L'odyssée

Du lundi au vendredi de 09:06 à 12:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Marc Chagall et la musique classique, toute une histoire

Le peintre Marc Chagall aura aussi touché à la sculpture, à la gravure et à la poésie. Vous connaissez peut-être son œuvre, toujours haute en couleur et aussi onirique que poétique. Plongée musicale dans l’univers pictural de Chagall.

Une thématique proposée par Chantal Zuinen.

On ne peut pas dissocier Chagall du petit village de Vitebsk en Biélorussie où il est né et où il a grandi, tout simplement parce que toute son œuvre est remplie d’allusions à la vie dans ce village, à la tradition juive qui était la sienne et au folklore russe. Vitebsk restera toujours pour lui le paradis naïf de l’enfance, toujours lié au violon aussi, puisque cet instrument faisait partie de son histoire familiale : son frère jouait de la mandoline et son oncle du violon. Le violoniste est une figure symbolique récurrente dans l’œuvre de Chagall. Parfois, il est en retrait, parfois il est à l’avant-plan, posé ou virevoltant, c’est l’une des clés pour entrer dans son univers.

Bien que né en Biélorussie et très attaché à ses racines, Chagall va s’installer à Paris, une première fois en 1910, il va devenir l’un des membres de ce qu’on a appelé l’École de Paris, et qui regroupait les artistes étrangers dans la capitale des arts. Alors bien sûr, Chagall va être fasciné par les lumières de la capitale et les peintres avant-gardistes qui y vivent, ça va contribuer à forger son style à lui. Tous spécialement le cubisme, qui selon lui, "est ce qu’il y a de plus élevé dans l’art français". Alors même si Paris est un peu comme sa deuxième ville natale, il n’oublie pas ses origines russes. Même lorsqu’il peint les ponts de la Seine ou la tour Eiffel, on peut quand même reconnaître des éléments de décor inspirés de ses souvenirs d’enfance qui ne le quitteront jamais. Son voisin, à Paris, n’est autre que Guillaume Appolinaire, il lui dédiera l’une de ses toiles, tout logiquement appelée "Hommage à Apollinaire".

Des costumes et décors de ballets aux rideaux de scènes d’opéras

Jeter des ponts ou tisser des liens entre l’univers de Chagall et celui de la musique est très simple, parce que plus d’une fois, son histoire et son œuvre ont rencontré celle de la musique, comme quand il est en exil aux Etats-Unis. Un séjour forcé mais qui va nourrir son œuvre des grands espaces américains, de la monumentalité de son architecture et de ses paysages. En 1945, il créera les immenses décors et les costumes pour L’Oiseau de Feu de Stravinsky, mais trois ans avant, il avait fait le même exercice pour le ballet Aleko, chorégraphié par Leonid Masssine, la musique était signée par un certain Piotr Ilitch Tchaïkovsky.

4 images
© Tous droits réservés

La collaboration entre Chagall et le monde de la musique continue, notamment en 1964, quand il est sollicité pour réaliser les décors et les costumes de La Flûte enchantée de Mozart, jouée au Metropolitan de New York. Le rideau conçu pour la scène finale a été vendu aux enchères à la fin de l’année passée, on y retrouve comme souvent chez Chagall un monde onirique qui reprend les éléments les plus connus de son iconographie : des anges trompettistes, des animaux fantastiques qui jouent sur des instruments, des violons flottants, des violoncelles et des danseurs. Au centre de la toile, la figure paternelle de Sarastro, et juste à côté, la Reine de la Nuit, mi-humaine mi-oiseau. L’imagerie de Chagall semblait idéale pour accentuer la beauté de l’opéra de Mozart.

4 images
Le rideau du final de La Flûte enchantée de Mozart, donnée au Metropolitan Opera de New York en 1964 © Tous droits réservés

Le Plafond de l’Opéra Garnier, véritable panthéon musical

Quand Chagall ne peint pas les fonds de scène, il peint les plafonds et c’est notamment le cas à l’Opéra Garnier en 1964. C’est André Malraux, alors ministre de la Culture, qui lui avait commandé une immense fresque pour le plafond de l’opéra. L’œuvre sera au final le véritable panthéon musical de l’artiste et se présente un peu comme un hommage aux compositeurs qui ont marqué l’histoire de la musique. Quelques années auparavant, Chagall avait réalisé les décors et costumes pour le ballet Daphnis et Chloé de Maurice Ravel présenté dans le même opéra.

4 images
Plafond de l’Opéra Garnier © Opéra national de Paris

 

On retrouve aussi Marc Chagall au cinéma, enfin, de manière détournée, puisque dans le film "Monsieur Klein", produit par Alain Delon en 1976, on aperçoit au mur une copie de la toile de Marc Chagall "Le violoniste vert". À première vue, il est identique à l’original, mais en fait, il présente de nombreuses différences…

Marc Chagall (présent à sa manière dans ce film) ne s’est pas seulement distingué par ses tableaux, il est aussi l’auteur de nombreux vitraux, de mosaïques, d’illustrations pour les fables de La Fontaine, mais aussi de la Bible, un astéroïde porte même son nom, c’est dire comme on risque encore d’en parler longtemps.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK