L'odyssée

Du lundi au vendredi de 09:06 à 12:00 sur Musiq3

Plus d'infos

L’oreille absolue, un phénomène fascinant et intriguant

Au concert, nous avons déjà tous entendu les musiciens qui s’accordent, soit le hautbois donne le la à l’orchestre, soit le pianiste, les violons le reprennent et ainsi de suite. La fréquence du son doit être la même, sous peine de casser les oreilles des auditeurs. D’ailleurs, qu’est-ce que l’oreille relative et qu’est-ce que l’oreille absolue. Comment notre cerveau décode les fréquences ?

L’oreille absolue est un concept qui est à la fois cérébral et culturel.


A lire aussi : Ils peuvent identifier la note de n’importe quel son : comment fonctionne l’oreille absolue ?


Oreille absolue ou oreille relative ?

1770, Mozart a 14 ans, il entre dans la Chapelle Sixtine, on y donne le Miserere d’Allegri, œuvre jalousement gardée à l’époque par le Vatican, qui en interdisait toute reproduction ou diffusion hors de ses murs. C’était sans compter sur le jeune Mozart, qui après l’écoute, a retranscrit l’intégralité de l’œuvre sur du papier à musique. Tout est juste, chaque notre, chaque articulation, tout. A l’écoute, Mozart distinguait toutes les notes, jusque dans les quarts de tons. Il était doté de ce que l’on appelle "l’oreille absolue".

Ce que l’on appelle l’oreille absolue, c’est ce lien entre l’audition et le fait de nommer la note. Et ça, c’est un apprentissage culturel, qui nous permet de nommer ce que l’on entend comme fréquence. Ceux qui sont dotés de l’oreille absolue vont être capables de nommer de façon totalement absolue les notes qu’ils entendent, et d’autres, qui ont ce qu’on appelle "l’oreille relative", sont capables d’identifier une note à partir d’une note de référence donnée.

Les "absolutistes" peuvent nommer n’importe quel son de la vie quotidienne, sans référence, le son peut être celui joué par l’instrument de musique ou bien être produit par les touches du clavier de l’ordinateur ou bien encore par des couverts qui s’entrechoquent. C’est un véritable réflexe cognitif.

Certains ont l’oreille absolue partielle, c’est-à-dire que la fréquence du son est associée au timbre de l’instrument, ainsi, ces personnes ne pourront nommer uniquement les notes produites par un instrument de musique.

Oreille absolue, innée ou acquise ?

Le débat est houleux et la question n’a jamais été réellement tranchée. Mais on s’accorde à dire que l’oreille absolue ne serait pas totalement innée, qu’elle pourrait s’acquérir, pour peu que certaines conditions soient remplies.

Dans le cerveau, ce sont les mêmes zones qui s’activent aussi bien pour l’apprentissage de la musique que pour l’apprentissage de la langue. Ainsi, si l’enfant reçoit une formation musicale très tôt, en même temps que son apprentissage de la langue, cela favoriserait "l’acquisition" de cette oreille absolue chez l’enfant. Une tendance statistique démontre d’ailleurs que l’oreille absolue apparaît chez les musiciens qui ont commencé la musique avant 7 ans.

Avoir l’oreille absolue ne veut pas toujours dire "chanter juste"

Une chose pourrait nous paraître étrange, c’est que les absolutistes ne chantent pas toujours juste. C’est la différence entre oreille absolue passive et oreille absolue active.

Ceux qui ont l’oreille absolue passive peuvent reconnaître les notes sans référence mais ils sont incapables de les reproduire vocalement. Par contre, ceux qui ont l’oreille absolue active sont non seulement en mesure de nommer les notes mais ils peuvent également les chanter juste.

Un véritable don ?

Si de nombreux musiciens, dépourvus de l’oreille absolue, voient en cette capacité une sorte de Graal, c’est parfois tout autre chose pour ceux qui en sont dotés. L’expérience du concert pour les absolutistes peut être parfois un véritable calvaire : la moindre fausse note émise par l’orchestre ou le soliste vient véritablement vriller le tympan des absolutistes, qui voient défiler devant leurs yeux toutes les notes qu’il entend.