pénitence humaine et tout ce qu’elle comporte de labeur, la bonté divine eût écarté le rideau pour faire voir ce qui se trouvait derrière lui, le lièvre seul, tout droit, nettement détaché ; la chute de la vague ; le balancement du bateau, toutes visions qui devraient toujours êtres les nôtres si nous en étions dignes. Mais, hélas ! La bonté divine tire le rideau d’un coup sec ; il ne lui plaît point de nous montrer ce spectacle ; elle couvre ses trésors d’une avalanche de grêle et les brise, les mêle de telle façon qu’il semble impossible qu’ils ne puissent jamais recouvrer leur calme ni que nous ne puissions jamais composer avec leurs fragments un tout parfait ou lire dans leurs morceaux dispersés les claires paroles de la vérité. Car notre pénitence ne mérite qu’un aperçu et notre labeur que du répit.

La Promenade au phare – Virginia Woolf

2 images
Deux femmes se rendent à la Cathédrale. © Luis Dafos / Getty Images

Le « Camino frances », le chemin par excellence

Le chemin de Compostelle fait partie des grands pèlerinages de la chrétienté médiévale, et ce depuis le XIe siècle. C’est après la prise de Grenade en 1492 sous le règne de Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle de Castille (dit Isabelle la Catholique) que le Pape Alexandre VI déclara officiellement Saint-Jacques de Compostelle " lieu d’un des trois grands pèlerinages de la chrétienté ", avec ceux de Jérusalem et de Rome. Les pèlerins qui se mettaient en route sur les chemins de Compostelle avaient pour but de venir se recueillir sur la tombe de l’apôtre Saint-Jacques.

Compostelle est une petite commune située en Galice, dans le nord-ouest de l’Espagne, qui abrite dans ses murs la Cathédrale de Saint-Jacques où se trouveraient le fameux tombeau et les reliques de l’apôtre.

La cathédrale a été consacrée en 1211. Ses façades sculptées s’ouvrent sur deux majestueuses piazzas, entre les murs médiévaux de la ville. Plusieurs itinéraires sont possibles pour atteindre Compostelle – on dit d’ailleurs qu’il y a " autant d’itinéraires que de motifs de pèlerinage " – mais tous se rejoignent sur le chemin le plus connu : le " Camino frances ", ou " Chemin français ", considéré comme le chemin de Saint-Jacques par excellence car c’est lui qui attire le plus gros contingent de pèlerins, venus du monde entier. S’étirant sur plus de 800 kilomètres, il faut compter environ 33 jours pour le suivre à pied jusqu’à Compostelle. C’est un chemin riche d’arts, où l’on découvre les racines culturelles du Vieux Continent. A ce titre, il est entré au patrimoine mondial de l’Humanité. C’est aussi un chemin baigné de ferveurs, d’hospitalité, de pénitence, qui se veut une invitation à la méditation en pleine nature. Chemin faisant, les pèlerins prennent le temps de se ressourcer et de se retrouver. Une grande randonnée pédestre pour se reconnecter avec la nature et soi-même !

 

Poursuivez votre exploration musicale sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle avec l’émission que lui consacre Catherine Buser !

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK