L'odyssée

Du lundi au vendredi de 09:06 à 12:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Journée mondiale des abeilles : la fabuleuse histoire de la ruche, racontée en musique

En ce jeudi 20 mai, nous célébrons la journée mondiale des abeilles, des insectes qui, comme tous les pollinisateurs, jouent un rôle clé dans la survie des écosystèmes et qui, malheureusement, sont de plus en plus menacés par l’homme. A cette occasion, Chantal Zuinen et Vincent Delbushaye vous proposent une petite visite – en musique - dans la ruche, afin de voir comment elle fonctionne, qui en sont les différents occupants et quel est leur rôle, c’est assez fascinant. Une organisation sans faille et à vrai dire vitale pour ces insectes à la vie somme toute assez courte (de 5 à 6 semaines) mais qui sont un modèle de discipline et d’efficacité. Allez on se plonge dans la fabuleuse histoire de la ruche !

A lire aussi : Quelles fleurs planter pour aider et protéger les abeilles ?

La reine gouverne sur le royaume au goût de miel

La ruche est donc un royaume régi par une reine, un royaume qui ne peut pas survivre sans elle et ce pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, elle est la seule autorisée à se reproduire, c’est elle qui endosse la responsabilité de perpétuer son espèce. Et c’est elle aussi qui maintient la cohésion du groupe en diffusant des phéromones bien particulières. Si elle meurt, la colonie est condamnée, sans même trop comprendre pourquoi elle ne parvient plus à fonctionner.

Aussi dingue que ça puisse paraître, la Reine ne sortira de la ruche qu’une seule fois dans toute sa vie. Et encore, ce ne sera pas une sortie anodine, c’est à ce moment-là qu’elle effectuera son vol nuptial, entourée de faux-bourdons. Et tous les œufs que cette reine pondra seront le résultat de ce vol-là.

La danse nuptiale est l’unique acte "utile" du faux-bourdon dans la ruche. A part ça, sa place n’est vraiment pas à envier. S’il survit à cette parade nuptiale et à l’accouplement avec la reine (ce qui n’est déjà pas gagné), il sera chassé par les autres abeilles, puisqu’il ne sert plus à rien. Il ne travaille pas et il ne peut pas non plus défendre la ruche puisqu’il n’a pas de dard. C’est donc une bouche inutile à nourrir. C’est bien là un exemple de l’implacable cruauté de la nature…

Reine, abeilles ouvrières et faux-bourdon

Une fois la reine fécondée, elle retourne pondre dans la ruche. Elle pondra un œuf par alvéole dans la ruche. Comme les abeilles savent ce dont la colonie a besoin pour survivre, elles auront construit le nombre d’alvéoles approprié. Dans la plupart des alvéoles, la reine pondra un œuf fécondé, qui se transformera en abeille ouvrière, la plus commune, qui œuvrera au bien-être de sa reine et de sa communauté. Certaines alvéoles sont légèrement plus larges et les œufs fécondés qui y seront placés deviendront des faux-bourdons.

Mais comment une abeille devient-elle reine ? Tout est une question d’alimentation. En effet, c’est la manière dont elle est nourrie qui déterminera sa destinée au sein de la ruche. Quelques rares privilégiées seront nourries au nectar, la fameuse gelée royale, toute leur vie. Ce sont elles qui deviendront les reines. Les autres larves recevront du nectar durant les trois premiers jours de leur vie, et se nourriront ensuite de miel et de pollen.

La gelée royale, appelée aussi lait d’abeille, est produite par les abeilles ouvrières. Et cette gelée royale va permettre de modifier l’ADN de l’abeille pour en faire une reine. Les caractéristiques physiques de cette dernière diffèrent donc de celles des ouvrières : elle est plus grande, présente un gros abdomen et elle est incapable de se nourrir toute seule, en cause, l’absence chez elle d’organes de succion.

La Reine vie entre trois et cinq ans et la fin de sa vie n’est pas très joyeuse. Lorsqu’elle vieillit, la reine perd petit à petit le liquide séminal qui lui permet de pondre les œufs. Lorsqu’elle ne peut plus pondre, elle perd son rôle principal en tant que Reine. Et comme les abeilles ne peuvent pas survivre sans une reine, elles arrêtent de nourrir la reine vieillissante et s’attellent à nourrir une autre reine. La Reine ne pouvant se nourrir seule finit par mourir.

Une abeille travaille toute sa vie. Mais elle ne fait pas le même travail toute sa vie. En fonction de son âge, elle effectuera des tâches différentes. Tour à tour nettoyeuse, pour garder les cellules de la ruche dans un état impeccable, architectes pour construire de nouveaux rayons, ventileuses pour garder la température de la ruche stable, gardienne pour protéger la colonie et enfin butineuse, leur ultime travail, mais sans doute le plus dangereux. Quoique, il en est un autre de travail, qui est assez dangereux pour elles, c’est celui qui consiste à chercher de l’eau, indispensable pour diluer le miel, notamment. Vu leur taille et la difficulté de déplacer une goutte d’eau, le risque de noyade est considérable.

La fonction qu’occupent les abeilles dans la ruche dépend de leur âge : du sixième jour de leur existence au douzième, comme les abeilles sécrètent de la gelée royale, elles nourrissent les jeunes larves et les larves royales. A la fin de cette semaine, une nouvelle volée d’abeilles, celles qui ont alors six jours, prendra le relais.

Lorsque l’on pense au rôle des abeilles, la première chose qui nous vient à l’esprit, c’est bien sûr le butinage. Pourtant, il s’agit de l’un des derniers rôles d’une abeille, ce sont les plus "vieilles" qui partiront récolter le précieux pollen. La vieillesse d’une abeille est toute relative pour nous, puisque c’est à partir de leur 21e jour de vie – elles vivent environ 35 jours – qu’elles partiront butiner, une sorte de promotion, assez risquée. Le pollen qui sera récolté par les butineuses sera ensuite transformé en miel.

Et difficile d’évoquer les abeilles sans évoquer ce pour quoi elles travaillent toute leur vie. Quelques chiffres pour vous donner une idée : les abeilles couvrent un rayon d’environ quatre kilomètres autour de leur ruche, et doivent butiner environ quatre millions et demi de fleurs pour fabriquer un kilo de miel. Evidemment, elles s’y mettent à plusieurs, puisqu’une ouvrière ne produira que 7 ou 8 grammes de miel dans toute sa vie.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK