L'odyssée

Du lundi au vendredi de 09:06 à 12:00 sur Musiq3

Plus d'infos

Connaissez-vous le compositeur Robert Kahn ?

Robert Kahn est un compositeur allemand qui aura vécu à cheval sur le XIXe et XXe siècle. S’il est moins connu que ses contemporains, Vincent Delbushaye nous propose un petit tour d’horizon de son œuvre musicale.

Une thématique proposée par Pierre Solot.

Journal en musique d’un émigré

Comme beaucoup de compositeurs allemands dans ces années-là, Robert Kahn fuira le nazisme et se réfugiera en Angleterre, où il passera la fin de sa vie, dans une petite maison du Kent. Et c’est aussi là qu’il composera pendant plus de dix ans pas moins de 1160 pièces pour piano, une sorte de "journal en musique" d’un émigré.

"Tagebuch in Tönen", qu’on pourrait traduire par "Les Feuilles de l’Arbre de Vie", est donc une sorte de journal en musique tenu par le compositeur Robert Kahn. Kahn est né à Mannheim dans le sud de l’Allemagne, mais c’est à Berlin, au Conservatoire qu’il va se former à la musique, notamment auprès de Friedrich Kiel, son professeur de composition.

À Berlin, Robert Kahn ne va pas faire qu’étudier avec Friedrich Kiel, il va aussi plusieurs fois rencontrer Johannes Brahms. Brahms qui va même lui proposer de travailler avec lui, mais par manque de confiance ou par timidité, Kahn refusera. Il a dû s’en vouloir longtemps parce que la musique de Brahms l’aura vraiment influencé toute sa vie.

Après ses études, Robert Kahn va passer de l’autre côté de la barrière et enseigner à son tour, à la prestigieuse Haute école de musique de Berlin. Toute sa vie, il évitera soigneusement les formes romantiques à grande échelle pour se concentrer sur l’écriture de chansons, d’œuvres chorales, ou de musique de chambre, parfois dans des formations un peu insolites, comme ce Quintette pour piano, violon, violoncelle, clarinette et cor.

 

Robert Kahn, autant compositeur que professeur, aura notamment eu comme élève des pointures comme Arthur Rubinstein ou Wilhelm Kempff, et qui sait, c’est peut-être lui qui aura contribué à la technique si particulière de Kempff, "tout en retenue", qui donnait à entendre les silences entre les notes…

Les choses vont commencer à mal tourner pour Robert Kahn avec la montée du nazisme. Qualifié de "dégénéré" par le régime, il sera expulsé de ses postes d’enseignant et, en 1937, il s’exilera au Royaume-Uni, il y restera jusqu’à sa mort en 1951. Robert Kahn est au cœur d’un album récemment enregistré par l’ensemble Emigré et donne donc à connaître mieux ce compositeur que l’extrémisme politique et la haine ont essayé d’effacer, sans toutefois y parvenir totalement.

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK