L'île paradisiaque

Plus d'infos

Sur l’île paradisiaque de Nathanaël Gouin : "j’ai toujours été un admirateur éperdu de la musique de Dutilleux"

Alors que le déconfinement est enclenché, un peu partout dans le monde, l’île paradisiaque du pianiste Nathanaël Gouin ressemblerait à une île "d’espoir, celui que l’on a attendu pendant plusieurs mois et qui nous annonce – on espère – un bel été de musique."

La première plage de cette île paradisiaque, emplie d’espoir, du pianiste Nathanaël Gouin est - bien évidemment – du piano. Il s’agit d’une transcription du Requiem de Fauré, réalisée par Emile Naoumoff.

"J’ai une affection particulière pour cet interprète, il est très rare en Europe et je trouve qu’il y a quelque chose d’assez fascinant dans son rapport au son, dans la manière dont il prépare son travail. Il n’y a pas que cette merveilleuse transcription de Fauré dans ce disque, il y a aussi celle de l’oiseau de feu de Stravinsky. […] Il n’y a pas que le transcripteur que j’ai envie de célébrer, mais je trouve que son rapport à Fauré – un compositeur que j’aime énormément – est pour moi juste dans le mille. Il y a une espèce de splendeur du son à la fois discrète et très solaire qui me touche sans que je puisse trop expliquer pourquoi."

Voyagez au fil de la musique sur l’île paradisiaque de Nathanaël Gouin.

Les plages de l’île paradisiaque de Nathanaël Gouin

FAURE GABRIEL – Requiem – Pie Jesu (transcription)
Emile Naoumoff

DUTILLEUX HENRY – Correspondances : 3. A Slava et Galina
Barbara Hannigan, Esa-Pekka Salonen et l’Orchestre Philharmonique de Radio France

Ludwig van Beethoven – Quatuor à cordes, n°13, en si bémol majeur (version avec Grosse Fuge Opus 133)
Quatuor Ebène

BRAHMS JOHANNES – Concerto pour piano n°1 – III.
Emil Gilels & Eugen Jochum, Berliner Philharmoniker

WILLIAMS JOHN – Treesong, pour violon & orchestre – III. The Tree Sings
Gil Shaham, Boston Symphony Orchestra, John Williams

Newsletter Musiq3

Restez informés chaque vendredi des évènements, concours et CD de la semaine.

OK